En explorant les grenouilles monstres d'une marre polluée dans
le Morvan (et après avoir posé les mains au sol pour me rendre
compte qu'un film fluorescent me marquait la peau), j'ai
découvert (assez déconcerté) des lombrics aux
couleurs miroitantes maintenues
quelques secondes
dans l'ombre...



Incroyable ! Des lombrics observés au soleil déclenchent des couleurs maintenues quelques
instant dans la pénombre... Les "couleurs" générées ou plus exactement les lumières
pourraient-elles être corrélées à la présence éventuelle de radium
(radioactif) sur le site dont les effets expliqueraient alors ces
espèces répérées monstres et observées synchrones ?




Cette observation étrange sur des lombrics, se veut sérieuse, authentique et n'est pas l'un de ces
dossiers "coquilles vides" ce cette science "dérisoire" (que nous dénonçons d'ailleurs avec force).




Les images de ce dossier sont extraites de la photothèque Insectes Art et Images qui reste un
outil d'alerte pour les inventaires de biodiversité ménée dans le Morvan depuis 2006...





Défendre "bec et ongle" son observation selon laquelle les lombrics extraits
de l'humus émettent des lumières et que les illuminations ne sont pas de
simples reflets au soleil constitue le dossier le plus difficile à analyser
tant les notions sont complexes et que les arguments des
"spécialistes" (septiques et joueurs) sont arrêtés...

"Arrêtez de fumer la moquette, c'est mauvais pour la santé."

Voilà les propos des scientifiques de l'unité xxx qui
ont pourtant essayé de s'approprier le sujet...





Guidé par Saint Thomas (qui ne croit que ce qu'il voit) je suis
convaincu d'avoir entre les mains des organismes qui
émettent ou plus exactement "restituent" des
lueurs lorsqu'ils ont absorbé les énergies
du soleil. Menons l'enquête de
"vérité" sans fumer
la moquette...



Cette observation réfutée par courrier par 13 spécialistes (de 10 laboratoires différents) est cas d'école, car, les lombrics irisés par autofluorescence existent !!!! La science en parle ici...
  




L'image centrale du dossier, les nuances fonctionnent dans l'ombre :





Avec la diffusion générale des appareils de photographies numériques, chacun peut désormais questionner les frontières limites de la nature. Cette exploration curieuse menée par le nombre ruine pas à pas les chasses gardées "scientifiques" où, leaderships perdus, certains souhaitent désespérément garder l'expertise et l'explication des choses.
Ce dossier est SPECIALEMENT dédié à
ces chercheurs du laboratoire xxx qui m'ont affirmé de façon virulente que les lombrics ne généraient aucune lumière et que ce dossier n'était qu'un sujet sans intérêt...
Ce site est également dédié aux chercheurs (du service yyy) qui, souhaitant garder l'anonymat, appliquent (dixit leur email) la recette du : "rien n'existe en dehors de notre travail. Toute observation qui n'a pas été (ré)étudiée par nos soins n'existe(ra) pas." Entendu, travaillons et menons l'étude pour préparer une publication sur la couleur de ces lombrics qui n'existent pas...




Loin des lumières ésotériques qui ne sont que des canulars de faux ovnis, ici des illuminations qui
sont d'avantage que des réflexions (irisations au soleil) colorent des vers de terres de lueurs
qui se maintiennent quelques temps dans l'ombre puis s'estompent. Le processus
étrange opère à la frontière de plusieurs sujets d'optiques. Le sujet (© Eric G.)
a été publié dans : Nature & Progrès N° 94 - Septembre-Octobre 2013.




 
Toutes les photographies présentées dans ce dossier ont été réalisées de jour, en lumière naturelle, sans flash (et sans trucage).

Les lombrics seraient des animaux "ternes" et mornes ?
C'est sans compter avec la découverte de ces
Lumbricus rubellus "Irido-bioallumés" !


Photographies, découvertes, rédactions, publication :

© Eric Geirnaert.

Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr

- Publication : Le lombric - lumière sur un auxiliaire de l'ombre.
Dossier - Eric GEIRNAERT, article publié dans
Nature & Progrès N° 94 - Septembre-Octobre 2013.






Les lombrics présentés ici n'émettent pas de lumières (au sens strict de la VRAIE Bioluminescence), MAIS, les nuances
émanées de ces animaux SONT d'avantage que des irisations optiques simples !!!! Le sujet, assez complexe, est à
la limite de plusieurs notions couramment confondues... Les vers produisent ici des lueurs dans l'ombre....
Les illuminations des animaux sont aussi intermittentes et ont plusieurs caractéristiques très étonnantes.



Impossible d'affirmer que les couleurs SI VIVES et "émanées" des lombrics ne sont que du type iridescence ! CAR elles
se maintiennent quelques instants dans l'ombre (avant de s'évanouir). Et, plus étrange encore, les sujets ramenés
au soleil se rallument mais moins nettement et moins longtemps. C'est comme si le phénomène (qui s'épuise),
répété deux, trois fois, s'estompait,... laissant place alors aux seules iridescences qu'ont tous les vers...
Cette observation n'est évidemment pas une bioluminescence au sens strict... C'est plus
une : irido-bio colorisation qui, (c'est très étrange!) fonctionne TRES FORT mais
s'amenuise très vite au bout de quelques secondes comme si
le potentiel "couleur-lumière" s'estompait
par manque d'énergie interne...











- Préambule -


L'idée de ce dossier n'est pas de démontrer que l'iridescence observée chez quelques lombrics épigés est une bioluminescence
stricto-sensu (un phénomène qui émet des lumières vraies dans le noir complet). L'idée est de regarder que la genèse des
couleurs (irido-amenées) qui peuvent êtres maintenues quelques temps dans l'ombre chez des sujets (lesquels vivent
d'ailleurs synchrones avec des collemboles -également allumés-) pourait éventuellement être sous une influence
biotique. L'observation de ma peau imprégnée de terre qui restitue une fluorescence positive forte va dans
le sens d'une mise en évidence possible d'un agent biologique. OUI : en posant la main dans la
terre des lombrics, la peau devient fluorescente en lumière noire.



Les autofluorescences irisées des lombrics !!!!

Les couleurs générées sur les lombrics amenés au soleil semblent pouvoir se maintiennent quelques secondes
dans l'ombre (pour disparaitre inexorablement)... Et, remis au soleil, les mêmes vers se "ré-allument" mais
déjà moins et de façon moins nette. Cet épuisement du potentiel couleur (qui se recherge mal) est
assez contraire à l'effet optique de l'iridescence qui lui est purement mécanique et donc assez
invariable. Une exposition au soleil démarre la colorisation qui tend déjà vers l'amenuisement.


Peut-il y avoir un phénomène
d'une réaction chimique (une chimi ou bioluminescence)
qui "collabore" avec l'iridescence des vers pour améliorer les couleurs ?
Faut-il voir une lumière "biologique" ou une radio-luminescence ?



La couleur "émanée" des animaux mous et humides qui ont une peau multicouche translucide, (laquelle
contient des pigments et qui est recouverte de mucus), est un cas d'école d'optique. La réponse
"couleur globale" observée doit être examinée attentivement sur plusieurs paramètres.
Les grenouilles bleues mutantes du Morvan sont un exemple à examiner.



