Revenir au début de la présentation

Ambre, Moustiques et Dinosaures ?

Présentation de l'article : Les Mémoires de l'ambre


Les Mémoires de l'ambre

L'ambre pour "ressusciter" Fossilium

      Voilà quelque temps, à la suite de ma publication "L'Ambre Miel de Fortune et Mémoire de Vie", j'ai pris la liberté de présenter à Fossilium, (le dinosaure ci contre), une étude qui visait à le "ressusciter"...
Pouvais-je lui octroyer d'avantage d'existence, et ce, grâce à l'examen attentif de certaines inclusions de l'ambre ?... Vivant de cette complicité avec le dinosaure, je ne pouvais cependant pas en dire (en écrire) d'avantage. Je souhaitais valider quelques théories des dinosauriens par le biais de mes nouvelles découvertes...
Cette étude de concert avec Fossilium, désormais achevée, est à l'origine d'une publication exclusive pour la Revue Cosinus.
Fossilium et moi sommes heureux de vous présenter notre nouvelle sortie. De quoi parle cette nouvelle publication ? Mais de dinosaures bien évidemment ! Et d'ambre !
L'ambre, est une résine végétale fossile par laquelle on est tenté de supposer qu'il sera un jour possible de recréer un dinosaure. Comment recréer un animal disparu ? Est-il possible, en utilisant le sang qu'aurait ingéré un moustique de l'ambre, de refaire un dinosaure ? Une critique de Jurassic Park, ce film dans lequel les dinosaures ont été ressuscites à partir du sang d'un moustique hématophage ?...

Dino et Ambre


      La difficulté majeure sur laquelle on bute avec le scénario de ce film à grand spectacle est de remettre dans le bon ordre les fragments épars des ADN fossiles. Rendre la vie à un dinosaure nécessite de rétablir la séquence d'origine de la molécule de l'animal. Même pour les ordinateurs les plus perfectionnés travaillant sur de l'ADN humain, c'est un casse-tête. Le puzzle constitué par des minuscules fragments d'ADN (dénaturé) reste incomplet, avec des lacunes d'une part, et, des pièces qu'on ne sait pas où placer d'autre part. Pour la communauté scientifique ces problèmes restent radicalement insolubles.
Cependant, il ne faut jamais jurer de rien. En effet, il y a à peine dix ans, lorsque sortit sur les écrans le premier film de la série de Steven Spielberg, la résurrection des dinosaures à partir d'ADN piégé dans l'ambre ne pouvait être que du cinéma.
Aujourd'hui, les affirmations sont beaucoup plus nuancés...



La résurrection des dinosaures par l'ADN 





Sujet toujours très apprécié en conférence, la
récupération de l'ADN fossile dans l'ambre
et les prospectives des travaux à venir.


















Hybrides porteurs de séquences fossiles ?
      Sans jouer aux apprentis sorciers en imaginant de nouveaux scénarios improbables, regardons simplement ce que nous laisse la nature (= de vraies découvertes exploitables absolument e-x-t-r-a-o-r-d-i-n-a-i-r-e-s !...) Notre article suppose les prospectives à venir de travaux qui exploiteront des trouvailles pour le moins surprenantes... Pourra t-on, si les espèces homologues actuelles existent, reproduire des hybrides porteurs de séquences fossiles ? L'hypothèse de concevoir des clones ("hybrides") semble envisageable au regard de la récupération extraordinaire de deux bactéries fossiles (40 M.A.) figées dans l'ambre dominicain.
Concevoir des clones fossiles ?




Sans jouer aux apprentis sorciers, l'ambre crétacé
doit pouvoir offrir quelques solutions...











Exploiter les dépouilles sanguinolentes de dinosaures dans l'ambre N'EST PAS IMPENSABLE (irréalisable) CAR LES REFERENCES EXISTENT et sont même plutôt assez NOMBREUSES... Voyons ci-dessous trois exemples. Le premier LE PLUS EXTRAORDINAIRE DE TOUS, c'est le sang qui coule sous la plume arrachée d'un dinosaure Tetanurae. Le second c'est la portion de queue emplumée d'un Microraptor et le troisième celle d'un Coelurosaure... Note (il existe plus d'une dizaine de références, clairement attribuées à des restes de dinosaures conservés dans l'ambre)...




















Ces découvertes récentes (impensables il y a peu) semblent toutes
donner rétrospectivement un certain crédit aux publications
controversées des années 1990-2000 où l'on évoquait
le sang conservé des espèces fossiles...


Oui, souvenons-nous, par exemple, qu'en 1997, un collège
de sept chercheurs publie six preuves concordantes
de traces associées à l'hémoglobine dans les
fossiles des Tyrannosaurus Rex...







Donc, au final, pour qui
regarde l'ambre, c 'est
Jurassic Park

à la maison !














L'article est à paraître dans COSINUS


      L'interrogation d'un ambre par le biais de ses inclusions fossiles offre des champs d'investigations particulièrement nombreux permettant d'appréhender les mécanismes évolutifs.
Une pièce d'ambre est une matière VIVANTE "interactive" extraordinaire pour infirmer ou confirmer les hypothèses en cours concernant les dinosaures. Alors, "Histoire" à suivre...

      Amitiés Ambrées à vous tous,

      Eric GEIRNAERT.



Publication réalisée dans COSINUS

Publication réalisée dans le n° 36 février 2003 de la Revue COSINUS,
(Service de la Rédaction Monsieur Louis FATON, Madame Lise Pavin.

Rédaction M. Louis FATON, Mme. Lise Pavin

 

n° 36 février 2003 de la Revue COSINUS



Retour au début de la présentation






















- © 2002 Ambre.Jaune -
Contact E-mail Auteur : eric.ambre.jaune@hotmail.fr