Dossier WEB actualisé en décembre 2014.








La bioluminescence vraie, "stricte" (photographiée ci-dessus avec des vers luisants et des collemboles), qui fonctionne dans le noir, est
une émission de lumière par un organisme vivant au cours d'une réaction où une énergie chimique est convertie en production lumineuse...
Ceci rappelé, il reste à expliquer les couleurs vives et les nuances retardées des lombrics qui, si elles
ne sont pas une bioluminescence- stricte, dépassent le cadre de l'iridescence simple...



Les phénomènes lumineux chez les animaux que l'on peut observer dans le jardin ne se limitent pas à la bioluminescence des lucioles ci-dessus et des collemboles (photographiés ci dessous). L'autofluorescence est une émission naturelle de lumière générée par plusieurs structures biologiques (mitochondries, lysosomes, pigments, etc) lorsqu'elles ont été exposées au soleil. L'autofluorescence biologique est donc une sorte de "restitution" retardée de lumière, qui, initiée forcément au soleil peut facilement être confondue avec des reflets optique... Un reflet optique de surface est physiquement corrélé à l'angle d'incidence des lumières par rapport à la position de l'observateur... Une infime variation de position (et donc d'angle) fait disparaître immédiatement les reflets. Par contre une autofluorescence développe une lumière "émanée" qui accompagne les mouvements des structures et, légèrement retardée, peut s'apprécier quelques instants dans la pénombre si le sujet se déplace vers une zone d'ombre.









      La science laborantine par la voix de quelques spécialistes (qui communiquent via la télévision) nous explique qu'il serait intéressant de participer à la cartographie nationale d'inventaire des vers de terre. Car référencer le lombric dans le jardin, la pelouse, le champ, la forêt, c'est important ! Bon, introduction faite, la méthode consiste à verser une matière agressive (que nous nommerons pas) sur le sol qui fait remonter les sujets à la surface... C'est d'une simplicité enfantine ! D'ailleurs l'opération est faite par des enfants qui (hygiène prise en compte) ramassent les lombrics avec une pince pour éviter la souillure. La science laborantine, (qui met ses enfants au travail) nous explique que la connaissance de l'animal (sale) est encore "obscure". Cette première approche qui trouve un artifice chimique versé sur le sol pour déloger les espèces est-elle vraiment éducative ? Est-ce la seule façon d'appréhender le monde ? Que développera cette mentalité (d'agression) après quelques années ? Existe-t il une alternative ? Oui...

      Imaginons une approche enfantine qui consiste à REGARDER sans déranger. Le lombric, puisque vivant, est comparable aux grands animaux. L'animal bouge, mange et sort même la nuit ! En privilégiant l'approche respectueuse, en recherchant l'observation sans artifice, en préférant l'éthologie (in situ), -voir ci-dessous- , l'obscur animal se révèle en lumière !

      Voici quelques images tout à fait incroyables car réalisées SANS artifices, sans lumière artificielle (noire, blanche, bleue, rose polarisée ou UV) qui révèlent l'animal tel qu'il apparaît au sol ! Ces images sont un témoignage d'une "contemplation" respectueuse. L'émerveillement (qui conduit au respect) est sans doute, lui aussi, éducateur...



En fait, c'est comme si certains oubliaient, en science, les observations de terrain...
Et de répondre alors que : "chaque approche a ses avantages et le temps et
les moyens manquent souvent pour vraiment bien faire et tout faire"
.





Ce n'est pas la lumière qui manque au ver aveugle
c'est notre vue qui manque de lumière pour
regarder "vers" les êtres du monde obscurs.

 

Toutes les photographies présentées ici dans ce dossier sont réalisées in natura, in
situ, sans ajout d'aucune lumière (artificielle), sans réflecteur, sans flash...



 

Les belles couleurs du lombric = simples iridescences physiques !? NON.
Si tel était le cas le sujet serait certes esthétique mais assez consensuel.
Si les couleurs des vers étaient structurales / physiques (expressions
optiques des seules formations nanométriques corporelles) elles
seraient reproductibles... Or, les couleurs émanées des
lombrics, ne sont surtout appréciables
qu'in situ. Il y a donc plus
que l'iridescence...





Pour le lombric les couleurs changent
selon l'environnement du sol !


Les belles couleurs du ver ne sont pas que de simples "reflets"...



      Introduction - Une SUPERBE couleur pour le lombric, une iridescence, mais,... MAIS "b-i-o-t-i-q-u-e" ?
L'iridescence, cette propriété physique de couleur structurelle est mal documentée tout au moins pour le vivant (et principalement pour les lombrics). Le phénomène optique d'iridescence fonctionne partout et perpétuellement dès qu'il y a de la lumière. Les iridescences sont ce processus optique où les couleurs des surfaces changent selon l'angle d'observation sous lequel on regarde un objet éclairé. Les iridescences sont universelles dans la nature. Les ailes des papillons, les plumes de certains oiseaux, les élytres de quelques coléoptères et des minéraux peuvent êtres irisés. L'irisation donc universelle existe partout dès qu'il y a de la lumière dans le paysage. L'irisation est si "mécanique"-prévisible qu'elle est re-pro-duc-tible. Le plus étrange est alors de repérer ce phénomène qui, supposé universel et invariable, ne fonctionne par épuisement que sur un site !!! Les couleurs émanées des lombrics semblent être ici plus que de simples interférences optiques lumineuses. Les couleurs photoniques des vers sont fonctionnelles (oui!) mais semblent être aussi biologiques... Si les couleurs générées étaient seulement structurales elles seraient alors constamment associées aux lombrics vivants. Les canaux rangés en rangs nanométriques des tissus corporels du ver agissent en effet comme des fibres optiques. Or, ici, les lombrics ne sont iridescents qu'in situ ! Tout se passe comme si l'iridescence était "biologique" ! Extraits de leur site, les lombrics perdent leur propriété de colorisation photonique... Et, remis in situ ils recouvrent cette propriété. L'iridescence semble être guidée sur une base vivante qui prépare la physiologie des sujets. C'est pour éviter le terme d'iridescence biotique que le terme d'irido-bioluminescence est inventé et employé évidemment de façon tout à fait impropre dans ce document. Cette observation déroutante de lombrics TRES colorés in situ s'accompagne de collemboles TRES bioluminescents (émission vraie de lumière verte intense repérable de jour en plein soleil et évidemment dans le noir).

      L'hypothèse simplifiée qui est retenue dans cette observation est celle où des bactéries - microbes sur site seraient responsables de la bioluminescence des collemboles et seraient capables de "modifier" la physiologie des lombrics permettant des observations (purement) optiques autrement impossibles.

      Pour tester s'il y a de la bioluminescence, il faut évidemment réaliser les observations dans le noir. De plus, il faut SURTOUT comprendre qu'il n'y a aucun lien entre la bioluminescence VRAIE des collemboles et les couleurs irido-émanées (optiques) des lombrics. Et, c'est surtout pour cette NON liaison qu'un naturaliste fin observateur peut être totalement bouleversé ! Trouver deux références rares si bizarres au même endroit est assez improbable ! Il doit donc y avoir quelque chose à la base. Mon idée (totalement folle) est d'imaginer que les bactéries qui se développent à partir des champignons que je dépose (régulièrement) dans le sol sont à l'origine de la bioluminescence vraie des collemboles. Et, dans ce substrat (ad hoc pour la bioluminescence des collemboles), d'autres bactéries - ou les mêmes, ou même des virus- seraient responsables d'une "dilatation" parfaite des fibrilles tubulaires (tubes des tissus corporels mous des vers), lesquelles joueraient pleinement l'effet idéal de fibres optiques pour donner des couleurs vives. Le mucus n'est pour rien dans les couleurs ! C'est l'état général "gonflé" des tissus corporels du ver qui joue pour donner les couleurs. L'iridescence serait ici biotique ! Le ver ne peut se "coloriser" que si et seulement si il contient de la terre ad hoc. Le lombric serait en quelque sorte préparé (malgré lui) à construire ses couleurs par la présence des microbes dans le sol. Pourquoi des microbes ne seraient pas à l'origine de la couleur des lombrics ?





Comment ne pas tomber sous le charme de la beauté des animaux bio-allumés ?! Bien loin des abysses
inaccessibles à l'homme, le plus vulgaire des animaux, le lombric, à nos pieds, peut distribuer
ses teintes indescriptibles ! Les lueurs émanées du lombric ont le privilège d'être
facilement observables. Pourquoi et comment l'exercice de la vie donne
des émanations lumineuses si belles à l'obscurs ver de terre ?












Les autofluorescences irisées
des lombrics du Morvan
en Video





Remarque importante :
la vidéo présentée ici montre essentiellement l'iridescence. D'autres films sont disponibles
par correspondance (eric.ambre.jane@hotmail.fr). Cette vidéo est proposée pour prouver aux détracteurs
que l'animal existe (réellement) et que le sujet n'est alors pas une "invention graphique" (argument
mainte fois utiisé pour refuser l'observation des criquets mutants).

 

Note : Outre une lecture ci-dessus sur YouTube, vous pouvez téléchargez
ci-dessous les deux vidéos originales (en haute résolution).


Vidéo (9 Mo) du lombric in situ :
Autofluorescence_lombrics_Morvan.wmv

 




Certains naturalistes en regardant les vidéos ne voient qu'un lombric très commun,... certes,... multi-couleurs
(bleu et vert) où l'effet de couleur marqué (intermittent) serait une simple irisation de surface. Les couleurs
jaunes seraient le résultat observé par translucidité du corps jusqu'aux cellules internes jaunes
(cellules jaunes chloragogue qui entourent l'intestin). Les deux vidéos proposées,
ci-dessus, ne constituent surtout pas l'observation complète.



Les couleurs sont comme maintenues et s'estompent
progressivement pour s'éteindre...



Oui, d'ailleurs voici, ci-dessous, le lombric de la vidéo avant qu'il ne développe ses couleurs et sont autofluorescence...





      Au seul soi-disant prétexte qu'il y a une confusion importantes dans les définitions: "luminescences, phosphorescences, etc., etc.,..." plusieurs chercheurs (de 13 équipes différentes) refusent l'observation. En fait il faut surtout comprendre que je dois envoyer (à mes frais) des échantillons au laboratoire, sinon, évidemment, toute discussion est stérile. Mais, lombrics expédiés ou pas, la problématique est là : pourquoi des vers"amorphes", assez ternes, peuvent développer après quelques jours passés dans un substrat ad hoc des couleurs aussi éclatantes ? Peut-on imaginer un processus qui "prépare" le lombric ? Y aurait-il un phénomène biotique (bactérien) qui initie les processus ? Pourquoi l'animal terne le lundi matin développe déjà, vendredi midi, des couleurs très belles et aussi vives ? Pourquoi le lombric change t-il à ce point ? Pourquoi de telles variations ?
La réponse pourrait-être : "envoyez moi vos lombrics, on verra bien".


      Le "potentiel" d'expression (lumière - irido-couleur) qui s'exprime chez les collemboles et les lombrics peut-il être un paramètre moteur du sol ? Ce rapport d'observation sur des espèces sentinelles (bio-indicateurs des sols : lombrics de surface et collemboles sur le même site) est extrait d'une surveillance éco toxicologique des biotopes humides du Morvan. La lecture des indicateurs biotiques, la recherche des expressions étranges (éventuellement pathotypes) d'un site cible, permet d'évaluer la naturalité et la santé des terrains. Evidemment la bioluminescence peut être un process tout à fait normal de fonctionnement du vivant. Mais repérer l'évolution étrange ou remarquable de plusieurs espèces synchrones permet déjà de tester certaines hypothèses -in situ-.


1) - Bioluminescence des collemboles : photographies
réalisées in natura dans le Morvan.







Sur site, la jolie bioluminescence (ci-dessus) des collemboles -qui s'exprime sous forme de flashs
intermittents- est si forte qu'elle peut être photographiée facilement en lumière naturelle.
Mais, il ne faut pas confondre une VRAIE bioluminescence avec
des réflexions optiques (voir ci-dessous).



2) - Réflexion optiques du soleil sur les écailles des
collemboles : photographies réalisées
in natura dans le Morvan.












Exception faite d'une espèce en Nouvelle Zélande, d'une espèce au Japon et d'une dernière en
Amérique du sud, les collemboles ne sont lumineux que si et seulement si ils ont ingérés des
bactéries ou des champignons bioluminescents. Les collemboles sont RAREMENT
de vrais animaux auto bioluminescent, et, DE CE FAIT, la découverte
de ces sujets SI allumés dans un site suggère que le sol est
assez particulier !!!! Le sol où vivent les lombrics est donc
"potentiellement"- étrange(?) et très particulier...







Les couleurs émanées des lombrics, (ci-dessous) observables que sur site ne sont
alors pas seulement structurelles. Les couleurs sont sous influence biotique.

 








  
Bien que les images ne soient pas d'excellentes qualités, certaines
vues montrent des couleurs maintenues dans l'ombre, ce qui
invalide l'option de l'iridescence simple.




Outre les iridescences, le vers pourrait-il aussi déclencher
quelques lueurs par chimiluminescence ? Les processus
pourraient-ils être combinés ? N'y a t-il pas autre chose ?






Ci-dessous, simples reflets étranges de nuances situées aux
soies des lombrics ou vraies lumières émises...

 




Pourquoi des mécanismes optiques créant des motifs colorés ne pourraient-ils pas
être associés à des processus chimiques complémentaires ? Outre l'utilité
controversée des couleurs et des lumières pour un organisme (c'est un
autre exposé), on peut se poser la question. Pourquoi et comment
quelques couleurs intermittentes chez certains lombrics
sont maintenues quelques temps dans l'ombre ?



Avec ces nouvelles vues, il semble, il "semblerait" qu'il puisse y avoir une fluorescence ???
Les détracteurs de la première heure (ce qui affirmaient pouvoir expliquer tout très
simplement) avouent être dépassés. Plusieurs processus semblent interférer...







      Je me pose la question de savoir si la nanostructure du corps du lombric formé de tubes minuscules ne pourrait pas fonctionner comme des "fibres optiques" créant une structure photonique qui jouerait une fluorescence contrainte. Les tissus corporels du lombric (composés de cylindres creux regroupés en configuration serrée dans un réseau de stries parallèles, empilement de couches minces, formant un miroir de Bragg?) ne pourraient-ils pas engendrer une fluorescence contrainte comme cela existe chez certains papillons ? Dans l'esprit, lorsque l'on parle de structures optiques, ont pense à quelque chose de "solide" ou "figé-rigide", or, le lombric a un corps mou et un changement de conformation pourrait expliquer ces flashs. Ce qui est étrange pour le lombric, c'est que l'émission des couleurs ("lumières" émanées éventuellement "fluorescentes") est privilégiée selon des directions particulières... Outre la fonction d'aide à la répulsion d'eau et l'effet bénéfique d'antisalissure facilitant le déplacement, les structures en tubes pourraient être utiles à ces vers de surface via l'absorption de la lumière infrarouge qui pénètre le sol favorisant ainsi le réchauffement indirect de l'animal sensible à la lumière...








Toutes les couleurs ne sont pas des ornementations optiques éphémères. Et, certaines imprégnations (qui
pourraient correspondre à des champignons) donc une maladie, touchent d'ailleurs plusieurs
espèces.
Un ou plusieurs intrants contenus dans le sol pourraient-il causer ces
couleurs vives (pathologiques) qui s'expriment selon plusieurs registres ?

















1 - Les couleurs irido-émanées, sur les flancs des lombrics, correspondent au jeu d'ouverture des fibrilles
tubulaires (tubes des tissus corporels mous des vers), qui jouent rigoureusement l'effet de fibres optiques.
2 - Sous la l'incidence du soleil, des flashs d'une lumière très vive peuvent apparaître faisant croire à un "effet éclair".
3 - Certains motifs colorés (jamais irisés) peuvent être maintenus quelques instants dans l'ombre.
















      Ne passons pas à côté de l'interprétation des couleurs du lombric. Les canaux cylindriques creux emballés dans des matrices tissulaires du lombric -qui fonctionnent vraiment comme des fibres optiques pour donner quelques couleurs structurelles aux surfaces- n'expliquent pas pourquoi l'effet couleur n'est observable qu'in situ. Si les couleurs n'étaient que structurelles elles seraient reproductibles et évidemment observables indéfiniment en dehors du site. Les intervenants chercheurs qui s'expriment sur le dossier en transposant des résultats d'observations des faunes marines au lombric du Morvan, doivent aussi et surtout prendre en compte la caractéristique géographique et temporelle du phénomène d'optique. Le lombric en dehors du site n'est plus iridescent.




L'observation fait débat et les échanges rédigés sont passionnés ! Ignorons ceux qui affirment que le lombric est un canular.
Discutons d'avantage avec ceux qui utilisent rigoureusement les mots (très précis) pour commenter l'observation.
Les examens qui touchent aux phénomènes lumineux sont complexes et peuvent avoir plusieurs genèses
modulées sous plusieurs processus physiques et chimiques. Pour évoquer l'observation du lombric
inventons alors un mot pour correspondre à la situation (in situ) sans amalgame.










Fluorescence, phosphorescence, luminescence, chimiluminescence, biofluorescence, finalement
pourquoi inventer un mot lorsque ces vocables existe ? Il y aurait encore autre chose ?
Le lombric se colore t-il par un autre phénomène ?





Le Lombric "Irido-bio-luminé"
  
Irido-bioluminescence ? Pourquoi inventer ce mot ? Les photographies exposant des couleurs si vives (si extraordinaires, presque "impossibles") méritent réflexions et nécessitent un commentaire important. L'intensité des couleurs ne semble ne pas être amenée que par la fine couche de mucus (ou de tissus fins) qui entoure le ver... Surtout pas ! Les couleurs s'affichent uniquement si le lombric a ingéré la terre (le substrat ad hoc) qui, DE PLUS, doit surtout être dans le corps de l'animal ! Une irisation préjugée de surface seule ne fonctionne pas à ce point (surtout si les lombrics sont affamés). Les couleurs ne sont exprimées que si et seulement si le lombric a ingéré de la terre. Les couleurs sont, de plus, localisées aux portions du corps contenant la terre ad hoc. Une observation attentive des juvéniles (plus translucides que les adultes) renseigne sur ce point important. De plus, l'intensité de la réponse, change, évolue selon la qualité du sol (ensemencé ou pas avec des champignons). Les productions colorimétriques sont un résultat mixé de processus physiques installés sans doute avec une base chimique. Les processus impliqués semblent pouvoir se chevaucher. Si les couleurs étaient seulement irisées, elles seraient invariables associées aux structures tissulaires, donc, assez reproductibles chez l'ensemble des sujets de la même espèce. Or, c'est l'inverse. Les couleurs varient avec la qualité de la nourriture. Les couleurs les plus intenses sont celles qui apparaissent lorsque le sol est ensemencé de champignons (pour accélérer l'humification). Les processus physiques et chimiques semblent pourvoir se compléter pour créer ce qui est d'avantage qu'une simple irisation de surface. L'hypothèse d'un processus complexe (chimique puis physique) semble pouvoir être considérée. La genèse des couleurs vives (qui transparait via l'irisation du mucus) semble être installée aussi dans le substrat contenu dans le corps du lombric. Le mucus seul (sans le substrat ingéré lequel doit être dans le lombric) ne donne jamais une telle réponse forte. Le spectre des couleurs émanées du lombric semble être d'avantage qu'un simple jeu d'optique (couleurs iridescentes de surface). Plusieurs couleurs semblent être maintenues dans l'ombre...

      Pour étudier la validité de cette hypothèse d'une genèse corrélée au sol, il faut noter que l'animal se débat (beaucoup) surtout lorsque les couleurs émises sont vives. Des couleurs optiques physiques (de réverbération et d'irisation) pourraient-elles déclencher des sensibilités animales particulières ?

      Alors, précisions faites,
pour le lombric, ne serait-il pas préférable de parler : d'irido-coloro-bio-luminescence ? Les détracteurs (amicaux de la première heure) ceux qui certifiaient par dogme l'iridescence "pure et simple" imcompressible, admettent que les observations fines permettent d'ouvrir le débat...
Et, pourquoi le sol n'aurait-il pas des propriétés intrinsèques motrices pour moduler les productions optiques (iridescentes ou pas). Peut-on invoquer le CEC (la capacité d'échange de cations), faut-il imaginer un effet électromagnétique ou ionique ? Les hypothèses chimiques et surtout biotiques sont ouvertes... Une colorisation des lombrics modulée par le sol ?







Irido-bioluminescence ? The pictures of a very vivid colors in earthworms Lumbricidae are magnificent and strange. The intensity of colors appears not to be caused only by the thin film of mucus or tissue surrounding the worm. The colors appear only if the earthworm eat the soil substrate. Iridescence does not create (alone) colors without soil substrate. The colors are installed exactly and only in the places where the earthworm has earth in his body. Careful observation of juveniles (more translucent than adults) explains a lot on this important point. Moreover, the intensity of the color response, change and evolve depending on soil quality (with or without mushrooms). The pictures of vivid color is a mixed result by photophysical and photochemical processes involved can be overlap. If the colors were only iridescent, they would be perpetual and invariable on all of the surfaces of all animals. It is the opposite. Colors vary greatly with the quality of the food. The strongest colours are only those that appear when I regularly mix fungi in the soil. The physical and chemical processes seem to be filled be complementary and additional. The hypothesis of a complex process (physical and chemical) seems here to be considered. The physical birth of the vivid colors (in the mucus surrounding the worm) seems correlated to soil substrate in the body of the Lumbricidae. The thin film mucus (alone, without the substrate) is not sufficient to turn colors. The spectrum of color seem to be more complex, that only one component of Iridescence. Then we can say more accurately : irido-bioluminescence.
Of course Iridescence is a purely physical phenomemon commonly seen in earthworms, being produced by the fibrous (collagenous) nature of the cuticle causing diffraction of light.


The vivid colors supports the hypothesis that earthworm involves the final iridescence reaction
that is determined by some associated components in the soil. This important and strange
hypothesis is based on the fact that the site gives a lot of bioluminescents springtails.
Soil does have physicochemical properties, not least CEC (Cation
Exchange Capacity), so possibly some
electro-magnetic or ionic effect.






 

L'hypothèse d'une substance exogène dans le sol ?


      Les vers teintés n'expliquent pas tout. Bonjour, Eric. J'ai fait une petite expérience simple pour me permettre de vous envoyer cette image étonnante. Je sais évidemment que votre cas d'observation (in situ en Morvan - Bourgogne) n'est pas corrélé à de simples colorants. Cependant, pour l'examen, il faut envisager l'hypothèse de substances chimiques rencontrées qui peuvent teinter les organismes. Ici pour cette image, la teinte des vers est donnée par des colorants que les animaux rencontrent dans le substrat. Cette image n'a que pour seul intérêt de démontrer que les vers peuvent afficher un morphe modifié par l'ingestion de substances exogènes. Pour votre dossier, si l'hypothèse de substances étrangères est avancée, on peut alors regarder le résultat de cette expérience simple où les vers deviennent colorés (teintés) après avoir vécu quinze jours dans un substrat imprégné de colorants (colorants solubles dans l'eau qui sont utilisés pour marquer les ruisseaux). Cette image n'a qu'un intérêt informatif. J'ai procédé à cette expérience dans la passé pour pour marquer des vers relâchés dans la nature. Les vers sont teintés lors d'un traitement lourd. Cette observation démontre que la couleur prise par l'animal ne se limite pas à certains organes. Si l'hypothèse des colorants (ou polluants exogènes) est discutée, il faut alors considérer que le vers peut changer radicalement et complètement d'allure. J'ai utilisé des colorants pour les rivières (rouge, bleu et vert; le vert était un peu jaune-vert). Des concentrations très importantes ont été nécessaires pour marquer de façon définitive les lombrics (couleur permanente). Sur l'un vers rouges, vous pouvez voir une particule du sol d'un ver vert. Dan.


      Worms dye does not explain it. Hello, Eric. I did a little test to allow me to make a photo to send you. I knew that your case was not related to colored dye that they encountered in the soil, but if someone suggests this, here is how that would look. I have dyed them in the past for marking and release, but in this case I gave them a heavy treatment. They lived in soil with large amounts or dye for two weeks. This is proof that the colors do not show only in certain organs. If anyone suggests dye to you, you can show them this as evidence that dye probably cannot explain it. I used water-soluble dye that is used to mark streams and rivers (red, blue and green; the green was somewhat yellow-green). Very large amounts were required to make them take on this permanent color. On one of the red worms, you can see a particle of soil from a green worm. Dan.

Dan Johnson, PhD
Professor, University of Lethbridge
Chair, 2005 International Conference of the Orthopterists' Society
Past-President of the Entomological Society of Canada

www.uleth.ca/~dan.johnson

D'ailleurs des bactéries peuvent éclairer des vers.
Dan Johnson nous rapporte l'anecdote suivante: "Repérée au printemps 1862, pendant la guerre de sécession, lorsque le Major-général Ulysses S. Grant avait poussé ses troupes dans le territoire confédéré le long de la rivière Tennessee, une lueur appelée la "Lueur de l'ange" semblaient guérir les blessures des soldats!!! L'effet apparemment protecteur de la lumière mystérieuse sur les plaies était le résultat de bactéries luminescentes (Photorhabdus luminescens) qui vivent dans les entrailles de vers parasites appelés les nématodes. Des vers peuvent donc s'éclairer, se colorer pour diverses raisons..."
Dan Johnson.













































































Oui, méditez sur la "lumière", le lombric vous le rendra !...



En examinant l'animal dans le site et en multipliant les observations (in situ), l'explication
des couleurs photo-générées (parfois très vives !) est assez simple. Et d'ailleurs
les paramètres sont déjà resserrés pour préparer la galerie BEST-OFF !
Les BELLES images de la série BEST-OFF arrivent ! ...





      Observations esthétiques étonnantes. Faut-il croire ici à la présence de bactéries luminescentes et/ou iridescentes (commensales ou symbiotiques) chez le lombric (ou à des microbes dans le mucus) ? Les lombrics modifient l'intensité mais aussi la couleur grâce aux structures des tissus internes (métamères) qui, pendant la reptation, jouent par effet d'écran ou par diffusion selon des stries des tissus translucides. Le tissu musculaire du lombric (en mouvement pendant la reptation) déplace les structures physiques comme un système naturel de fibres optiques. Le système d'allumage et d'extinction est-il purement physique avec un mucus "transformé" par des paramètres liés au site ? Peut-on penser à des unité photo réactive dans le mucus ? Ce commentaire, (qui pourrait être intuitif, ce qui serait un moindre mal), est surtout déductif...

      Pourquoi le sol n'aurait-il pas des propriétés intrinsèques pour donner des capacités modulées au mucus animal qui nimbe les lombrics ? Peut-on supposer des échanges de cations, faut-il envisager un effet électromagnétique ou ionique ? Pourquoi le mucus ne donne t-il ses irisations les plus fortes que si et seulement si un reliquat de terre est contenu dans le corps du lombric ? Le mucus seul, (sur un lombric à jeun), ne donne aucun allumage colorimétrique. Etrange.

      Pourquoi l'animal in situ est-il si peu considéré ? Les observations in situ sont pourtant étonnantes ! Elles ne nécessitent aucun moyen onéreux !!! La science ne se joue pas exclusivement au laboratoire, au musée ou sur la paillasse universitaire sous la loupe binoculaire maltraitée des étudiants agités. La vraie science, celle de la Nature, se joue dehors.

      Ouvrez les yeux ! Les lombrics peuvent s'allumer comme des guirlandes de Noël, pour peu que vous preniez la peine de regarder évoluer l'animal (obscur) dans son biotope.



Pour démontrer que les couleurs (irido-bio-structurelles des lombrics et bio-luminescentes des
collemboles) sont corrélées aux évolutions biotiques du sol, il suffit de stériliser la terre
avec quelques antibiotiques... Et, ici, la nature (devenue) morte est sans couleur.









      Certes, ce dossier ne va pas "révolutionner" la science fondamentale ! Mais cette observation in natura des couleurs chez les lombrics (sans aucun matériel, observation accessible à tous !) est un sujet utile pour évaluer les réactions dogmatico-inflexibles de quelques spécialistes laborantins. Présenté de cette façon sur cette page Internet, ce sujet souhaite montrer qu'il semble y avoir des "petites choses intéressantes" en arrière de l'iridescences très ordinaires des vers. Mais, dénigrement de canular, critiques gratuites, opinions lapidaires, jugements lancés sans discussion, puis, déjà appréciations reformulées pour demander que des vers puissent être expédiés (à mes frais) pour étude en laboratoire ?!... Oui, les réactions humaines sont aussi intéressantes que le dossier de science à proprement parler... Il est finalement étrange de constater la présentation monolithique des vers (toujours mornes dans les guides Nature) alors que ces animaux peuvent se parer de couleurs flamboyantes. En poussant les investigations avec de vrais collaborateurs brillants, le dossier avance. Dan Johnson -l'ancien Président de la société d'entomologie du Canada- nous a donné les pistes d'examens possibles et nous rapporte que des lombrics (à l'état naturel) peuvent apparaître avec des tâches de couleur orange... Le dossier des lombrics du Morvan est loin d'être bouclé. D'ailleurs, une publication (dans une revue) est en préparation.










A côté des messages (nombreux) assez peu constructifs qui dénigrent
l'observation, certains se proposent d'étudier le cas de ces lombrics...




  
"Ver" une explication du dossier...




      Le processus "couleurs - illumination" initié par les lombrics (dans une terre ad-hoc) semble fonctionner comme une "restitution" de lumière... L'autofluorescence est une émission naturelle de lumière par des structures biologiques qui ont absorbé préalablement une lumière... Tout semble indiquer que l'autofluorescence (dans les tissus profonds des lombric) peut ici tenir une part d'explication dans ce dossier...

      Mais, ceci dit, si vous souhaitiez suivre le sujet d'une observation étrange, n'espérez pas convaincre -même avec des peuves- et attendez-vous à quelques réponses laconiques. Certains (que vous n'avez pas contacté) vont vous tester pour savoir ce que vous souhaitez faire de ces observations. Des confrères (un mot dont la lecture phonétique est à la hauteur des lumières du lombric, humour) sont déconcertés et n'y croient pas, puis, après réflexions irritées, lancent leurs arguments et leurs sentences dans ces discussions passionnées. Puis, prenant le pas mesuré de l'autorité donneuse de caution, exigent déjà des choses, puis d'autres intransigeantes... Bref. Les couleurs émanées des lombrics ne seraient QUE des iridescences ?... Passant à coté de l'explication (si elle existe), utilisant parfois l'humour (mais pas seulement) pour vous demander si vous maîtrisez votre sujet, des observateurs refusent l'hypothèse d'un processus biotique corrélé au sol. ET POURTANT !

      Au seul critère que la genèse des couleurs du lombric n'est pas une bioluminescence stricte, parfaite, unique (et limitée comme celle du modèle théorique), des spécialistes -mais le sont-ils(?)-, qui veulent rester propriétaire de la Science dénigrent chaque piste du dossier jusqu'à dire : qu'il n'y a rien à voir ni même à considérer pour ce sujet... Voici de façon très résumée, les réactions non classées :
"Oui, mais, Monsieur, m'avez vous seulement envoyé la bonne vidéo, car, je ne vois rien d'intéressant ou digne d'attention.
Le phénomène rapporté, (votre phénomène photographié) s'il n'a pas été photo-mesuré par nos soins n'existe (n'existera) pas.
Je suis incapable de parler d'un tel phénomène, autour de moi aucune information n'est accessible pour commenter ce sujet.
Vos vers sont, je crois, très normaux et ne montrent rien d'intéressant.
Monsieur, vous dominez tellement votre sujet -par vos images si incroyables- que nous restons (et voulons surtout rester) des observateurs extérieurs (et anonymes).
Votre observation n'existe pas c'est un canular.
Des choses analogues existent ailleurs (je crois) en milieu marin par exemple.
Des bactéries étranges impliquées en partie dans une bioluminescence ou une chimiluminescence mêlée restent une idée totalement théorique et assez saugrenue surtout au regard de l'espèce...
Selon moi, impossible d'aller plus loin que cette réponse : il n'y a rien explorer ni à considérer dans votre invention.
Monsieur, les frais d'expériences que nous pourrions conduire pour démêler ce sujet sont (seront) à votre charge, et seule une expertise scientifique pourrait lever l'inconnue sur ce sujet qui sinon sera assez insoluble."


      Evidemment, force est de prendre en compte ces remarques. Mais, je reste sur mes positions. L'observation n'est certes pas transcendantale, mais, au moins elle existe. Les vers ont ici des couleurs assez inhabituelles. Et, les couleurs qui s'estompent peuvent se aussi se recharger... L'observation faite semble être assez étrange. Oui, pour moi (Eric G.) les couleurs lumineuses étranges sont guidées par un "processus" corrélé à la terre. Les couleurs émanées des lombrics (et parfois même quelques lumières "biotiques" émises) sont, je crois, reliées à un site particulier. Le phénomène "couleur vives - lumières biotiques étranges" existe surtout dans un site particulier. L'indication la plus probante est que les collemboles (qui ne sont bioluminescents qu'à partir de terre ingérée contenant certaines bactéries) ne produisent leurs lumières qu'à un endroit précis. L'observation des couleurs émanées des lombrics et des collemboles est attachée à un site ! Il est étrange d'apercevoir de vraies lueurs chez un lombric. Est-ce une lumière chimique ou l'effet de lueurs conduites le long des soies comme le feraient de vraies fibres optiques ? Les flèches indiquent (sur cette image) de vraies émissions lumineuses et, c'est assez étrange, mais tout se passe comme si le phénomène s'épuisait dans le temps. C'est comme si la "ressource" lumière disparaissait... L'iridescence EST ici SI FORTE, que ce n'est PLUS de l'iridescence !!! Le ver coloré, lorsqu'il s'allume, conserve VRAIMENT ses couleurs QUI NE DISPARAISSENT, parfois, qu'assez lentement mais inexorablement... Il est surprenant de noter que le vers évolue dans un site dont un film de surface (rapporté par la main) montre une fluorescence forte en lumière noire. Et rappelons (une fois encore) que les observations ne se font que sur un site p-a-r-t-i-c-u-l-i-e-r. Les couleurs "améliorées" qui ne sont pas toutes du type arc en ciel (certaines marques sont SURTOUT monochromes) sont TRES renforcées sur un site et dépendent rigoureusement du climat. Toutes les photographies présentées dans ce dossier ont été réalisées de jour, en lumière naturelle, sans flash. Ne peut-on pas se poser la question de bactéries et/ou de champignons impliqués dans le processus d'amélioration des couleurs ? En manipulant les vers, je me suis rendu compte que la terre devait certainement être couverte par un bio-film mince de surface fait de "bactéries fluorescentes" (?)... Je viens de réaliser cette première observation (ci-dessous) en UV aujourd'hui. Ce sont les toutes premières images (de mauvaise qualité)... Je vais approfondir le sujet. Alors, n'y aurait-il pas un phénomène biotique (microbien ?) qui initie les processus des "couleurs-lumières" pour ces lombrics ? Il n'est pas totalement déraisonnable d'écrire que des lombrics peuvent avoir une origine physique et biologique (plusieurs processus étant corrélés). Exemple, le cas des papillons...



Pour approfondir le sujet, le cas des papillons
et des hypothèses chez les mouches ?!




      NOTE : En dressant l'inventaire de biodiversité des espèces animales dans le projet VAVIV, certains types examinés ont révélé des notions intéressantes. En examinant la membrane supérieure des écailles de l'aile de quelques papillons on a observé l'organisation en cylindres creux d'une configuration hexagonale enserrés dans un réseau de stries parallèles. L'ensemble est maintenu à distance d'un empilement de couches minces, (formant alors un miroir de Bragg, par un réseau désordonné de piliers verticaux). Des molécules fluorescentes sont présentes dans cette structure. Leur pic d'émission se situe dans le bleu - vert aux environs de 505 nm et le pic d'excitation dans le violet, à 420 nm. Jusque là limité aux seules "conceptions" de l'iridescence (simple), les ailes rigides des papillons formées de réseaux en cylindres creux contiennent parfois des molécules fluorescentes et peuvent alors donner un complément fonctionnel aux couleurs structurelles. Les couleurs émanées peuvent alors se compléter. L'iridescence peut fonctionner de concert avec la fluorescence...

      CQFD, c'est sur cette complémentarité des processus (couleurs - lumières) qu'il faut sans doute interroger les teintes si vives du lombric... Des structures photoniques produisent des effets colorés intenses dont la nature est générée par plusieurs processus synchrones (des processus optiques et chimiques)...

      Poursuivons, autre exemple. Sans donner une publicité à certaines équipes plus qu'à d'autres, le sujet de quelques processus assez complémentaires agissant sous l'iridescence pour "booster" les couleurs n'est pas l'invention allumé d'un naturaliste fou, mais bien un fait déjà expertisé, vérifié et publié par la science officielle. Les couleurs structurelles (irisées) d'un papillon qui sont AMELIOREE pas des substances fluorescentes in vivo (dans les ailes) sont une réalité ! Et, autre exemple, une mouche qui "allume" ses yeux par une auto fluorescence naturelle in vivo n'est pas la vision hallucinée du même naturaliste toujours dérangé. Ces faits sont des observations tangibles déjà discutées dans des articles. La référence du lombric coloré n'est donc pas un canular graphique...












Alors, publication en cours, et, ... première image...
Première image faite en dehors du site, et, confirmation - surprise énorme !?






En amenant du bout des doigts un lombric sous l'appareil photographique UV pour régler la focale, je m'aperçois
que ma peau est très fluorescente. La terre contiendrait-elle des bactéries et/ou des champignons fluorescents 
(processus d'auto-fluorescence) ? Preuve est au moins donnée que l'observation dépasse l'iridescence
"pure et simple" et que la question de l'influence biotique sur le site est envisageable...



Guidé par Saint Thomas (qui ne croit que ce qu'il
voit), j'ai mené l'enquête et je suis convaincu d'avoir
entre les mains des lombrics qui "restituent"
quelques temps (et imparfaitement) des
lumières lorsqu'ils ont été
exposés au soleil...





      Restons curieux, poursuivons les observations pour sonder la réalité des phénomènes impliqués. Après avoir crié au canular pour conduire le début d'une appropriation (récupération du dossier ???), les personnes qui appliquent la recette du rien n'existe en dehors de mon travail (dixit : le phénomène que vous rapportez s'il n'a pas été ré-étudié par nos soins n'existe -n'existera- pas) se ferment sans doute des portes pour explorer de nouveaux phénomène. L'observation des réalités naturelles n'appartient à personne. La vérité des choses (lombrics, mouches, papillons, collemboles colorés par quelques phénomènes physiques et/ou biologiques) n'est pas une propriété. L'observation des choses naturelles n'est pas un capital, un bien privé...





"Ver" (ou pas) une explication imagée du dossier...



 
Détail, ci-dessus, de l'un des champignons présents sur site où sont observés les lombrics colorés et les collemboles allumés.



Cette page Internet ne constitue surtout pas le protocole exhaustif des "expériences" utiles et/ou à menées pour expliquer
l'observation... Cette page est une simple présentation pour dire que l'observation de terrain (irremplaçable) peut
offrir des sujets accessibles à chacun. Mais, n'oublions pas l'essentiel, pour certains ces références
n'existent pas, "circulez, il n'y a rien à voir", sauf un canular...








Résumé du dit canular :








A) Sur un site, et un site seulement du Morvan, (riche en matières organiques / humification) des lombrics
de surface apparaissent si colorés qu'ils font dire à certains que de telles observations ne sont
que des canulars (des inventions techniques ou graphiques).
 
B) En posant la main dans la terre, la peau devient fluorescente en lumière noire faisant croire
qu'éventuellement des bactéries puissent avoir une influence biotique-biologique.
 
C) Les couleurs émanées des lombrics se maintiennent quelques secondes dans l'ombre pour disparaitre...
Et, remis au soleil, les mêmes vers se "ré-allument" mais, déjà moins, et, de façon surtout
moins nette. C'est comme si le phénomène s'épuisait. Après deux, trois transferts et trente
secondes de manipulations, le potentiel moteur des colorisations tend vers l'inertie.
 
D) Les lombrics sont accompagnés sur le site par des nombreux collemboles
allumés (vraie bioluminescence qui fonctionne dans le noir).
 
E) Les observations des couleurs sont maintenues avec ou sans humidité dans le sol.
 
F) De nuit (en observation crépusculaire, par temps chaud et pluvieux, à 23h30, le 6 mars 2013
le long de la berge du Doubs à Dole), des naturalistes munis de frontales ont repéré
des vers colorés identiques lors de prospections herpétologiques. Les lumières
des casques évidemment focalisées au sol pour rechercher des batraciens,
ont révélé (au loin...) des lombrics colorés dans la pénombre... Les
photographies ont été réalisées sans précautions particulières
-au flash-, avec cependant une approche lampe
éteinte car les lombrics fuyaient la lumière.

G) Imprégnations oranges (étranges), plusieurs espèces de
lombrics, sur le site, semblent être malades...










- Epilogue -


      Les lombrics, en certaines circonstances (lorsqu'ils sortent du sol pour s'accoupler), ont paru quelquefois phosphorescents. (Voir Flaugergues, sur le phosphorisme des vers de terre; Journal de Physique, tom. xvi, p. 311 ; et J.-G. Bruguière, Journal d'Histoire naturelle, tom. II, p. 267). On ignore la cause de ces phénomènes, qui, néanmoins se retrouve principalement dans les "amours" des animaux. Mais, parfois ce sont des bactéries luminescentes (Photorhabdus luminescens) qui vivent réellement dans les entrailles de certains vers parasités qui produisent alors des teintes assez perceptibles (indépendamment de l'accouplement)...

      Merci aux personnes surtout désintéressées qui ont collaboré (sans arrière pensée) au dossier des lombrics - collemboles colorés en donnant leurs observations conformes et complémentaires à celles présentées ici. Quant à celles qui ont critiqué, (c'est un euphémisme) affirmant que le sujet, d'abord inutile, devenait trop "complexe", imaginant peut-être une récupération possible(?), ont-elles fait un bon-mauvais choix ??? La critique gratuite, les sentences lancées, puis les exigences d'autorité pour récupérer le dossier, sont-elles le meilleur moyen de conduire un projet ?

      Cette focale posée sur un sujet d'observation aussi simple et accessible que l'examen de la couleur de quelques lombrics communs (observés sans artifice) a surtout l'intérêt de pourvoir être repris par chacun. Si les couleurs "émanées" des vers sont toutes structurelles, chacun vérifiera alors immédiatement et sans aucune difficulté que les lombrics sont de vraies "guirlandes" de noël. Si les couleurs (aussi vives) ne sont pas reproductibles (à l'identique), c'est qu'il y a autre chose dans le dossier. Et, ceux qui préconisent : "d'arrêter de fumer la moquette dans ces observations complètement invérifiables" sont alors assez impertinents. Ne pratiquent-ils pas l'adage (rédigé dans cet e-mail qui doit rester privés) : "n'existe que ce que je publie moi et moi seul. Cela n'existe pas, puisque ce n'est pas moi l'inventeur".

      Ce dossier du lombric (très perfectible) est accessible à chacun qui prend la peine de regarder la beauté des choses. Dans sa version pré-presse, la maquette de publication PDF est (sous condition) disponible par e-mail.





- Publication : Le lombric - lumière sur un auxiliaire de l'ombre.
Dossier - Eric GEIRNAERT, article publié dans
Nature & Progrès N° 94 - Septembre-Octobre 2013.




      Avant de s'éteindre et de fermer la lumière...

      Outre les belles couleurs, le plus surprenant dans les teintes émanées de ces lombrics (qui rappelons-le sont de surface), ce sont les "illuminations" qui se maintiennent quelques brefs instants pour s'épuiser... Si l'on dit "LUMIERE" il y a alors échange, dépense d'énergie... Ici avec les vers, tout se passe comme si il existait une réaction chimique sous jacente qui s'amenuise. Peut-on supposer une réaction chimique à partir de composés organiques présents dans le sol (phosphine =hydrogène phosphoré, par exemple) dans l'humus, précisément de surface où sont observés les vers? La décomposition des matières peut-elle être colonisée par des bactéries ad-hoc ? Peut-il y avoir plusieurs processus impliqués ??? Bien évidemment il n'y a pas ici de "combustion". Si des processus lumineux sont impliqués ce sont ceux de lumières froides (comme le luminol qui réagit sur le peroxyde d'hydrogène)... Difficile d'intéresser LA science pure et dure à ces "irisations" colorées sur les lombrics qui sont d'avantage que des "réflexions miroitantes" simples sur des empilements de couches minces, formant un miroir de Bragg...


      Les lombrics lumineux existent !

La fluorescence native est fréquente chez les bactéries, les algues, les invertébrés aquatiques et certains insectes et papillons (Abel et Ludescher, 2003). Par contre l'autofluorescence des vers est moins connue et la capacité des lombrics à émettre de la lumière a longtemps intéressé les chercheurs (Jamieson, 1981 ; Cardillo et coll., 1997). Pour le vers Diplocardia alonga, par exemple, les réactions sont basées sur la luciférine, toutefois, l'origine anatomique de la lumière n'a pas été précisée (Otsuka et al., 1976). Et, les premières études de microscopie ont suggéré que ces lumières pouvaient avoir une origine dans les exsudats de la boue, mais les sources subcellulaires n'ont pas été élucidés (Rudie et Wampler, 1978 ; Wampler et Jamieson, 1986).


      Plusieurs espèces de lombrics peuvent restituer des lumières !

      L'autofluorescence qui est l'émission de lumière par des structures biologiques lorsqu'elles ont été exposées à l'éclat du soleil existe et fonctionne chez les lombrics. Le ver du fumier (Eisenia foetida), appelé "ver rouge", "ver tigré" génère des illuminations lorsqu'il a absorbé la lumière du soleil.
A lire :
"Autofluorescence as a tool to study mucus secretion in Eisenia foetida" (R.B. Heredia, S. Dueñas, L. Castillo, J.J. Ventura, M. Silva Briano, F. Posadas del Rio, M.G. Rodríguez) April 2006. Comparative Biochemistry and Physiology, Part A 151 (2008) 407 - 414.
A lire :
FOLIA HISTOCHEMICA ET CYTOBIOLOGICA, Vol. 44, No. 1, 2006, pp. 65-71. Autofluorescence in eleocytes of some earthworm species. (Justyna Cholewa, Graham P. Feeney, Michael O'Reilly, Stephen R. Stürzenbaum, A. John Morgan and Barbara Plytycz).







- Publication : Le lombric - lumière sur un auxiliaire de l'ombre.
Dossier - Eric GEIRNAERT, article publié dans
Nature & Progrès N° 94 - Septembre-Octobre 2013.





      La science n'est pas la poésie.

      Le ton polémique du dossier (très gênant) tient aux participations de ceux qui (voulant rester anonyme !) se sont invité au sujet pour soi-disant donner une caution d'autorité (qui s'est résumé par : "donnez moi votre fichu sujet, mal ficelé, je vais le publier"). Passé l'appropriation (ratée), les protagonistes curieux ont pris des couleurs encore plus vives que celles des vers ! Oui, la télévision nous distille ses émissions de science où les collèges d'experts collaborent tous dans l'allégresse, montrant à la caméra la synergie d'une collaboration gratuite désintéressée profitable à la connaissance partagée et gratuite... La réalité (hors caméra) est assez différente. Si vous étudiez un peu des sujets autrement plus médiatiques que celui de la couleur des vers de terre, (la paléontologie humaine n'est qu'un exemple), vous devriez voire poindre quelques polémiques chaudes où l'invention d'une découverte (avec une nouvelle référence, refusée avec force plusieurs années) est vraiment l'oxygène du combattant scientifique. La science (comme le sport, l'économie, la politique et les affaires) fonctionne par rivalités. Seule la poésie vit (peut-être) dans l'Eden chimérique d'un monde platonique baigné d'une béatitude cérébrale... Mais, voilà les faits, la science n'est pas la poésie...





Quittons un peu les lombrics assez indolents, mous (éclairés et piqués par la curiosité des critiques). Partons vers de
nouvelles observations plus véloces, plus toniques et évidemment plus sportives à photographier. Partons pour ces
observations de terrain, avec le vol libre des mouches. Evidemment ce sont des insectes vivants, observés
(comme les lombrics), sans artifice et sans trucage... Peut-être qu'avec les
mouches il y aura moins de canular, et, plus à regarder...

Les nouvelles observations de terrain.



Guidé par Saint Thomas (qui ne croit que ce qu'il
voit), j'ai mené l'enquête et je suis convaincu d'avoir
entre les mains des lombrics qui "restituent"
quelques temps (et imparfaitement) des
lumières lorsqu'ils ont été
exposés au soleil...




Retour à L'inventaire de biodiversité "Insectes Art et Images".


© Eric Geirnaert.

Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr