Retour début du site


SI VOUS PARTICIPEZ, ALORS vous ACCEPTEZ d'ETRE publiés...
Ceux qui demandent des expertises gratuites et des renseignements (pour vendre leurs découvertes) acceptent de façon tacite que les évaluations et les réponses données puissent être publiées sur le site avec les images associées, SINON, ne participez pas au forum... La correspondance concernant l'ambe gris est ici publique sur ce forum, libre et gratuite. SI VOUS NE VOULEZ PAS QUE VOS PIECES PRIVEES soient exposées sur le site ne venez pas au forum. C'est aussi simple que cela... (Ceci dit pour faire valoir ce que de droit). Sinon, pour éviter la publicité (dissimulée), les photographies qui sont vignetées par un logotype ou un nom d'enseigne ne seront pas publiées. Selon leur pertinence, les objets soumis à l'expertise sont affichés en infographies (toujours signées pour éviter l'appropriation des vues sur d'autres sites). Les adresses e-mail ne sont pas diffusées. Et selon le souhait exprimé des personnes, les questions posées peuvent être anonymes (rédigées sous un autre nom) pour permettre à chacun de conduire librement ses transactions. Le forum partage l'information, ni plus ni moins. Seules les personnes qui acceptent que les expertises puissent être publiées sur le site (texte et images) auront des réponses, des conseils et profiteront alors du partage des connaissances mises sur la tables par la communauté des découvreurs...
A lire avant de poser une question au forum.




 

Vous avez de l'ambre gris à vendre ? Cela tombe bien nous
réalisons ici gratuitement vos annonces sans aucun
frais. Ambre gris, pièces proposées à la vente.




Le site Internet de l'ambre gris a une bonne audience...

Vous souhaitez, vous aussi, acheter un ambre gris proposé sur le site ???

Peut-on avoir d'avantage d'informations sur l'objet ci-dessus ? Comme le lieu et la date de la découverte, la
méthode de la conservation ? Peut-on avoir quelques images plus détaillées, plus rapprochées des
surfaces (avec les détails fins) ? Peut-on se déplacer (et si oui à quelle adresse)
pour inspecter la pièce ? Quel est le poids de l'amas d'ambre gris...



Pour tout renseignement : eric.ambre.jaune@hotmail.fr
 

 



For sale :








For sale : ambergris from Canary Islands








Le forum Internet ambre gris...

Ce forum Internet qui est ouvert, participatif et gratuit est une alternative nécessaire à cette position dogmatique (où, via un formulaire à remplir sur un site internet), le courtier seul peut (ou pourrait) imposer ses idées dans une négociation commerciale (pré-conduite)... Ici, l'objectif est différent. Les internautes discutent en communauté, présentent leurs découvertes et échangent, puis reviennent sur leurs expériences... Ici chacun peut expliquer ses découverte, vendre, échanger ses pièces, partager des arguments, exprimer ses idées et au final progresser dans son dossier...



-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
PREAMBULE : Vous présentez des images et vous souhaitez une réponse ???
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour éviter de répéter maintes fois les choses alors que les propos sont pour l'essentiel rédigés au forum, seuls les internautes
découvreurs qui répondent à la question combien font deux plus cinq (2+ 5 = ???) recevront une réponse par e-mail.

Cette question permet de filtrer les participants ("légers") peu impliqués qui envoient leurs images sans réel
commentaires. Seuls les messages qui décrivent les matières (en détail), donnent le lieu de
la découverte, la date et posent les bases d'un sujet pertinent recevront des
réponses rédigées. Le forum ne souhaite surtout pas devenir une
galerie farfelue de découvertes hétéroclites...








Les masses jaunâtres, finalement assez
fréquentes ne sont pas de l' ambre gris... 





Le 30 janvier 2013, Ken Wilman ouvre la voie aux
découvertes d'ambres "gris", qui, observations
faites, sont surtout jaunâtres et
finalement assez
fréquentes...







Oui !!! Vraiment intéressant ! Vous aussi, vous venez
de trouver un amas "gris" (odorant) sur le littoral...
 
Bon, vous n'êtes pas le premier... Vous êtes d'ailleurs si nombreux qu'il
fallait bien ce forum pour répondre aux nombreuses questions.








 
      Mener des expertises d'objets ramassés sur le littoral s'avère assez facile dans le sens ou les objets peuvent être tenus en mains (les pièces sont réelles) et le parcours d'expertise est assez invariable. Les questions sont toujours les mêmes... Nous sommes bien loin des situations où il faut commenter des choses abstraites comme des apparitions lumineuses plus ou moins "immatérielles". Je pense aux expertises OVNIS avec les commentaires qui vont dans tous les sens à partir de canulars. Ici, pour caractériser des objets collectés sur le littoral, le processus Expertise - Questions est simple, implacable et ne nécessite pas vraiment de matériel laborantin... Il faut cependant garder à l'esprit que la mer est devenue une poubelle à ciel ouvert et que les courtiers (au moins eux) sont de grands joueurs manipulateurs... Donc, les expertises sont "simples", car invariables et implacables...
 




Les laisses de mer (accumulation sur le littoral de débris naturels)
contiennent des macro-déchets flottés qui ne sont pas forcément
ceux (précieux) du cachalot ! La stabilité, l'oxydation, le
rancissement, le comportement rhéologique, la
texture, l'expertise polluante olfactive,
l'incorporation de coquillages
incrustés permettent de
reconnaitre les
matières.





La mer devenue poubelle...


Avec le cachalot mort échoué, la mer poubelle recrache ses souillures... Dans
les amas odorants, les déjections anales du cachalot peuvent-elles
être une "richesse" parmi les immondices ?




 
Les cachalots disparus, les hommes cupides affirmeront encore trouver de l'ambre gris
(mémoire prestigieuse du fabuleux animal). L'idée intelligente serait de protéger
le cachalot...
Tout le reste, ce commerce cupide tout azimut des
souillures est assez "malsain"...




Les enfants s'amusent ci-dessous sur le cachalot mort... Quelle vision triste... Sans respect
pour l'animal les hommes cupides s'approprient l'animal mort, s'en servent de
promontoire et font déjà le nécessaire pour récupérer l'ambre gris...
CAR l'ambre gris de "meilleur" qualité est
celui ramassé sur
les animaux morts...


Je rêve d'une terre où l'homme n'aimerait pas l'argent et s'occuperait davantage
du respect des espèces qui, dorénavant, sont appelées "ressources" dans
ce grand pillage morbide de la planète.
 Selon le journal argentin Clarin, ce 11 novembre 2013, un cachalot de 14 mètres de long (50 tonnes)
s'échoue sur la plage néerlandaise de Helling (Hollande - Pays-Bas), mort d'avoir ingéré
20 kilogrammes de plastiques ! Et, le plus morbide (et triste) dans l'histoire c'est la
course aux expertises pour identifier reconnaitre l'ambre gris (évidemment
pollué
) parmi les souillures assassines...

 





      LA VERITE vraie sur l'ambre gris...

      
La MEILLEURE QUALITE : dans la matière fécale des cadavres.

      L'Ambre gris, ce trésor recherché par la parfumerie de luxe est situé dans la matière fécale des baleines... Et, la "meilleure" qualité est celle trouvée dans les baleines mortes... En effet, l'ambre gris est le résultat dégradé, fermenté des fragments non digérés de calmars (une partie intégrante du régime alimentaire des cachalots Physeter macrocephalus) et la moisson utile se fait surtout sur les cadavres animaux lorsque la digestion a été arrêtée (stoppée accidentellement). Dans la nature, les déjections rejetées en mer par les cachalots sont trop digérées... La saumure la plus utile en parfumerie est alors ce mélange morbide extrait des intestins des animaux morts, une matière alors putride d'une consistance qui ressemble à un goudron qui aurait une texture cireuse. Maintenant, gros problème, (si la chasse est interdite, règlementé), les animaux qui meurent échoués sur la plage (naturellement) sont étouffés par l'ingestion de plastiques polluants qui dégradent la qualité des matières fécales... Sans humour, le sujet est crucial pour les parfumeurs chimistes à tel point que la solution (au moins en Suisse) consiste à reproduire une putréfaction végétale contrôlée en utilisant les bactéries Escherichia coli sur la sauge sclarée. Le sclaréol ainsi produit, oxydé puis réduit donnera l'ambrox de synthèse pour une parfumerie plus bactériologique qui sera au chevet des cachalots morts...








Selon les courtiers l'ambre gris n'existe que dans l'hémisphère sud.






Question : expertiser des matières pêchées qui ressemblent
assez à de l'ambre gris, comment faire ?







Des dizaines de kilos de matières sont disponibles sur les plages !!!
YES !!! La richesse est à portée de main !


 






De nombreuses découvertes ici et là dans l'actualité...





Oui, à quoi correspondent toutes ces découvertes ?





Comment savoir ce que vous avez entre les mains ? Vous avez trouvé
un ou plusieurs amas étranges sur le littoral... Vous souhaitez avoir
un avis. Vous allez poser vos questions à des "spécialistes"...

Si vous présentez vos images à la "race des doctes courtiers en ambre"
les réponses données seront assez laconiques.



La réponse :
"Oui, mais non. Passez votre chemin, c'est de la graisse animale..."
n'est pas une expertise. Et, inversement si vous envoyez
vos matières (éventuellement précieuses) sachez
préalablement protéger votre découverte.



Faites confiance à Monsieur xxx, il est courtier - expert...
Courtage / Expert en ambre gris ???



 
Expertisez l'expert est le meilleur moyen d'éviter les petites duperies !


Prenez cinq minutes pour vous "amuser". Pour conduire correctement l'expertise d'une découverte, il faut aussi expertiser l'expert. Comment faire ? Oh, c'est très simple, (un exemple ici), prenez une image d'ambre gris (une découverte réelle déjà certifiée) et demandez à votre correspondant "courtier", le docte spécialiste, d'inspecter votre objet... Remplissez le formulaire sur le site xxx, vous verrez alors comment le commercial courtier conduit ses messages.


Un courtier en ambre gris est une personne dont le métier (ou plus exactement l'activité commerciale) n'a que pour objet de faire des bénéfices les plus élevés sur la revente des matières collectées et/ou rachetées aux particuliers... L'ambre gris (comme déjections naturelles cachalots) ne se ramasse qu'occasionnellement, au cas par cas et, à moins d'avoir un élevage de cachalot à la maison, il n'y a évidemment pas de filons à prospecter comme cela se fait en géologie. De fait, le courtier professionnel arrangera sa transaction (unique, au cas par cas) sans trop de contrainte pour tirer avantage de la situation sans craindre de vous revoir ultérieurement pour des explications détaillées... Pour connaître le prix (honnête) de l'ambre gris, mieux vaut ALORS ne pas questionner le courtier, puisque sont objectif est de faire des bénéfices sur votre dos...

Si vous voulez vendre vos matières vous même, le bon conseil peut consister à faire expertiser vos matière par pyrolyse.




L'ambre jaune (végétal) jusqu'à 1.000 € / g et l'ambre gris (animal) 30€/g
autant dire que l'ambre fait toujours le "bonheur" du courtier...

Qu'il soit jaune (d'origine botanique), qu'il soit gris
(d'origine animale), l'ambre très lucratif, récolté
sur les rivages, a toujours son courtier !



Pourquoi cette méfiance envers les courtiers ? C'est simple, un célèbre courtier en ambre jaune installé à Paris, m'a expliqué sur un courrier manuscrit (la pièce rédigée constitue un début de preuve) que : "LES FAUX n'existent pas puisque lui [-et lui seul-] sait expertiser les matières !" Devenu spécialiste de l'ambre jaune et de ses expertises, j'ai vérifié (après enquête) que le personnage était un fraudeur-faussaire...




Tester le courtier (pour préparer et réussir une transaction) est une méthode comme une autre. Mieux vaut trop de pré
cautions que la petite "duperie"... Qu'en pensez-vous ? Et, n'oubliez pas de vérifier les références (réelles, tangibles) de vos interlocuteurs...

Sinon
, Ici, sur le site Ambre.jaune, aucun formulaire à remplir, aucun envois, tout est gratuit...

Tient, puisque l'on est à vérifier les faits, donnons ici une précision importante ! Soyons cartésien et amenons une correction concernant l'ambre gris.
Pour l'audience publique on explique volontiers, on "raconte" ici et là que l'ambre gris serait une régurgitation gastrique des cachalots... Une sorte de hoquet, une éructation qui serait causée par les restes cornés des calamars, (les becs). Et, de là, on amène l'idée d'une certaine pathologie "gastrique", une sorte d'irritation étrange des muqueuses à l'origine de la "régurgitation"...
Oui, mais non, soyons pragmatiques. L'ambre gris et les images historiques des dépeçages le prouvent, l'ambre gris est le reliquat de la digestion. La concrétion se forme ET SE TROUVE ALORS dans le gros intestin et le rectum. La concrétion trouvée au dépeçage des cachalots est dans l'intestin et le rectum. L'ambre gris est évidemment rejetée en mer par les voies naturelles... Dans son ouvrage : "Açores : Les dernières chasses au cachalot." Michel Barré nous propose ce texte explicite, ci-dessous.






L'ambre gris ne semble pas être une régurgitation gastrique (= une éructation) mais bien une simple déjection anale (naturelle)... Comment diable un cachalot pourrait-il régurgiter une matière déjà dans son rectum ?... Une "souplesse" inexpliquée, (=humour)...
Bref, si vous lisez sur un document : (DESCRIPTIF - L'ambre gris est une sécrétion pathologique régurgitée d'un cachalot due à l'irritation de l'estomac par les becs de calamars...) DITES VOUS alors que les "choses" ne sont pas tout à fait exactes... Pour la poésie commerciale des images marketing, les parfumeurs et courtiers affirment que l'ambre gris serait la "régurgitation" ou même une "concrétion" biliaire des baleines (vivantes) employées en parfumerie... Dans les faits, le produit de meilleure qualité est prélevé sur les cadavres, et le terme très EXACT est : d-é-j-e-c-t-i-o-n !


Autre précision : L'ambre "blanc", spermaceti, substance organique huileuse, appelée "blanc de baleine" est retiré d'une poche cérébrale du cachalot. Il est utilisé en cosmétique...






Les résines végétales (grises à Madagascar)
ne sont pas l'ambre gris du cachalot...



Bonjour Monsieur Geirnaert, J'ai lu un bon paquet d'articles sur vous et je vois que vous êtes un fin connaisseur en la matière. J'ai trouvé l'ile Sainte-Marie, sept pièces (ci-dessous) que je crois être de l'ambre, j'aimerais savoir leur provenance et si effectivement, oui, il peut s'agir d'ambre gris. Je vous remercie d'avance.
Cordialement Mr. VAILLARD.
Bonjour Monsieur. De grises à noires, les matières qui sont patinées à l'extérieur, parfois avec des petits trous de surface, sont souvent des résines végétales indurées. Ici la matière compactée montre un éclat translucide. L'ambre gris du cachalot (le vrai ambre gris) EST UNE MATIERE ANIMALE par contre LES MATIERES grises à noires (fréquentes à Madagascar) sont essentiellement des sécrétions VEGETALES indurées. Matières animales et matières végétales SONT DEUX CHOSES TRES DIFFERENTES ! Les échantillons 3, 4, 5 et 6 montrent des grands trous de surface qui correspondent à des empreintes de bois (branche d'arbre)... Les matières sont de type copal, résines sub-fossile ou contemporaines... Le copal trouvé en mer n'est PAS l'ambre gris du cachalot...
Cordialement, Eric GEIRNAERT.



Une résine de type copal n'est pas un ambre gris du cachalot...








Bon, poursuivons le sujet avec un autre cas concret...

Comment différencier les amas organiques (animaux) des sécrétions botaniques ?




Pour les malgaches (qui vendent tout ce qui se commercialise) dans un pillage parfois général
assez incroyable, tout ce qui est péché en mer sous forme ronde, grise à noir, est de l'ambre
gris du cachalot. Les échantillons sont alors brûlés (sans réelle connaissance des
observations) et les propos sont toujours les mêmes : "J'ai plusieurs
dizaines de kilos d'ambre de la baleine à vendre
"...


Voyons le sujet.
 



      Les amas pêchés sur le littoral (objets informes légers, malléables à collants, éventuellement odorants) peuvent avoir un même aspect MAIS plusieurs origines. Le cas existe à Madagascar. Dans un même lot d'échantillons pêchés sur le littoral des amas animaux peuvent être mêlés à des matières végétales. Les matières végétales (résines) peuvent être souples à collantes, et, parfois durcies. Par contre, les déjections animales sont plutôt malléables, souples, compactées puis deviennent cassantes (friables) et ne sont pas spécialement collantes. Les deux matières (surtout légères par rapport aux minéraux lourds) peuvent être odorantes... Distinguer l'une de l'autre (lorsqu'elles séjournent en mer) n'est pas forcément facile.

      Néanmoins l'une peut servir de repas aux détritivores. Les crabes mangent en effet les déjections animales (graisses, ambre gris, etc.) Et les oléorésines sont vraiment ignorées des crabes. Regarder les surfaces mangées par les crabes renseigne alors sur l'origine des matières. De plus le chimisme de l'eau de mer transforme différemment les matières. L'eau de mer n'attaque pas les résines botaniques de la même façon que les déjections animales. L'observation se base alors sur le détail des brisures en surface. Et, au final pour reconnaître les matières, il faut découper les échantillons au couteau pour regarder l'intérieur de l'objet. Une matrice de résine se distingue en profondeur assez bien d'un amas de graisse.

      Outre cette observation, certains veulent utiliser la combustion pour différencier la concrétion animale de la sécrétion botanique... Voyons le sujet ci-dessous.








Brûler n'est pas le test spécialement "utile" (ou intéressant) pour caractériser l'objet (éventuellement "ambre")
parmi les matières légères solides, odorantes que l'on trouve sur le littoral dans les laisses de mer.
Toutes les "souillures" légères (= qui flottent) sont généralement
carbonées...
Et, puisqu'elles sont carbonées, elles brûlent (ni plus, ni moins).
De plus, ce test est destructif...






 
Le truc gris de Madagascar
pêché en mer n'est pas forcément l'ambre du cachalot !



Les malgaches, qui font commerce de tout, nous proposent des matières jaunes qu'ils affirment être de l'ambre de mer...

(Rires)...


Présentés à 50€ le gramme, ces objets cireux, testés à la flamme, rapporteraient ci-contre 42.500€ pièce !!!






L'ambre gris du cachalot (le vrai ambre gris) EST UNE MATIERE ANIMALE par contre
LES MATIERES grises à noires (fréquentes à Madagascar) sont essentiellement
des sécrétions VEGETALES indurées, parfois des mélanges...
Matières animales et matières végétales SONT
DEUX CHOSES DIFFERENTES !





Bouses de zébus "magnifiquement" transformées, les vendeurs malgaches
proposent tout et presque n'importe quoi sous le label : ambre gris...




      A Madagascar les échantillons gris sont effectivement "gris"...

      Recherchant le profit et prospectant aux matières lucratives, certains conduisent les populations autochtones vers le littoral où il serait intéressant de pêcher les matières noires, légères et odorantes. "On ne sait jamais, si c'est de l'ambre gris on peut devenir riche!". Imaginant l'objet, thésaurisant la matière, lorsque les échantillons noirs, légers et effectivement odorants sont récoltés sur le fond marin, les prospecteurs sont certains de tenir la déjection tant prisée du cétacé !!! "Oyez, oyez !" (=Ecoutez). "Voici de l'ambre gris, il est authentique PUISQUE nous le pêchons nous même !" Pour expertiser la matière, les vendeurs pratiquent la combustion ou le test de l'aiguille chauffée à blanc (moins destructeur) qui marque les échantillons en développant une fumée musquée marine...

      Prétextant que le copal (les oléorésines indurées) sont plutôt jaunes et moins odorantes, les vendeurs affirment avec certitude que leurs échantillons gris noirs sont d'origine animale. Oui, MAIS, tout ce qui est gris (même récolté en mer) n'est pas l'ambre gris du cachalot. Expliquant avec arguments et photos que les fonds marins peuvent être riches de tout et de n'importe quoi, j'ai expliqué que l'on pouvait pêcher -parfois aux mêmes endroits- des échantillons d'ambre gris et des résines marinées (également grises) qui devaient être alors expertisée en coupant les matières au couteau. Une résine végétale modifiée par le chimisme de l'eau de mer n'a pas vraiment l'aspect des déjections de la baleine... Et, le laboratoire de confirmer ces affirmations !

      Des matières prétendues "ambre gris" ont été déposées à l'Institut malgache de recherches appliquées où l'opérateur a recherché (1) des stérols et (2) des triterpènes...
1) Les stérols sont des lipides présents en faible quantité dans certains végétaux (céréales, huiles végétales, légumes, fruits, noix…).
2) Les triterpènes sont des molécules végétales contenues dans les oléorésines végétales... Les échantillons ont été analysés en "screening phyto-chimique". Le SCPC est un ensemble de techniques qui permettent de détecter des substances végétales. Le réactif de Liebermann est par exemple un révélateur en fluorescence à 366 nm, qui est utilisé pour caractériser des substances végétales.


      Les analyses ont démontré que les échantillons gris sont rigoureusement des résines végétales et n'ont rien à voir avec l'ambre de la baleine utilisé par les parfumeurs... Le littoral malgache est constitué de strates (dépôt forestiers - kérogène) recouverts par la mer. L'érosion peut libérer des résines piégées dans les sédiments. Ces résines végétales ne sont pas fossilisées et n'ont aucune relation avec le cachalot.
A Madagascar on peut pêcher sur des affleurements des résines qui sont arrachées des sédiments. Les ambres gris -les vraies déjections du cachalot- ne sont jamais concentrées en un lieu qui libère, jour après jour, ses richesses.
Ce qui provient du sol a d'avantage de chance d'être une résine.

Le bon sens permet de distinguer les matières...




Madagascar :
Le Copal, la Montage d'Ambre, l'Ambre gris
du Cachalot, et, la cire grise (loko manitra).



      L'ambre gris de Madagascar n'est pas vraiment celui du cachalot !

      Crée le 28 octobre 1958, la réserve naturelle de la Montagne d'Ambre à Madagascar a été le premier parc national institué sur la grande Ile. Le mot AMBRE est historiquement associé à l'AMBRE-GRIS (du cachalot) que l'on pêche sur le littoral et qui flotte à la surface de l'océan. L'AMBRE-GRIS d'un point de vue rigoureusement scientifique est constitué par les déjections marinées du cachalot. Ces déjections (c'est à dire les matières fécales) contiennent des becs de calamars... Maintenant, ces déjections (exploitées par la parfumerie de luxe) sont : rares, TRES RARES!!!!

      Et, dans les faits, les malgaches pêchent régulièrement d'autres matières grises, légères et odorantes. Le loko manitra gris, (la "cire parfumée") est pêchée pour être brulée sur les tombes des ancêtres. La matière se consume dans une odeur forte. Les cires parfumées grises (pêchées en mer) sont essentiellement des oléorésines végétales arrachées des fonds marins par l'érosion. Le littoral et les strates géologiques malgaches contiennent des résines végétales contemporaines indurées et subfossiles.

- La résine sub-fossile est le copal de couleur jaune champagne.
- La résine contemporaine indurée qui a mariné dans l'eau de mer est grise à noir (loko manitra) mais n'a aucune origine animale.


Les résines indurées ne sont pas l'ambre gris du cachalot !




VERIFICATION FAITE, l'expertise au laboratoire démontre ci-dessus que les matières étiquetées "Ambre-gris" qui
sont pêchées sur le littoral à Madagascar (et qui sont proposées à la vente) ne sont ici que des résines végétales.



Et, déjà de nouveaux lots...
Mais la réponse reste la même...

  





Pêchés par les malgaches, les blocs ronds, ovoïdes, observation faite, ne
sont que des oléorésines indurées (donc sans grande valeur)...








Alors, copal induré, résine contemporaine, graisse mêlée à des amas
organiques, simples déjections animales hétéroclites ou véritable
ambre gris du cachalot ??? Le test de la combustion n'est pas
totalement suffisant... D'où l'importance de ce
forum pour e-x-p-e-r-t-iè-s-e-r les matières.





 
      Casser l'échantillon pour regarder l'intérieur...


      N'écoutez SURTOUT pas les courtiers qui exigent que vous envoyiez (à vos frais) des échantillons pour mener leurs expertises. Dans 99% des cas l'EXPERTISE visuelle, déductive, logique, implacable à partir d'images est suffisante.

      Pour caractériser des matières, c'est simple, il suffit parfois de briser les échantillons. Certaines substances marinées (qui sont odorantes) deviennent cassantes et sont surtout molles (ramollies) en surface... L'intérieur ressemble plus ou moins à une pâte à "pain" sans les petits trous. L'objet ainsi présenté (un pain odorant, avec une croute et une mie profonde différente) démontre que la matière est réactive à l'eau de mer. Ces objets comparables à des "pains" (voir ci-dessous avec parfois de grosses cavités) sont souvent des graisses animales (des matières organiques m^lées à d'autres matières, des os) qui peuvent être modelées par l'eau de mer. La forme est alors lenticulaire, ovoïde... Les matières organiques ne réagissent pas à l'eau de mer de la même façon que les matières issues ou dérivées du pétrole (plastiques, paraffines, etc.) ces dernières étant plus stables. La façon dont le chimisme de l'eau de mer attaque les objets permet des distinguer sans erreur la matière organique d'un vulgaire mélange "pasticomorphe". Un objet qui produit une odeur forte peut souvent être une graisse animale en décomposition qui contient des bactéries... Les matières dérivées des pétroles (certes, odorantes après un séjour en mer) sont plus stables...

      Seules les pâtes non homogènes (dans leur texture profonde) qui restent friables à la compaction avec la présence éventuelle de bec de calamars sont susceptibles d'être de l'ambre gris du cachalot. Tout le reste, (DONC l'essentiel des découvertes) est souvent une souillure de l'activité humaine (autrement dit une pollution marine)...

      "Mou, cireux, jaunâtre, blanchâtre, huileux, fibreux" ne sont pas vraiment des adjectifs pour caractériser l'ambre du cachalot. Ce dernier est gris, friable, à grains... Un objet qui suinte un exsudat gras jaune lequel durcit jour après jour n'est pas vraiment la marque d'un ambre gris. L'ambre gris (avéré), brisé entre les doigts, a une cassure à grains fins. L'absence de grain, la caractéristique "lisse" (corps lisse) est d'avantage la marque des graisses animales et/ou des produits dérivés du pétrole.
Bref, prenez le temps de devenir l'expert de votre découverte. C'est le meilleur moyen d'éviter les courtiers menteurs...
 



 
      Ou, regarder l'intérieur sans casser l'échantillon...


      Certains découvreurs choisissent des tests (plutôt étranges) pour expertiser leurs découvertes... Certains optent pour un scan en radiologie. Cet amas de graisse par exemple a été trouvé en févier 2013 dans les TUAMOTU GAMBIER sur la plage et a finalement été analysé par Monsieur Christophe Garnier, médecin à Tahiti (Papeete, Immeuble Le Maori, unité 1238). L'amas (qui a des cavités aréiques et qui montre des traces d'os), est identique en densité à de la graisse animale...



L'ambre gris du cachalot n'est pas de la graisse... Le scan n'est peut-être pas le
meilleur test pour questionner la matière... Pour expertiser l'ambre
gris du cachalot, une pyrolyse est plus utile...






L'ambre du cachalot est solide, opaque, gris clair à gris foncé... Les
échantillons sont solides mais pas durs. Les nodules peuvent être
écrasés entre les doigts. La cassure est à grains fins. Les amas
libérés tenant parfois des traces en lamelles ressemblent à
des sortes de petits galets gris de rivière. La matière se
ramollie assez facilement dans la chaleur de la main.


Les matières translucides, homogènes en profondeur, plus ou
moins consistantes à solides (jaunes à noires, marbrées)
qui durcissent ne sont pas l'ambre du cachalot.


Un bloc de paraffine, une graisse animale, une huile végétale solide, une
souillure transformée par l'eau de mer a toujours ses caractéristiques
propres qui permettent de conduire (sans
matériel) une première expertise...



 


Cet échantillon, ci-dessous, lui aussi ramassé sur le
littoral (malgache), est-il un ambre gris ??????
Ramassé sur la plage de l'Île Sainte-Marie à
Madagascar, à quoi correspond ce bloc ?
 




La forme, la texture, et, même les déformations...
 L'observation de la déformation des échantillons sous l'effet des contraintes
appliquées par l'eau de mer permet de suivre le comportement (plus ou
moins stable) des matières. Les déformations rhéologiques
(du grec rheo, couler et logos, étude) permettent de
caractériser les polluants gras flottants...






 
      L'expertise des souillures marines...

      Flottant en mer, de nombreux échantillons identiques à des blocs d'un étrange "savon" (insoluble mais odorant) sont ramassés sur le littoral. Les amas sont toujours arrondis par l'érosion marine. La matière exsude (transpire) parfois un reliquat mou qui s'amasse en périphérie... L'objet profond devenu cassant se brise assez facilement et révèle une sorte d'émulsion (comme des huiles hydrogénées) plus ou moins translucide... Le comportement de maturation des blocs (éventuellement cireux en surface) permet des caractériser les substances végétales et organiques en les distinguant des intrants dérivés du pétrole (plus stables). Un prélèvement fin du reliquat de surface (prélevé entre le pouce et l'index pour apprécier la granulométrie) posé sur une plaque de verre (pour une observation à la loupe binoculaire) suffit généralement à expertiser les origines. Les éventuelles dénaturations des matières au cours de leur séjour dans l'eau de mer sont suffisantes pour lire la présence de graisses animales et/ou d'huiles végétales solides -de palmiste par exemple-, etc. Pour l'expertise des polluants gras (graisses animales) et huiles solides, il est intéressant d'exploiter les ressources de l'ITERG (Institut des Corps Gras), ce laboratoire est expert pour conduire ces analyses.

      La biodégradation par les bactéries, la "dissolution" / maturation, la pénétrabilité de l'eau, la densité et l'imprégnation des coquillages en surface, la photoxydation (et le changement induit des couleurs), la plasticité - "viscosité" profondes et celle des reliquats sont suffisants pour expertiser les matières et invalider la découverte d'un ambre gris du cachalot...



      Ouvrir les échantillons pour l'expertise...

      Ouvrir l'objet en deux pour voir que l'amas n'est pas l'ambre du cachalot. C'est simple...
      A) L'intérieur est structuré avec des lames et des cloisons, c'est un animal mort. B) L'intérieur est formé d'un amas de débris végétaux, c'est une résine indurée type copal. C) L'intérieur est homogène plus ou moins translucide, c'est un dérivé du pétrole.


      Ouvrir les échantillons permet de lire le contenu pour préciser l'origine des objets... Homogène ou granuleuse, lisse, huileuse, fibreuse, la texture du contenu suffit souvent pour expertiser l'objet. Un contenu étrangement homogène, translucide et diaphane n'est pas le signe d'un ambre gris du cachalot (l'origine est plutôt chimique)... A l'inverse, l'observation interne de quelques structures rayonnantes (des sortes de lamelles qui partent d'un centre, voir ci-dessous) démontre rigoureusement une ORGANISATION (éventuellement animale). Un matrice imprégnée de débits végétaux démontre que l'objet est sans doute une résine indurée. Donc, dans ce cas on peut rejeter également l'hypothèse des déjections du cachalot (= des matières digérées qui sont des amas informes fuselés). J'ai déjà développé en large et en travers ces déductions (pour publier mes recherches sur l'ambre / succin végétal) où les structures "rayonnés" permettent d'expertiser certaines formes animales. Voici par exemple cet organisme marin trouvé dans ambre balte. Ce sont les lamelles parallèles qui permettent de relier l'inclusion balte au groupe des cnidaires... Si des formes rayonnées (structurées), si des portions d'un étrange squelette élastique (ou corné) apparaissent avec des lamelles devenues fibreuses molles plus ou moins parallèles on peut supposer que l'objet puisse être le reliquat d'un organisme fixé (type éponge) dégradé, décomposé... Les éponges en général filtrent l'eau de mer en créant un courant qui va passer par les nombreux pores et ressortir pas un orifice général. Les particules alimentaires sont conservées dans les structures... Des organismes décomposés (plus ou moins rabougris), quelques espèces qui s'encroûte par du calcaire qui sont composées de réseaux dense de fins tubes spongieux peuvent ressembler par leurs surfaces à des ambres gris du cachalot. Mais l'examen des textures profondes permet de lever le doute. L'expertise détaillée des "objets" marins n'est pas simple et, dans les faits, les découvertes ne sont pas souvent (et forcément) celles de l'ambre gris du cachalot... Quelques éponges mortes, (spongiaire Porifera), très odorantes, ne sont pas l'ambre gris du cachalot... (Voir ci-dessous).
 
 


Les animaux morts ne sont pas l'ambre gris du cachalot !

Les boules retrouvées noires, déstructurées (parfois "gluantes") dont l'aspect intérieur
est plus ou moins foliacé avec de portions de lamelles ondulées peuvent être les
restes coloniaux d'animaux filtreurs qui vivent fixés à un substrat (embranchement
des Bryozoaires / Ectoproctes), classe des Gymnolèmes qui sont parfois calcifiés.






Les amas plus ou moins "gris" qui montrent des structures rayonnées
profondes (ci-dessus) ou des matrices épaisses criblées (ci-dessous)
sont d'avantage des souillures (restes d'animaux morts de
l'embranchement des spongiaires - porifères) que des
ambres gris du cachalot. Trouver les blocs précieux
à la parfumerie de luxe dans les laisses de mer
s'avère être plus difficile qu'il n'y parait...







Pourtant, l'ambre gris existe et le négoce fait les bonnes affaires...











Vous souhaitez vendre vos échantillons d'ambre gris
avec un certificat professionnel ? Réussir une
transaction nécessite d'avoir le
certificat d'authenticité...








L'ambre gris = déjections du cachalot, mais, à ne pas
confondre avec les autres "déjections" de cétacés...








Si vos objets contiennent (éventuellement) des becs de
calamars, poursuivez vos expertises et analysez vos
échantillons en pyrolyse. Nul besoin d'avoir un
"courtier" (commercial) pour demander cette
expertise à un laboratoire privé !
Recherchez l'ambréine, ni plus ni
moins. C'est simple et imparable.

Sans faire de publicité, de nombreux laboratoires (indépendants, accrédités) peuvent faire une
pyrolyse de l'ambre gris pour rechercher l'Ambréine. Institut Pasteur, apave.com, bureauveritas.fr, etc...














Oui, sur le web, sur facebook (sur quelques pages personnelles consacrées aux richesses et senteurs du Maroc), sur
Ebay également, ici et là, on trouve des échantillons à vendre qui correspondent certes à des amas organiques
digérés de cétacés, (vendus comme ambre gris) mais qui évidemment ne sont pas l'ambre gris du cachalot.
Toutes les matières plus ou moins digérées des cétacés ne sont pas l'ambre gris du cachalot.




Si vous souhaitez des expertises, pensez à faire de bonnes images...
Le conseil peut paraître évident, mais, voici des exemples
malgaches où l'on ne voit rien. Pour commenter une
pièce il faut pouvoir lire PRECISEMENT le détail des
surfaces et des "objet" incrustés. Soyez méticuleux.
Une photographie nette (surtout en
numérique) n'est pas si
difficile à faire....















Sinon, voici ci-dessous, les questions / réponses...
Le forum Ambre-Gris.









 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      Ambre : Acheter de l'ambre gris VRAI chez un vendeur fiable.

      Bonsoir, Je recherche actuellement une pièce d'ambre gris, de quelques grammes (seulement) mais : véritable, afin d'en faire cadeau a un ami qui en cherche depuis longtemps sans en trouver.... J'avoue que mes recherches récentes n'aboutissent à rien... Monsieur, sauriez-vous m'aider ? Où puis-je trouver des vendeurs fiables ? Avez-vous des contacts ? Je ne sais pas de quand date votre site et si vous êtes toujours actif...
Je suis sur Paris et je ne trouve rien...
Mais j'espère que vous recevrez mon mail et que vous pourrez me répondre rapidement.
Merci beaucoup par avance.
Pauline Laurent.



      - E.G. -

      Bonjour Madame.

      Je vois bien votre demande. Vous souhaitez acheter un bloc d'ambre gris véritable chez un découvreur / propriétaire ou vendeur fiable... Pour vous montrer que le site est actualisé, au jour le jour, et que je suis réactif (en quelques minutes), je dépose votre message à l'instant même sur le forum. Les personnes qui m'écrivent, qui me demandent des expertises d'ambre gris sont des contacts... Donc, OUI j'ai des "contacts"... Je peux vous renvoyer vers de vrais découvreurs et même des vendeurs -en message privé-, mais, plusieurs personnes ont expressément exigé (avec force et parfois virulence) de retrouver l'anonymat au plus vite pour poursuivre leurs transactions ailleurs en page cachées. Voici le dernier message du genre : "Bonjour, Je vois que votre message est en ligne... Pouvez-vous le supprimer immédiatement, je ne vous ai jamais autorisé à le publier avec mon nom en plus!"
Ce monsieur que nous appellerons M. Duchemol me demandait si je pouvais l'aider à vendre son ambre gris. Alors que fait-on ? D'un côté j'ai des acheteurs potentiels, et, de l'autre, j'ai des vendeurs déclarés qui souhaitent regagner l'anonymat. Que faut-il faire ??? Qui faut-il satisfaire ??? Pour quel avantage ??? Que répondez-vous ? Que seriez-vous prête à faire ??? Madame, pouvez-vous annoncer une démarche, un prix approximatif ou autre chose (une informtion) pour convaincre les vendeurs ? Madame, votre message passé au forum (évidemment lu par les propriétaires / vendeurs) déclenchera peut-être des retours de contacts... Qu'en pensez-vous ?
Madame, je reste attentif à vos messages.
P.S. : J'ai essayé de répondre au plus vite...

      Très cordialement,

      Eric Geirnaert.


      Bonjour, Merci de votre réponse, Pour tout vous dire je serai prête à investir 100 euros maximum pour de l'ambre gris. Pourriez-vous me mettre en contact (privé) avec quelqu'un qui serait prêt à m'en vendre à ce prix là ? Comme cela il garderait l'anonymat (concernant votre site), mais je serais en contact avec cette personne et nous pourrions discuter elle et moi. J'ai évidemment besoin de savoir l'identité du vendeur qui sera prêt à m'en vendre, comme vous vous en doutez, car je n'achète rien a quelqu'un dont je ne connais pas l'identité et avec qui je n'aurais pas parlé au préalable...
Merci d'avance. Pauline Laurent.






 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      Ambre : Découverte d'amas blancs et noirs à Madagascar.

      Cher Monsieur,
J'ai lu très attentivement les extraits très intéressants du forum et de la précision des renseignements que vous apportez. Pouvez-vous me dire si éventuellement les lots photographiés ci-joints correspondraient à de l'ambre de baleine ?
Même si je sais qu'il faut une expertise chimique avant tout pour vraiment déterminer la chose. Cependant vous y connaissez un rayon et votre point de vu m'aiderait à aller plus loin dans la démarche.
En effet après avoir lu votre forum il me semble que non, car ces lots ont été trouvés sur les côtes de Madagascar... Bien évidement je suis passé par un courtier qui m'a assuré que c'était de la graisse animale... Je vous remercie en avance de la réponse que vous apporterez. Bien cordialement, Houssen.



      - E.G. -

      Bonjour Monsieur.

      La réponse brûle-pourpoint, toujours invariable (sans explication aucune) du courtier : "c'est de la graisse animale"est assez facile... trop simple, (simpliste)...
La graisse animale a une couleur assez cohérente et invariable. Et, comme possible aliment, la dite matière animale est souvent mangée pas des détritivores, des crabes... Un autre point important peut aussi être tenu : lorsque vous découvrez des objets, (en un même lieu, le même jour) il faut surtout regarder l'ensemble des découvertes synchrones. Vos amas sont franchement blancs ou résolument noirs... Ce n'est pas vraiment de la graisse animale... Ceci dit, l'ambre de la baleine est GRIS et, les graisses animales sont plutôt jaunâtres... Donc, je pencherais d'avantage pour des produits dérivés et/ou associés au pétrole. Donc :goudrons, Bitumes fluxés, Pétroles, Mazouts, Fiouls : pour les amas noirs et Paraffines, Polyethylenes, Terephtalates, etc... pour les matières blanches...
Les matières franchement blanches et franchement noires (éventuellement collées comme c'est le cas ici) ne sont pas vraiment des déjections précieuses de baleines mais des souillures, des pollutions anthropiques... Pour se rendre compte de la circulation des matières polluantes je vous conseille de vister le site web coastalcare. Sur le site coastalcare.org vous trouverez une foule de renseignements précis sur les pollutions flottantes (pollutions plastiques par exemple mais pas seulement) et également sur les intoxications des baleines...




Monsieur, si vous constatez des pollutions de ce type vous devriez vous rapprocher de l'OLEP (l'Organe de lutte contre l'événement de pollution marine par les hydrocarbures) à Mahajanga qui organise des formations et des réunions d'informations.
De par sa position géographique, Madagascar est largement exposé aux risques de pollution marine. On peut estimer le passage annuel de plus de 1.200 pétroliers (de 60.000 tonnes) dans les eaux marines malgaches et d'une armada de bateaux qui déversent d'avantage de polluants que d'ambre gris... Les déversements d'hydrocarbures des soutes des navires de commerces (surtout remarqués le long des côtes malgaches) sont une réalité. La mer poubelle restitue beaucoup plus d'hydrocarbures que d'ambre gris...

      Très cordialement,

      Eric Geirnaert.











 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Ambre : Identification, l'ambre gris du cachalot.

      Bonjour, Monsieur Geirnaert ! Nous nous connaissons bien. Je suis xxx. J'ai trouvé sur le littoral de La Mer du Nord, sur la plage de xxx, avant hier (mardi 19 février 2013) plusieurs amas graisseux (de grand taille) ressemblant à de l'ambre gris, qu'en pensez vous ? Je vous transmet en pièce jointe trois photographies de cette mystérieuse "pierre" de mer. Je peux, le cas échéant, vous présenter les échantillons, (j'habite à Villeneuve d'Ascq).

      J'ai rendez-vous lundi au Musée d'histoire naturelle avec Mr BELEECKERE Pascal pour lui montrer cet objet mais je pense qu'il s'agit de sécrétion animale. Cette substance fond évidemment avec une flammèche lorsque j'en brûle un petit morceau avec un briquet et l'odeur est surtout très particulière ! J'ai eu ce jour une réponse de la part d'un soi-disant spécialiste de la question qui m'a répondu (à partir des photographies envoyées) que cela s'agissait sans doute de graisse animale... J'ai contacté l'IFREMER qui est très intrigué par ma découverte. Je leur ai envoyé les photos ce matin et depuis plus rien. Si vous le souhaitez, je peux passer chez vous avec les morceaux trouvés pour que vous puissiez me donner votre avis. Je serais très heureux de vous revoir.

      A bientôt peut être.

      Monsieur M.B.





      - E.G. -

      Bonjour.

      Très content de vous retrouver surtout pour une découverte aussi intéressante.
L'ambre gris peut être dur à mou (mais la matière est friable), il doit se briser aux chocs et libérer alors des rognons, des sortes d'amas plus ou moins sphériques assez semblables à des galets gris à noir (avec une structure fine de surface ou au moins plus fine que celle dégradée de l'échantillon altéré par le chimisme de l'eau de mer. Selon son âge (selon la durée du séjour dans l'eau de mer), la consistance de l'ambre gris varie. Lorsqu'il est frais, l'amas régurgité du cachalot est rigoureusement plastique, la matière est molle, malléable et compressible mais reste friable (un peu comme de la terre humide). Lorsqu'il est plus âgé, l'ambre gris est déjà plus résistant, dur et reste évidemment cassant en rognons gris... Pour caractériser la matière (l'ambre gris), il faut évidemment identifier l'animal. L'ambre gris (authentique) celui du cachalot -Physeter macrocephalus- est un amas recraché, une concrétion produite dans le tube digestif de quelques animaux (environ 5% des individus), causé -sans doute- par les becs de calmars mangés par le prédateur. Cependant plusieurs espèces animales semblent pouvoir régurgiter ici et là quelques matières gastriques assez comparables (allant du gris-noir assez homogène au jaune sale bigarré de blanc). L'ambre gris (nom générique alors de plusieurs matières, sauf erreur) est variable selon l'origine et la durée de flottaison des blocs. Selon moi, la matière ici n'est évidemment pas de la graisse animale ! Soyons sérieux et rigoureux ! La graisse animale proviendrait évidemment d'une dépouille, d'un cadavre. Un amas de graisse est toujours possible, mais, évidemment le rendu ne sera pas celui de vos échantillons. Ici les variations de la couleur correspondent bien à des découvertes déjà expertisées en Angleterre !!! Vous n'êtes pas le premier à trouver de tels échantillons odorants dans La Mer du Nord. L'actualité récente (il y a quinze jour, le 04 févier 2013) rapporte des découvertes identiques... Ken Wilman, un Britannique qui promenait sa chienne Madge sur une plage de Morecambe (nord-ouest de l'Angleterre), a trouvé début février un étrange rocher jaunâtre identique à vos découvertes. Pour expertiser l'objet, il faudrait que vous puissiez isoler des écailles, (des débris qui ressemblent à des portions d'ongles) dans l'épaisseur de l'échantillon. Et, attention : la matière pouvant être précieuse, il faut SURTOUT être prudent (et même rester distant) avec ces spécialistes auto-déclarés qui souhaiteront dévaloriser la découverte pour s'approprier les substances au meilleur coût (=les courtiers!)... Soyons critiques : de la graisse animale n'a pas vraiment de raison d'être souillée d'écailles en profondeur... Les blocs graisseux sont homogènes ce qui n'est pas le cas ici. Les souillures semblent, je crois, s'enfoncer profond dans les échantillons. Et, la graisse animale est évidemment mangée par les animaux marins !!! Ici, pour votre découverte, il faudrait examiner attentivement les éclats non digérés (non comestibles).

      En résumé : si il y a des débris durs, solides, piégés en profondeur, l'objet peut être de l'ambre gris, mais, pas forcément celui du cachalot Physeter macrocephalus, Physeter catodon... Un autre animal (qu'il faudrait identifier) pourrait être à l'origine de la matière. Attention, les prix hallucinants lancés par des journalistes avides de scoops sont évidemment exagérés à l'extrême, et, l'examen raisonné et attentif donnera une réalité moins médiatique aux échantillons.

      L'odeur de la graisse animale marinée dans l'eau salée (acre) n'est sans doute pas celle de vos échantillons (sorte de mélange d'algues et de poisson mort, odeur un peu musquée d'oursins). Les composés organiques odorants de l'ambre gris (plus d'une centaine !) représentent 0,3% de l'ensemble organique et sont essentiellement des métabolites de l'ambréine. L'ambréine est une substance grasse cristalline, de couleur blanche, inodore, insipide et insoluble dans l'eau. Les composés odorants essentiels de l'ambre gris sont l'Alpha ambrinol, le gamma dihydroionone, le gamma coronal, l'ambrox, ...) A lire : Dannenfeldt, K. H., (1982) Ambergris-The search for its origin. Isis 73(268), 382-197.


      Oui, point important, les doctes spécialistes de l'ambre gris (sociétés de courtages) sont surtout très irrités par ces découvertes d'amateurs.
Donnons ici les propos de plusieurs courtiers :


-"Ken Wilman qui nous a contacté ne peut pas le vendre, ce n'est pas de l'ambre gris. Monsieur Wilman n'a pas trouvé de l'ambre gris sur la plage avec son chien mais de la graisse animale. Ce qui est grave c'est que la BBC (qui avait déjà passé ce même film il y a plusieurs années) donne deux informations fausses: ce n'est pas de l'ambre, le prix est complètement fou. Que faire ? Rien. Signé, monsieur xxx, société de courtage." Oui, mais non ! A l'inverse de ne rien faire, il faut évidement réaliser une expertise chimique. TOUT LE RESTE n'est que tergiversations ! Méfions-nous certes, des médias, mais aussi et surtout du courtier dont l'idée (mercantile) est de défendre son monopole commercial. D'ailleurs, vérifions la chose : le dit coutier ne propose aucune expertise chimique... Sollicité pour une analyse chimique payante, le courtier nous répond : "nous n'avons ni le temps, ni les moyens." Avouez, qu'il y a de quoi être étonné !!! Le courtier en ambre gris refuse des expertises payées par un client ? Etrange, étrange...
Voici cette fois, le message d'un autre courtier en ambre gris qui nous explique que les expertises sont inutiles :
-"Bonjour Monsieur Geirnaert, Notre travail n'est pas d'analyser des substances inconnues mais uniquement le commerce de l'ambre gris. Si nous étions acheteurs de bananes nous n'aurions pas besoin de les analyser car nous saurions immédiatement à quoi nous avons à faire et si on nous proposait des oranges ou des cerises nous saurions à coup sur que ce ne sont pas des bananes !!! Il en est de même pour l'ambre gris car il est si caractéristique que nous pouvons l'identifier à coup sur !!!"


      Bon, ce que les courtiers refusent, des laboratoires peuvent évidemment le faire. Et, je vous donne les coordonnées du laboratoire xxx qui réalisera les explorations chimiques...
A coté des intermédiaires purement commerciaux, de nombreuses personnes peuvent conduire des expertises laborantines fiables pour retrouver des intrants organiques en caractérisant alors les découvertes. Je pense évidemment à Pierre-Michel Dudermel responsable dans les années 2000 du Service Eau et Environnement - Micro Pollutions de l'Institut Pasteur de Lille, qui revenant du Koweït, m'a offert un bonbon avec des fourmis piégées (naturellement!) pour m'expliquer comment des substituts troublants peuvent apparaître de façon très ordinaire. L'analyse faite, le plus difficile dans ce dossier sera évidemment de poursuivre la transaction (commerciale). Car, évidemment ce n'est pas la compréhension SCIENTIFIQUE de la trouvaille qui guide les esprits. Si tel était le cas, toutes les enseignes proposeraient des expertises gratuites lors de journées portes ouvertes. A l'inverse, les évaluations - expertises restent assez confidentielles, secrètes, chacun souhaitant partager le fruit lucratif. C'est l'argent ROI qui conduit ce dossier (comme beaucoup d'autre d'ailleurs). Faut-il succomber au parfum de l'argent ? Finalement, pour rendre tout le monde heureux (et fortuné !), ne faudrait-il pas substituer l'ambre gris des parfums par quelques huiles essentielles des billets de banques fraichement imprimés ? Un parfum au goût d'argent, voilà une idée qui, au moins, laisserait les cétacés tranquilles...




      L'ambre gris a toujours son courtier ! (mais pour combien de temps ?)




      Vendre votre ambre gris et l'estimer : OK ! Trouver un expert courtier en ambre gris ? "Je suis un courtier à votre disposition ! Ne cherchez plus, ne perdez plus de temps, je suis votre interlocuteur de confiance !"

      L'ambre gris (comme son cousin l'ambre jaune qui se pêche également en mer) est cher... De fait, de nombreuses personnes affirment sur le web pouvoir mener vos expertises (en vous menant surtout par le bout du nez)... Un parfumeur n'achètera ses matières qu'à son courtier (homme de confiance qui sait surtout mener SES exp
ertises rentables). Attention une reconnaissance visuelle n'est pas suffisante. Chaque bloc d'ambre gris est unique. La genèse est unique. L'échantillon a son odeur qui lui est propre. Pour différencier l'ambre gris des amas graisseux, il faut évidemment rechercher des becs de calamar incrustés dans un bloc. Cela indique (ou semble indiquer dans un premier temps) qu'il s'agit bien d'ambre gris. Parfois rares, les becs noirs et brillants (qui n'ont rien à voir avec la qualité), peuvent apparaître en profusions et différencient alors l'ambre gris des blocs d'une graisse animale souillée qu'en surface (=enrobage de souillures collées).

      Un conseil : menez surtout vos expertises en restant critiques ! Vos lots doivent être évalués avant de démarcher un courtier !!! L'expertise du courtier est surtout partiale ! Et, attention, vérifiez que le colportage, la mise en vente, la vente, l'achat, le prêt avec contrepartie, l'échange ou l'utilisation à des fins commerciales de l'ambre gris, qui constitue un déchet biologique de l'animal soit en accord avec la législation (Arrêté du 1er juillet 2011 fixant la liste des mammifères marins protégés).
Certains chercheurs souhaitent remplacer l'ambre gris du cachalot par une alternative végétale (respectueuse des baleines). Selon Joerg Bohlmann, un gène de sapin baumier introduit dans des levures permettra la production à grande échelle du cis-abienol pour remplacer l'ambre gris dans la confection des parfums... Bonne nouvelle, les courtiers en vomis de baleines vont disparaître, remplacés par des experts de la chimie végétale.

      Bien à vous. De nombreuses découvertes sur les plages ne sont pas toutes celles d'ambre gris. Un complément à lire ici.

      Eric G.



      Re-Bonjour Monsieur Geirnaert. Et merci beaucoup de me répondre aussi promptement à chaque fois.

      Le Musée de la Mer NAUSICAA, comme vous, a décelé des becs de calamars dans les échantillons. A la désignation des restes figés dans l'épaisseur, je comprends alors vos propos selon lesquels il peut s'agir d'un ambre gris (d'une autre espèce que celle du cachalot). D'ailleurs le laboratoire AROMAROC retourne sa veste en "sentant" l'échantillon que je leur ai envoyé et qu'ils ont reçu hier en affirmant maintenant qu'il n'est pas celui du cachalot. Sur votre conseil, j'attends les résultats de l'institut xxx qui doit réaliser l'expertise chimique pour y retrourver les métabolites de l'ambreine. J'attends votre avis éclairé sur la suite du dossier avec les prochains résultats.

      Amicalement, M. B.



 







"Moby Dick", film de John Huston, 1956 Moulin Productions Ltd.
Gregory Peck (le capitaine Ahab), James Robertson Justice (le captaine Boomer).

L'ambre gris, simple déjection du cachalot, (malgré une densité faible), peut constituer des amas
de plusieurs kilogrammes. L'ambre gris est évoqué par Herman Melville dans son roman "Moby Dick".
Avec le chimisme de l'eau (et l'activité bactérienne), sous l'action combinée de l'air et de la lumière, la
couleur des déjections s'éclaircit et l'odeur initiale peu ragoûtante se transforme en "senteur" musquées
et "boisées". L'ambre gris a ses lettres de noblesses dans l'ignorance, sans doute, de sa genèse réelle.






Rien n'empêche l'homme curieux de science de s'intéresser aux merveilles de la nature. L'ambre gris (récolté sur les plages du littoral) fait évidemment partie de ces choses que chacun peut appréhender selon ses dispositions. Mais, l'intérêt des hommes pour cette matière est souvent intéressé. La cupidité, le désir de posséder, l'attrait irrésistible du pouvoir, le goût de l'argent transforme souvent l'observateur en requin chasseur de convoitises.













 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Ambre : découverte d'ambre gris (du cachalot ???)...

      Bonsoir à l'équipe du forum sur le site Ambre.jaune !

      J'ai vu dans les vidéos du web qu'un promeneur avait trouvé grâce à son chien des ambres gris du cachalot sur la plage de Morecambe, dans le nord de l'Angleterre. Et, en ballade à Grand Fort Philippe, au 51ieme parallèle, pour étudier les blockhaus en front de mer du Mur de l'Atlantique, ma fille a déniché à l'ouest du Domaine des Ecardines, des amas mous gris-jaunes identiques !!!!... Pouvez-vous me dire si c'est la même matière que vous présentez sur votre site ?

      J'ai également noté qu'un cachalot, le mercredi 8 février 2012, un mâle d'environ 13 mètres, s'était encore échoué sur la plage de Heist, en Flandre occidentale (Belgique). Les cachalots mâles qui s'échouent, chez nous, dans la mer du Nord en voulant retourner vers le sud seraient-ils aujourd'hui plus nombreux ?

 


 
      Sinon, je souhaite vendre mes échantillons (5,850kg). Merci pour votre site formidable. A qui puis-je m'adresser ? Je vais aller au musée de la Mer pour présenter ma découverte, pouvez vous me guider ?

      Merci. Signé Romain Paradon.




      - E.G. -

      Bonjour Monsieur Paradon.

      Pousser les portes des institutions et présenter vos échantillons étranges aux scientifiques va certainement constituer la seconde partie intéressante de votre découverte. Les musées de la Mer concentrent les compétences et réunissent sur un espace restreint toutes les notions d'une communication soutenue. La profusion des connaissances réunies vous permettra-t-elle d'expertiser votre découverte ? Au musée, l'idée est de communiquer en améliorant l'audience quitte à jouer un peu avec le public. Ouvrez, par exemple, le livre: "Les Enigmes des Origines de la Vie", d'Albert Demaziere et Yves Verbeek, (Editions De Cremille, 1973) à la page 40. Les auteurs publient en pleine page un mammifère marin, le Dugong dépecé, photographié par Roger-Violet. L'animal est conservé en vitrine au très sérieux Musée de la mer de Monaco. Si vous creusez un peu le dossier (ce qui vous vaudra les foudres des conservateurs) vous verrez que l'objet n'est qu'un canular. Le musée de la Mer est tenu par des hommes (qui ici plus qu'ailleurs) rêvent aux fortunes marines, quitte à inventer une science spectacle. L'expertise la plus fiable que vous aurez de vos échantillons est celle que vous ferez vous même. Ne croyez pas les personnes au seul prestige de leur enseigne. Le musée de la Mer est aussi un lieux de distraction et d'amusement. Pour conduire votre expertise, devenez vous même le spécialiste de l'objet.

 







 
      Si votre échantillon contient des becs de calamars poursuivez les expertises. Usé en surface par le sable, fondu par le soleil, altéré par le chimisme de l'eau de mer, et, parfois même mangé par quelques animaux, l'ambre gris a plusieurs aspects. L'ambre gris peut être dur à mou (mais la matière doit être friable). L'ambre gris doit effectivement se briser aux chocs et libérer alors des rognons, sortes d'amas plus ou moins sphériques assez semblables à des galets gris à noir (avec une structure fine de surface ou, au moins, plus fine que celle dégradée de l'échantillon évidemment altéré par le chimisme de l'eau de mer). Selon son âge -selon la durée du séjour dans l'eau de mer-, la consistance de l'ambre gris varie... Lorsqu'il est frais, l'amas régurgité du cachalot est rigoureusement plastique, assez sombre, la matière est molle, malléable, compressible mais reste friable (un peu comme de la terre humide). Lorsqu'il est plus âgé, l'ambre gris est déjà plus résistant, dur et reste évidemment cassant en rognons gris. Et, les couleurs en surface sont variables, grises, parfois jaunâtre. Les becs des calamars ne sont pas forcément présents. Mais s'ils existent c'est un bon indice. Les couleurs extérieures (en surface surtout) peuvent varier avec plusieurs paramètres. Sinon, tous les laboratoires peuvent mener vos expertises. MAIS méfiez-vous SURTOUT des courtiers (auto déclarés) qui, sur le web, récupèrent à moindre coût quelques matières intéressantes. Si votre échantillon contient des becs de calamars, menez vos expertises, démarchez un laboratoire pour trouver des métabolites de l'ambreine. Rapprochez vous de ceux qui font des analyses en spectrométrie de masse. Sachez que les expertises (évidemment accessibles aux particuliers) seront payantes. Les prix peuvent être conséquents. Mais, soyez intelligent, démarchez les laboratoires avec des arguments. Pour l'ambre jaune (fossile végétal), j'ai demandé à des étudiants de s'associer à mes expertises, (et recherches) et au final je n'ai rien payé. Essayez alors de présenter votre sujet à des étudiants qui réalisent un stage dans le domaine de l'eau et de la recherche de polluants organiques.
Eric G.




 
 Ambres gris et autres régurgitations gastriques sur les plages de la Mer du Nord, suite du dossier (expertises, références bibliographiques, contacts et autres découvertes) par correspondances en écrivant à eric.ambre.jaune@hotmail.fr
 
 

 







 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      Ambre : Découverte (d'ambre gris ???) à Madagascar.

      Bonsoir Monsieur GEIRNAERT, Après avoir fait le tour des sites sur l'ambre gris à la recherche de quelques informations, je suis tombé sur votre superbe site et je vous explique : résidant sur Madagascar depuis quelques années, des villageois m'ont apporté deux blocs (2 Kilos chacun) d'une chose -que je n'avais jamais vu- en m'indiquant qu'il s'agissait peut être d'ambre gris... Parfait néophyte en la matière et premiers renseignements pris sur internet, s'il s'agissait d'ambre gris, ces villageois miséreux se trouveraient en possession d'une petite fortune... J'ai donc promis de me renseigner en récupérant quelques grammes du produit avant de rentrer en France pour des vacances.

      Premier site contacté (un courtier en Ambre sur Grasse) a qui j'exposais l'affaire en lui fournissant des photos en pièces jointes et lui proposant l'envoi des échantillons. Celui-ci me répondait sans trop de délicatesse "qu'il s'agissait certainement d'amas graisseux d'un animal et en aucun cas d'ambre gris", réponse lapidaire qui ne laissait aucune chance à mes villageois d'améliorer l'ordinaire de leur triste vie. Or, la lecture de votre site, sans concession pour la "race des courtiers en ambre", me redonne espoir et je vous joins donc déjà les photos expédiées pour une première estimation visuelle et sollicite de votre part la marche à suivre et si possible une adresse de laboratoire afin de faire analyser voir expertiser ces deux blocs... Je réside pour deux mois sur Marseille avant de retourner sur Madagascar.

      Dans l'attente de votre réponse...très cordialement à vous...

      Jeannot Provens.



      - E.G. -

      Bonjour Monsieur Provens.

      Merci pour votre message. Deux remarques sur votre découverte.
- Première remarque.
Tout d'abord la couleur des "épaisseurs extérieures". Oui, elles sont noires. La texture ressemble rigoureusement à l'ambre gris du cachalot. Les surfaces ont une texture grise noire, surfaces usées concordantes avec le chimisme de l'eau de mer.
- Seconde remarque. La texture profonde (interne) est plus surprenante. Ici la matière semble être homogène. Ordinairement l'ambre gris est un conglomérat assez hétéroclite "non homogène". L'ambre gris tenu en main, lorsqu'il est compacté, (écrasé) doit se déliter en petits échantillons (nodules) plus petits et ovoïdes d'une texture non homogène. L'ambre gris doit effectivement se briser aux chocs. Seule la couleur des petits nodules ainsi libérés peut varier au plus clair par rapport à la teinte de la surface extérieure qui aura été en contact avec l'eau de mer. Mais, rigoureusement la texture interne doit rester celle d'un agglomérat. De ce point de vue mécanique, l'ambre gris ressemble un peu à une "roche" non homogène friable. Or, ici la texture (repérable à l'image, au niveau de cette "coupe franche" ?) me semble surtout cohérente, homogène et peut-être même lisse. Qu'en est-il ?

      Sinon, je n'ai pas d'adresse de laboratoire dans votre secteur pour caractériser deux ou trois substances cibles qui seraient contenues dans les échantillons. Mais tous les laboratoires utilisant un spectromètre peuvent convenir. Rapprochez vous des services qui étudient les pollutions de l'eau (matières organiques et minérales). Les opérateurs répondent rigoureusement aux expertises sans arrière pensée commerciales.

      Faites l'expérience vous-même. Contactez les laboratoires pour expliquer votre situation. Les responsables seront surpris, amusés parfois... Et vous aurez même des accords de principes pour mener des expertises (éventuellement gracieuses). Certains opérateurs seront intéressés par le chalenge... Pensez à contacter la Société Chimique de France. L'institut des Sciences Analytiques (de Lyon, par exemple). Plusieurs organismes, plusieurs associations d'utilités publiques (à but non lucratif, sans visée commerciales) sont ouverts au public. Présentez votre dossier et associez les partenaires à votre projet. Demandez une pyrolyse de vos échantillons... Vous verrez, il est assez facile de conduire une expertise...

      DONC, plusieurs laboratoires peuvent conduire des expertises. Par contre, un opérateur ne peut expertiser une matière (et réaliser des comparaisons) QUE SI ET SEULEMENT SI, il sait ce qu'il doit chercher et trouver. Pour mener une expertise il faut comprendre que l'opérateur doit avoir des échantillons de référence (donc de vrais ambre gris) pour comparer l'échantillon amené à une référence cible. De deux choses l'une, vous avez des ambres gris comme lot témoin, donc aucun problème, ou, autre cas, vous n'avez pas d'ambre gris, MAIS vous savez rigoureusement ce que vous devez chercher. Dans ce cas vous devez rechercher les métabolites de l'ambréine. Les composés organiques odorants de l'ambre gris (plus d'une centaine !) représentent 0,3% de l'ensemble organique et sont essentiellement des métabolites de l'ambréine. L'ambréine est une substance grasse cristalline, de couleur blanche, inodore, insipide et insoluble dans l'eau. Les composés odorants essentiels de l'ambre gris sont l'Alpha ambrinol, le gamma dihydroionone, le gamma coronal, l'ambrox, ...) A lire : Dannenfeldt, K. H., (1982) Ambergris-The search for its origin. Isis 73(268), 382-197.

      Attention les choses sont faciles (assez immédiates) mais il faut retenir certains principes. Identifier la présence de l'ambréine (via un chromatogramme obtenu par pyrolyse à 600°C) dans les échantillons est une chose. Mais expertiser maintenant la qualité précieuse pour les parfumeurs en est une autre. CERTAINES MATIERES VIERGES DE BECS DE CALAMARS peuvent contenir l'ambréine et ne sont pas forcément la qualité précieuse que recherchent les parfumeurs. Si vos échantillons contiennent des becs de calamars (c'est un bon début, =poursuivez les expertises), recherchez alors l'ambréine en pyrolyse (l'ambréine a un temps de rétention de 54.5 minutes). Mais, expertise faite, ne soyez pas déçus que les parfumeurs rejettent votre découverte. Chaque lot et même chaque échantillon possède son spectre TRES particulier. .

      Très cordialement,

      Eric Geirnaert.








Une inspection visuelle assez simple des surfaces.



      Un bloc d'ambre gris est surtout léger, la matière est d'un gris marbré de noir. L'objet ressemble un peu à une pierre de lave, une sorte de galet... Mais le galet dégage un parfum puissant, associant senteurs marines et animales...

      L'ambre gris est très recherché en parfumerie pour fixer le mélange des différentes essences volatiles d'un parfum, qui, sinon se séparent dans une succession de fragrances différentes. Aujourd'hui, les fixateurs artificiels supplantent heureusement l'ambre gris, (tant mieux, laissons vivre les baleines !) mais la parfumerie de luxe souhaite poursuivre sa consommation.

      En fait, l'ambre gris n'est pas un minéral et encore moins de la graisse animale. Pour mener une expertise, il suffit simplement de l'émietter. De plus, il fond rapidement. L'expertise est assez simple...







Bonjour Monsieur Geirnaert. Pourriez-vous me donner votre avis sur
ces amas (ci-dessous) et me dire si ces objets sont de l'ambre
gris s'il vous plait ? Je vous remercie pour votre
aide et votre site.
Cordialement, xxx.


Réponse Eric G.:








      Ambre : expertise (sans image) de mes découvertes.


      - E.G. -

      Bonjour Monsieur xxx.

      Préambule : Monsieur xxx, vous souhaitez des estimations, vous demandez une expertise rédigée, mais, quoi ??? Vous refusez catégoriquement que vos photographies soient publiées ??? En fait vous glanez des informations et ne souhaitez rien partager. Dois-je perdre mon temps avec vous ? Que me conseillez-vous? Que ferriez-vous à ma place? Monsieur xxx, si vous souhaitez l'anonymat et l'évaluation incognito, démarchez les sociétés de courtage. Etes-vous courtier débutant ?

      Trèves d'interrogations... Je vous ai répondu, en infographie sur l'image. Une roche (DONC, un minéral avec des trous tous parfaitement circulaires, des trous géologiques calibrés), NE PEUT EN AUCUN CAS être de l'ambre gris. L'ambre gris n'est SURTOUT pas un minéral !!! Les trous calibrés dans les roches marines sont souvent le résultat d'organismes vivants (des mollusques marins, térébrants par exemple, dans quelques argiles colorées). J'ai bien des photographies à vous présenter, mais, vous souhaitez (je crois) communiquer sans images...

      Eric G.




Re-Bonjour Monsieur Geirnaert. Pourriez-vous me donner votre avis sur ces
deux nouveaux échantillons ? Le plus gros fait environ 8 Kg et contient des
becs de calamars. L'autre pèse 850 grammes... Qu'en pensez-vous ?

Cordialement, xxx.









Si votre bloc contient des becs de
calamars, poursuivez les expertises.

Mais, ceci dit, encore faut-il reconnaître les becs de calamars. Certaines résines trouvées en mer peuvent restituer des objets noirs qui prêtent à confusion. Voici un échantillon malgache (une résine végétale qui a piégé des inclusions). Les becs de calamars (confer les deux vignettes du bas ci-dessous) sont surtout pointus à leur extrémité, très rigide et sont lisses... Voici une résine végétale malgache qui restitue un objet noir. L'objet montre une grosse gouttière marquée, striée et l'extrémité est ronde (sans que cela ne soit apparemment lié à une abrasion toujours envisageable.) L'extrémité arrondie semble d'ailleurs pliée et suivre la surface du bloc. L'objet résine aura sans doute collé une portion végétale (qui ressemble à un bec de calamar)...


Voici un échantillon malgache de résine végétale où une portion
noire ressemble à un bec de calamar (les deux vignettes du bas)...





Si votre bloc contient des becs avérés
de calamars, poursuivez l'expertise...

Mais, ne soyez pas trop déçus si par hasard les matières ont
été souillées par des matières polluantes dérivées du pétrole.
Voici un cachalot mort qui a ingéré 20Kg de "plastiques".
La pollution n'épargne évidemment pas les
cachalots producteur d'ambre gris...








L'ambre gris n'est plus un trésor de mer...















      Ambre : expertise (sans image) d'un gros amas avec des traces noires.


      - E.G. -

      Re-Bonjour Monsieur xxx !!!

      Ah ? c'est encore vous ??? Cette fois, c'est différent. L'examen de ces nouveaux échantillons (que nous ne montreront pas CAR VOUS SOUHAITEZ GARDER l'anonymat) restitue des incrustations sombres... Bon, pourriez-vous dégager complètement ces éclats noir, (les hypothétiques "becs") en prenant successivement des images de l'opération ? En faisant cette action vous aurez d'avantage d'arguments pour avancer dans l'expertise. Pourriez-vous extraire le "bec" de l'agglomérat pour le photographier sous plusieurs angles ? L'idée est de démontrer que cet objet sombre n'est évidemment pas une portion de coquille de moule, (par exemple). Pour avancer dans l'expertise, il faut caractériser l'éclat. La partie avant d'un bec de calamar peut se confondre avec la portion arrière qu'une coquille de moule (la charnière). Pour lever l'incertitude il faut extraire la portion de l'agglomérat. Les détracteurs pourraient dire, -en l'état-, que ces amas (d'une graisse quelconque) ont roulé sur le fond marin en piégeant au hasard des mouvements quelques portions de coquilles. Lorsque l'éclat noir, isolé, sera identifié vous aurez de meilleurs arguments.

      Il faut caractériser les éclats sombres pour distinguer un bloc de graisse qui roule sur le sable en collant quelques portions de coquilles, d'une régurgitation gastrique (VRAIE) qui contiendrait des becs de calamars.

      Je reste quand même dubitatif, la matrice profonde ressemble (à certains endroits) à une sorte de "sable" compacté. L'ambre gris n'a pas forcément cet aspect. Il n'est pas facile d'arrêter une expertise au seul examen de quelques images. Dit autrement : tout ce qui contient des becs de calamars (qu'il faut surtout caractériser) n'est pas forcément de l'ambre gris...

      Découvrir d'éventuels restes de calamars dans un agglomérat marin NE CERTIFIE SURTOUT PAS que la matière soit l'ambre gris du cachalot Physeter macrocephalu. Seule la régurgitation avérée de Physeter macrocephalu est susceptible d'intéresser (éventuellement) un parfumeur (selon la qualité des échantillons). Chaque échantillon a son spectre d'odeur. Et, tenir en main un "bec" de calamar n'est qu'un début d'expertise.


      Monsieur xxx, l'évaluation de vos références (que vous souhaitez SURTOUT ne pas présenter en image ici sur le site) n'est donc pas terminée. Peut-on s'attendre à retrouver ces pièces au forum lorsque ces objets (déposés à la vente sur ebay ???) auront changé de propriétaire ? L'avenir nous le dira...



      Monsieur xxx, je suis à votre disposition (gracieuse) pour évaluer d'autres pièces (éventuelles) mais autrement que sous la chape de l'anonymat, (lequel entretient un climat étrange de suspicion). Pourquoi vouloir expertiser des pièces qui ne doivent surtout pas être présentées au public ? Avouez que votre démarche est assez problématique. Qu'en pensez-vous ?

      Votre méthode me fait penser aux chasseurs requins de convoitises...




      PLUSIEURS "SORTES" D'AMBRES GRIS...

      Je renouvelle ma première hypothèse de dire que certains amas trouvés sur le littoral qui contiennent vraiment des becs de calamars (d'ailleurs expertisés dans des musées) semblent pouvoir être des régurgitations animales qui ne sont peut-être pas celles du cachalot, mais alors intéressantes (sans notion de commerce) car inconnues du circuit habituel.
ET inversement, certaines matières VIERGES de becs de calamar (par forcément grises) parfois jaunes, contiennent des métabolites de l'ambréine. Les analyses le démontrent !!!
IL SEMBLE DONC qu'il puisse y avoir PLUSIEURS "SORTES" D'AMBRES GRIS...




      Très cordialement,

      Eric Geirnaert.









 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Découverte d'un amas blanc malgache 2kg. Décembre 2014.

      Bonjour Monsieur Eric.

      Je me présente, je suis chercheur à l'Institut Halieutique et des Sciences Marines (IHSM) de l'Université de Toliara, Région Sud ouest de Madagascar. Le mois de décembre 2014 dernier, Monsieur Achille Paul Xavier, collecteur de produits de mer, est venu chez nous et a emmené un échantillon qui a été trouvé par un pêcheur de requins. Et, on ne sait pas vraiment de quoi il s'agit. Après avoir visité quelques sites Internet sur l'ambre gris, j'ai trouvé votre contact et lu toutes les informations variées sur ces matières, y compris le cas particulier des objets malgaches. Pourriez-vous nous donner une expertise à partir de la photographie jointe de l'objet qui pèse 2 Kg.

      Merci. Dr. Norbert Andrianarivelo.




      - E.G. -

      Bonjour Monsieur.

      Comme son nom l'indique, l'ambre gris du cachalot est effectivement gris. Et, cet objet ici n'a rigoureusement rien à voir avec les concrétions intestinales du cétacé. Les fines ondulations en périphéries de l'objet (les formes fines qui ressemblent à des petites vagues) me font d'avantage penser à un amas de paraffine (un produit dérivé des pétroles)...
Plusieurs animaux prédateurs ingèrent parfois ces amas...
Identifier certaines matières ne nécessite pas forcément de matériel de laboratoire. Le bon sens appliqué à la logique suffit parfois. Les masses qui peuvent enregistrer des écrasements mécaniques (visible au niveau de la déformation des surfaces) ne sont pas la graisse animale ni d'avantage l'ambre gris du cachalot... Les matières malléables souples, légères, blanches qui résistent au chimisme de l'eau de mer sont souvent celles dérivées des pétroles...
Je confirme, cette matière ressemble beaucoup à un amas de paraffine...


      Cordialement, Eric G.



      Bonjour Monsieur Eric. Je vous remercie infiniment d'avoir confirmé cet objet. Effectuant plus de dix ans de recherche en cétacés à Madagascar, je n'ai jamais vu l'ambre gris de cachalot malgré la présence de cette espèce dans les eaux de Madagascar. Je voudrais bien le rencontrer. En tout cas, je suis ravis de vous connaitre par communication en courriel dans ce cadre. Je vous contacterais dès qu'il y a encore d'autres amas suspectés. Prochainement. Je vous remercie. Bien cordialement.

      Dr. Norbert Andrianarivelo.
 

 








 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Découverte trouvée sur une plage de la Manche, février 2014.

      Monsieur, Lors d'une promenade sur une plage du département de la Manche, j'ai découvert une substance un peu spéciale. Cela ressemble à un caillou mais plus léger !!!!! J'ai remarqué cela, bizarre... La substance est un peu cireuse et son odeur est très caractéristique. Cela fait un mois que nous avons cette pièce à la maison et son odeur est fixe (très particulière). Je dirais boisé ou ambré en surface et lorsque l'on reste le nez dessus l'odeur est agréable à renifler (parfum de musc, boisé). Cette odeur ne s'efface pas au fil des jours. J'ai parcouru un petit peu internet et peut-être que cela ressemblerait à du vomi de cachalot... De plus, les images diffusées laissent apparaitre plusieurs formes et aspect pour cette matière. Je n'ai pas pris la peine de casser cette matière pour voir ce que l'on pouvait remarquer ou détecter à l'intérieur. Quelle suite pouvez-vous me donner par rapport à cette matière ??? Le bloc pèse approximativement 11 kilos de couleur jaune-noir, matière friable. Je peux vous faire parvenir quelques photos si vous le souhaitez. J'ajoute que j'ai déjà pris contact avec un courtier, celui qui apparait en premier lien sur le moteur de recherche xxx. Et sans égard, il m'a suggéré que cette matière était tout simplement de la graisse animale et qu'il n'était pas expert en graisse animale !!!!!!!! Certes, mais j'ai déjà découvert sur la plage de la graisse animale et sa couleur est blanche et au nez, la matière n'a pas la même odeur que celle de ma découverte.Voici mes coordonnées xxx.

      Très cordialement.

      Maurice Lecousin.



      - E.G. -

      Bonjour Monsieur.

      Difficile de discuter d'une découverte sans photographies, (sinon, avouez, que les propos sont assez abstraits). Le courtier dont vous parlez a t-il donné sa réponse sans image ?

      "Je peux vous faire parvenir quelques photos si vous le souhaitez."

      Monsieur, Je ne souhaite surtout rien, je ne demande ABSOLUMENT rien.

      En l'état, des internautes exigent des avis rédigés, puis, imposent de souveraine "autorité" que leurs images ne soient pas diffusées. Comment dois-je opérer cette fois ? Monsieur, si vous souhaitez expertiser votre matière, le protocole est assez fixe. Vous pouvez démarcher des laboratoires, (certains opèrent gratuitement).

      Pourquoi votre courtier -expert en ambre gris- (qui prendra évidemment une marge dans la transaction commerciale) ne donne pas d'avantage de renseignements pour caractériser les amas graisseux (qui, pour certains, contiennent COMME c'est étrange des becs de calamars) ?
J'ai beaucoup de difficultés à croire ceux qui affirment sans autres explications que des amas pourtant chargés de nombreux becs de calamars ne sont QUE des blocs de graisse.
Pourquoi les courtiers ne nous expliquent pas qu'il se pourrait bien qu'il puisse y avoir plusieurs origines animales différentes pour des régurgitations gastriques ?

      Affirmer que toutes les découvertes peuvent se ranger en deux registres (celui de l'ambre gris et celui de la graisse animale) est, selon moi, assez réducteur...
Un courtier expert (DONC un professionnel) devrait savoir expertiser, finaliser une "expertise". Monsieur, je ne demande rien. Mais si vous démarrez des évaluations, il faut d'abord démarcher en proposant des images, puis, éventuellement poursuivre en proposant des échantillons...

      Selon le courtier (dont l'activité est surtout commerciale), expertiser la graisse animale n'est pas intéressant ?
Je pense l'inverse. Selon moi, expertiser les amas qui contiennent des becs de calamars permettrait d'approfondir nos connaissances... Mon objectif n'est évidemment pas celui du courtier. Mon but est de comprendre d'avantage les choses.

      Votre courtier : "n'est pas expert en graisse animale !!!!!!!!", c'est dommage, car ce domaine de compétences est de plus en plus utile puisque des internautes multiplient justement les questions.

      Monsieur, Si vous démarchez un opérateur qui découvre ces matières, il faudra lui donner des échantillons de référence (donc de vrais ambre gris) pour comparer l'échantillon amené à une référence cible.

-=-=-=-=-=-


      En l'état, avec de simples images envoyées par messagerie électroniques, deux axes sont envisageables pour conduire un dossier.
1) Peut-on poursuivre l'expertise AMBRE-GRIS ? Peut-on vérifier la possible attribution de l'objet à l'ambre du cachalot ? Selon cette hypothèse, que faut-il alors chercher, et, qui peut conduire les recherches ?
2) L'objet n'est rigoureusement pas la concrétion intestinale du cachalot. Mais, alors quelle est la nature de l'objet ? De quel animal provient la matière ? Peut-on mener une enquête "policière" ? Qui est le "responsable" ? Car, dans les faits, des amas TRES nombreux, comparables, (assez souvent jaune et blanc) se succèdent depuis plusieurs années sur le littoral. Plusieurs dizaines de kilos de ces matières "graisseuses" sont ramassées sur le littoral de plusieurs pays par des promeneurs... (Etrange...).


      Monsieur, selon le choix que vous prenez pour votre dossier, (choix 1 ou choix 2), les questions sont différentes et vous amènent à rechercher des interlocuteurs particuliers...

      Des laboratoires (je pense à la criminologie) savent identifier les matières organiques (même en décomposition). Pour poursuivre une expertise, le courtier d'ambre gris (qui n'a qu'une volonté strictement commerciale) ne vous aidera pas forcément dans vos démarches. Par contre, les associations naturalistes, (TOUTES ces associations utiles où les personnes pratiquent surtout l'observation de terrain !!!) sont peut-être en mesure d'identifier les matières. Les communautés des pêcheurs, les groupes de défenses des animaux marins (oiseaux, cétacés, autres), les scientifiques et les animateurs pédagogiques dans les Musées de la Mer (etc.) ont quelques notions utiles qu'ils partagent (gratuitement) et plus facilement qu'un coutier (cupide ?) souvent agacé par des demandes inutiles...

      Cordialement, Eric G.

 

 






 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Ambre : blocs pêchés en baie de Saint-Brieuc/ Bretagne.

      Bonjour Monsieur Geirnaert, Je vous contacte car il me semble que vous êtes LA personne qui pourra m'éclairer au mieux. Voilà, mon conjoint est marin pêcheur en baie de Saint-Brieuc et il a remonté en même temps que les coquilles Saint-Jacques ces étranges boules cassées (parfois en deux) dont je vous joins les photos. L'odeur est assez forte, acre... La surface ressemble un galet et l'intérieur est jaune translucide. Je ne vois pas s'il peut y avoir un ou des becs de calmars à l'intérieur. En tout cas la matière ressemble étrangement aux blocs que Ken Wilman (ci-dessus) avait trouvé lui aussi, et, si j'ai bien compris, il se trouve qu'en fait tout ceci serait de la graisse animale ??? Bon, j'aurai voulu quand même avoir votre avis, sait-on jamais peut-être est-ce là de l'ambre...
Merci pour votre formidable site qui nous à beaucoup appris ! Bien cordialement,

      Virginie LE PIVER.





Plusieurs objets étranges parmis les coquilles Saint-Jacques en Bretagne...





      - E.G. -

      Bonjour Madame. Non, désolé. Je risque fort de vous décevoir... L'ambre de la baleine, l'ambre gris du cachalot est TOUJOURS opaque !!!! Les boules bien translucides, jaunes, d'une matière cassante, lourdes (comme celle que vous me présentez ici) sont strictement des reliquats de la mer "poubelle".
Voici d'ailleurs pour comparaison la pêche miraculeuse record de mon camarade. Ces matières sont des produits déchets de l'industrie chimique (parfois des bakelites et autres mélanges) utilisés pour l'entretient des bateaux... La résine industrielle (matière translucide et dure) n'a rien de la graisse animale (translucide parfois et plutôt molle)... La graisse animale est toujours dévorée par les organismes détritivores... La résine et les plastiques résidus sont des polluants...

      Cordialement,


      Eric G.

 







 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Ambre : Echantillons originaires de Tahiti.

      Bonjour, Monsieur Geirnaert.

      Voici quelques photos des pièces que j'ai trouvées chez moi sur la plage. Je voudrais avoir quelques informations concernant ces pièces. (Ambre gris ou jaune ?) Avec plaisir, j'attends votre réponse.

      A bientôt.

      Temarete Polokema.




Plusieurs objets étranges, sous forme de rubans...





      - E.G. -

      Bonjour Monsieur.

      Oui, vous avez déjà posé vos questions au site commercial (xxx) et, à défaut de réponses favorables ("désolé nous ne savons pas ce que c'est, et, nous ne commerçons pas ce produit") vous tentez ici au forum une autre expertise... La multiplication des évaluations ne changera rien... Là où certains sont incapables de répondre, l'expertise semble assez simple...

      Par la forme, par la couleur (évidemment) et par la texture de la surface (criblée), la matière n'est ni un ambre jaune, ni un ambre gris !!! Tout au plus cet objet "souillure" pourrait être une sorte de mousse expansée dont l'origine est anthropique. Le ruban formé sous pression ressemble bien à la mousse polyuréthane vendue sous forme d'aérosols (mousse utilisée pour isoler les constructions). Une bouteille d'aérosol jetée à la mer, percée par l'érosion, aura vidé ce ruban de mousse... J'appellerais ces objets "souillures" née sous une pression/dégazage... C'est assurément un nouveau résidu de la mer poubelle... Donc, médaille d'or ici pour ce déchet qui ne ressemble pas vraiment à de l'ambre... Se baigner dans une mer qui contient ces choses est assez inquiétant. A quoi ressemblent les fonds marins chez-vous ? Pensez-vous vraiment que votre objet si bizarre soit de l'ambre ???? Soyons sérieux... Je vous laisse poursuivre vos investigations... Bonne pêche...

      Cordialement,


      Eric G.

 






 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Ambre : Identification de plusieurs découvertes étranges.

      Bonjour, Monsieur Geirnaert.

      Je me permets de vous écrire car je souhaiterais avoir votre avis sur trois pièces trouvées par ma famille sur le bord de plage il y a respectivement 5 ans, 4 ans et quelques mois pour la dernière.
A) La pièce verte contient des espèces de gravillons mais pas de morceaux visibles pouvant s'apparentés à des becs de calamars. Par contre elle sent comme vous le décriviez le poisson pourri et le tabac.
B) La seconde est blanche opaque/ translucide, ayant l'aspect résineux au toucher et sent légèrement le tabac et très peu le poisson pourri et il s'effrite assez facilement.
C) Enfin, la dernière (la plus mystérieuse) est très dur et lisse sans aspérité aucune, sent légèrement le tabac et le poisson pourri sur la partie blanche surtout mais pas sur la partie noir. La pièce fait penser à une défécation d'animal marin de petite taille, sorte de méli-mélo de spaghettis noir et blanc.

      Cordialement. NETI Tiatoa.




Plusieurs objets étranges...





      - E.G. -

      Bonjour Monsieur.

      A) L'amas "vert" pourrait correspondre à des mélanges de graisses mêlées à des sacs (sacs plastiques et sac nylons) désagrégés qui peuvent être des déchets de soutes (des bateaux). Les traces blanches incrustées dans toute l'épaisseur de l'objet (la toile blanche de texture lisse "plastique") semblent être associée un sac de nylon avec ses fibres très visibles... Le marin nettoie la cale et/ou la soute au jet d'eau (puissant), jet qui aura mélangé les matières, rejetées à la mer... Sur la partie droite collée, la marque d'une empreinte métallique (trace rectiligne) semble démontrer l'origine anthropique de l'objet. L'amas a été décollé d'une poutre éventuellement "métallique". En résumé: l'ambre gris du cachalot est GRIS, ( c'est une matière organique avec des becs de calamars incrustés). Votre objet vert est apparemment mélangé à du nylon industriel et du plastique... Bref, ramasser et conserver de tels objets me surprend beaucoup...

      B) Oui, c'est typiquement la matière graisseuse, matrice homogène, lisse translucide (souillure de l'industrie marine). La matière se désagrège progressivement à l'air, s'effrite, se délite en petit éclats translucides... Attention que ces objets ne développent pas des bactéries pathogènes. Respirer de tels amas n'est peut-être pas sans effets (dans une pièce fermée mal ou peu aérée).

      C) La variation d'odeur restituée par l'objet, semble indiquer que les deux "plastiques" parfaitement lisses ont des propriétés tout simplement dissemblables dans l'eau de mer. Le plastique noir plus "solide" est moins odorant (car plus hermétique) au chimisme de l'eau de mer. Cet objet par sa forme curieuse a été produit sous pression (et la matière maintenant durcie à l'air) aura eu une genèse malléable (molle) sous pression... Ce résidu durci à l'air, né d'une réaction "combustion / polymérisation /pression" est résolument un mélange avec un colorant pour la partie sombre... Une expertise plus détaillée, lumière UV, test de densité, résistance, est nécessaire pour expliquer d'avantage la genèse de cet objet plastique. Là encore NOUS sommes loin, TRES loin, de l'ambre gris du cachalot !

       Ces trois objets (rapportés par la mer "poubelle") sont d'avantage des produits industriels de décharges (déchets anthropiques) que la matière précieuse de base des parfumeurs...

      Cordialement,


      Eric G.

 







 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Ambre : un object étrange à Raiatea en Polynésie française.

      Bonjour, Monsieur Geirnaert.

      Je me présente TAPUTU Benjamin et je suis âgé de 62 ans. J'entre dans le vif du sujet. Ce morceau "bizarroïde" (voir la photo A) a été retrouvé au large de l'île de Raiatea en Polynésie française en mars 2014, par un pêcheur local (c'est à dire moi). Celui-ci flottait entre deux eaux, caché dans l'écume. Aujourd'hui je suis à la retraite et mon intérêt est grand car beaucoup de gens m'affirment que cette trouvaille pourrait valoir de l'or. Je reste cependant sceptique... Alors j'ai décidé de me tourner vers un passionné tel que vous afin d'essayer d'identifier cette chose bizarre. Je vous demande avec humilité si vous pouvez m'aider? Je suis joignable le weekend par e-mail (c'est l'adresse de mon neveu qui fait les démarches à ma place). Il fait la navette entre Taha'a et Raiatea, (capitale de l'archipel ou internet est accessible) uniquement le weekend. Voilà tout, cordialement. Merci.

      Cordialement TAPUTU Benjamin.




Un nouvel objet noir et blanc étrange qui flotte...





      - E.G. -

      Bonjour Monsieur.

      Vous êtes plusieurs en Polynésie à nous soumettre régulièrement ces découvertes étranges d'objets bigarrés (bicolores noir et blanc) assez solides qui flottent en mer et qui ont des textures assez proches de celles des plastiques / polymères... Les objets petits à grands, jusqu'à plusieurs Kg., sont constitués généralement de deux masses distinctes, agglomérées et plissées, comme si les matières étaient nées d'emballages percés sous pression. La forme des coulures raconte des matières fluides libérées qui se figent et se solidifient... Ces matières "polymères" sont d'avantage des produits de la chimie pétrolière industrielle que l'ambre gris (matière organique) du cachalot... Les objets plastiques qui vont de la mélasse informe aux spaghettis bien structurés comme l'échantillon de Monsieur NETI Tiatoa (= B) ne montrent pas de becs de calamars. La couleur totalement uniforme intérieure, extérieure, anormale, la texture ne correspondent pas à l'ambre gris du cachalot. Les objets présentés ici n'ont pas vraiment l'aspect conforme aux rognons gris compactés des ambres de la baleine. Les matières "pulsées" (sous pression?) ressemblent assez à des polymères de recouvrement et de colmatage.
Les amas me font penser à ces colles néoprènes et autres bitumes avec leur durcisseur, mélanges de colmatages pour l'industrie (utilisables sur les métaux). Les containers peut-être tombés d'un bateau, puis corrodés par l'eau de mer, ont sans doute libéré les matières qui, roulées par le fluage marin ont trouvé ces conformations d'éjections avant de flotter à la surface des flots... Monsieur, je ne pense pas que ces matières pêchées puissent être des trésors... La pêche, ici, en Polynésie française, n'est pas vraiment miraculeuse...

      Cordialement,


      Eric G.

 








 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Ambre : Identification d'un lot de 20 Kg.

      Bonjour, Monsieur Geirnaert.

      Depuis nos derniers échanges e- mail, j'ai réalisé une étude plus "approfondie" de mes échantillons (lot de 20KG) en infrarouge moyen... Je me permets de vous transmettre le résultat (le graphe IR).

      Cordialement. René de Staff.




Un lot étrange, 20 Kg de matières analysées en IR...





      - E.G. -

      Bonjour Monsieur.

      Une étude IR de votre objet supposé être un ambre gris ??? Une étude "approfondie" ??? Monsieur, vous avez testé votre échantillon (supposé ambre gris) -ambre gris d'origine marine, = ambre gris du cachalot) en IR ??? Juste une question, pour vérifier : N'avez vous pas confondu les analyses ????
Pour dire les choses simplement : 1) l'analyse IR est souvent faite pour expertiser l'ambre jaune (= le succin végétal). On recherche alors la présence d'un acide spécifique (= l'acide succinique) dans une poudre (compactée en pastille) passée devant une lumière Infrarouge. 2) pour expertiser l'ambre gris du cachalot (= les déjections contenant des becs de calamars) on réalise une pyrolyse. On chauffe quelques grammes de l'échantillon pour rechercher l'ambérine qui est un alcool.
Donc : IR pour rechercher un acide dans le succin. Et pyrolyse pour rechercher un alcool dans l'ambre gris du cachalot...
Bon, une pyrolyse sur les résines végétales peut se faire, mais le document de 50 pages n'est pas forcément facile à exploiter.

1) L'étude IR c'est pour les ambres botaniques (ambre jaune).
2) La pyrolyse + CPG, (chromatographie en phase gazeuse) c'est pour les ambre gris (du cachalot)...

      Faire une étude IR des déjections supposées du cachalot est plutôt "rare"... Votre opérateur n'aurait-il pas confondu les matières, et/ou les méthodes ? Monsieur, comprenez-vous la méthode et donc mon interrogation ??? Comparer des études infrarouges de concrétions animales (graisses) à des gemmes fossiles d'origine botaniques n'a je crois pas beaucoup d'intérêt...

      Bon, ceci dit. Oui, la mer rejette beaucoup de choses naturelles mais pas seulement !!!! Les matières flottantes échouées peuvent être organiques MAIS "organique" ne veut pas dire naturel et cela ne suffit vraiment pas pour certifier la nature de l'ambre gris. Les amas organiques gris, verts, jaunes, noirs peuvent avoir des origines industrielles. Ces matières peuvent être étudiées en CPG-FID (Chromatographie en Phase Gazeuse avec Détecteur à Ionisation de Flamme), CPG-SM (Chromatographie en Phase Gazeuse couplée à la Spectrométrie de Masse) en Infrarouge, RMN etc.

      Les matières organiques ont des propriétés bien différentes de celles des minéraux... Pour questionner l'origine "organique" des matières échouées sur le littoral nul besoin d'étude laborantine poussées. Une combustion simple, un test de dureté avec une plaque de verre, un petit test de densité peut suffire...

      La mer (poubelle) rejette de nombreuses matières organiques flottantes naturelles certes mais aussi industrielles !!! Ces dernières (= industrielles) sont des pollutions récurrentes : graisses, huiles, résines végétales durcies, sans compter avec les paraffines, etc... Pour identifier les matières organiques naturelles, c'est assez simple, elles sont souvent mangées par les crabes sur le littoral... Tout le reste, les minéraux et les souillures industrielles (les matières dérivées du pétrole) sont ignorés des détritivores...

      Maintenant, ceci dit, les déjections animales (comme celles retrouvées au Maroc, lorsque l'animal est échoué, ne sont pas toutes de l'ambre gris. L'ambre gris ne correspond qu'aux seules déjections du cachalot. Les déjections organiques des cétacés (avec ou sans becs de calamars) ne sont pas toutes celles des cachalots.

      Les graisses animales (industrielles ou naturelles) peuvent être examinées en test infrarouge, RMN ou autre mais analyser une matière organique pour questionner son origine nécessite préalablement de disposer de référentiels de comparaisons. Il a va ainsi de tous les examens.

      Expertiser l'ambre gris (au niveau "chimique") nécessite de démontrer l'origine du cachalot. Reconnaître une matière simplement organique ne constitue pas vraiment une "analyse" d'ambre gris...
Votre opérateur qui évoque des comparaisons de graphes avec des ambres de "synthèses" doit surtout vérifier que ces dits graphes correspondent aux sécrétions organiques de "synthèse" du cachalot et non pas à l'ambre fossile (gédanite d'origine botanique) très étudié en IR (voir ci-dessous). Comparer des études IR de concrétions animales (graisses) à des gemmes fossiles botaniques n'a pas "beaucoup" d'intérêt...

      Cordialement,


      Eric G.





L'étude IR (ci dessus) a été régulièrement utilisée par les scientifiques pour caractériser les sécrétions botaniques indurées et fossiles et subfossiles (ambre jaune et copal). L'exploration IR ici d'une déjection animale supposée de cétacé (= ambre gris) constitue un examen singulier pas très "explicite". Comparer des graphes IR de l'ambre botanique (ambre jaune, matière fossilisée depuis plusieurs millions d'années) à ceux de l'ambre animal (ambre gris, matière contemporaine) n'a pas beaucoup d'intérêt...



 






 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Ambre : Identification et analyse chimique d'un ambre gris (pas très gris).

      Bonjour, Monsieur Geirnaert.

      Je fais appel à vous pour vous demander, dans un premier temps, une expertise visuelle de quelques échantillons que j'ai ramenés de mes vacances à l'étranger. Hélas je ne trouve pas de bec de calamars (mais l'odeur est particulière). L'aspect cireux ainsi que sa couleur jaunâtre me laisse penser à de l'ambre. Mais je reste perplexe. Il est possible que ce soit aussi des amas graisseux.
Seul vous un spécialiste comme vous peut me renseigner.

      Un guide malgache à trouvé cette matière (ces échantillons) sur une plage, ne sachant pas trop identifier cela. Mais, d'après lui, il dit que c'est recherché et il ne sait pas à quoi cela peu servir. Il en a un lot de deux kilogrammes. La forme (compactée, en plaques) est plutôt bizarre. Le guide malgache conserve ces morceaux depuis un bon moment. D'après mes recherches, je pense à de l'Ambre de cachalot. Pourriez-vous me dire si je dois continuer mes investigations et si oui, faut-il lancer une analyse des objets pour espérer trouver des métabolites de l'ambréine ? Dans l'attente de vos nouvelles. Très cordialement à vous. Pièces jointes deux photos. Je souhaite rester anonymat...

      Cordialement. Monsieur xxx.




Des amas sans bec de calamars... Des "plaques" jaunes, analysées, et qui contiennent l'ambréine !





      - E.G. -

      Bonjour Monsieur.

      "Seule une personne comme moi peut donner une conclusion à vos découvertes et vous orienter vers un laboratoire" ? Monsieur, vous me portez vraiment trop d'importance. Non, surtout pas !!! Pourquoi écrivez-vous cela ??? Les expertises peuvent se faire partout, par tout le monde, à tout moment !!! La vérité de l'expertise n'est pas une propriété privée. C'est d'ailleurs le sujet de ce forum ! Chacun peut expertiser ses découvertes, nul besoin d'avoir son courtier perso pour estimer, évaluer, jauger une matière. Les laboratoires sont accessibles à tous indépendamment de mes avis. Et, puisque votre découvreur est guide, que dit votre guide ? Vous a t-il guidé ? Vers quoi ? Avec qui, pour savoir quoi, pour vérifier quoi ?

      Premier constat assez immédiat, la forme des objets (ici en plaques) ne correspond pas forcément à l'archétype des blocs d'ambre gris qui apparaissent le plus souvent sous forme de "galets" gris ovoïdes contenant des becs de calamars. La matrice est ici plus cireuse. Mais l'hypothèse organique ne doit pas être écartée.

      Comme je l'explique au forum, si vous faites une analyse il faut effectivement rechercher les métabolites de l'ambréine. Donc, "pas de problème", vous savez quoi chercher... L'expertise n'est SURTOUT pas une propriété privée (de courtier). Bien d'autres matières existent en mer que celle du cachalot. La mer est une "poubelle" à ciel ouvert ! Et les cachalots sont surtout rares, (de plus en de plus rares).

      Et, j'insiste ici une nouvelle fois et je renouvelle ma première hypothèse de dire qu'il semble qu'il puisse y avoir PLUSIEURS "SORTES" D'AMBRES GRIS... Invalidant le dogme entretenu par certains commerciaux.

      Cordialement,


      Eric G.






      Re-Bonjour, Monsieur Geirnaert.
      Je me permets de revenir vers vous car j'ai enfin analysé les échantillons. Et d'après le rapport du laboratoire j'ai la confirmation que l'ambréine a été identifiée dans les amas. (Rapport joint).



      Bonjour Monsieurt xxx. Votre analyse qui démontre la présence de l'ambréine dans quelques amas jaunâtres (vierges de bec de calamars) des amas surtout éloignés de la forme des "galets" ovoïdes gris (contenant des becs de calamars) est une preuve intéressante pour invalider les dogmes (réducteurs). Quelle doit être la propriété intrinsèque (et absolue) pour qu'une matière soit certifiée ambre gris ? La présence (seule) de l'ambréine est-elle suffisante ? Votre référence démontre que le dossier "ambre - gris" n'est pas seulement gris. Et, les nuances sont surtout la norme.

      Cordialement,


      Eric G.

 






 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Ambre : ambre gris à "trous".

      Bonjour, Monsieur Geirnaert.

      Et bonjour aux animateurs du forum de l'ambre. Bravo pour votre super site.
J'ai trouvé cet été une ambre grise sur la plage. Et pour la taille importante, je me pose la question de savoir si la grosse pièce a une grande valeur ? Je peux en trouver d'autres (si vous le souhaitez)...

       Merci pour votre expertise.

      Marc C.



Une sorte d'ambre avec des trous...





      - E.G. -

      Bonjour Marc.

      Quoi une ambre grise ??? Ambre est un masculin... Il faut dire UN ambre. Et, l'ambre gris (du cachalot) n'est SURTOUT pas un minéral !!! Ici votre objet (sans grande valeur) est un minéral. C'est un "caillou".

      Tout ce qui est gris sur le littoral n'est pas formé par les déchets "précieux" du cachalot. Les trous calibrés dans les roches marines sont souvent le résultat d'organismes vivants (des mollusques marins, térébrants, Pholadidae, par exemple, qui utilisent leur coquille asymétrique pour s'enfoncer dans le sédiment. Les pholades sont des bivalves qui perforent les roches marines par sécrétion acide. Les roches ainsi perforées, (les argiles marines ou autres), ne sont surtout pas de l'ambre gris...

      Cordialement,


      Eric G.

 






 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Ambre : Photos jointes.

      Merci de regarder.
      Jacotte / Legardien gregory.






Plusieurs nodules collés et mêlés à des plastiques...





      - E.G. -

      Bonjour.

      Votre message est pour le moins minimaliste ! Rien. ABSOLUMENT RIEN !!! Aucun renseignement, aucun commentaire !!! Pas un mot. Le moins que l'on puisse dire c'est que vous donnez peu d'informations sur votre découverte.

      A quoi correspondent ces choses ? Une première remarque : le rendu des couleurs de vos images est TRES varié surtout lorsque l'on se regarde le détail des mêmes objets (A1 et A2). Il est alors difficile de se rendre compte de la "vraie" nature de vos échantillons. Le réglage (sans doute automatique) de votre appareil photo restitue des couleurs TRES différentes, ce qui ne facilite pas l'expertise.

      Question : ces objets sont-ils constitués un d'un même lot découvert sur la plage ? Du sable collé en surface des échantillons A semble infirmer cette hypothèses. Les imprégnations (irrégulières) de sable sur les surfaces (imparfaites des échantillons A) invalident les minéraux et semblent indiquer que les matières sont "souples, tendres, malléables" comme le serait des amas de graisse.

      Les agglomérats (de type A) semblent d'ailleurs re-compactés, collés et réunis. La matière est-elle collante ? En exploitant la taphonomie (cette science surtout utilisée pour questionner l'ambre jaune via les conditions d'enfouissements des objets) il devrait être possible d'expliquer le scénario des compactages. En effet il doit être possible de lire la disposition des matières imprégnées sur les surfaces et de les replacer dans un scénario qui explique la genèse dynamique des volumes. La taphonomie n'est qu'une lecture logique des indices. Mais les renseignements sont très explicites.

      Plusieurs nodules sont réunis, "collés" dans des plastiques (A1 zoom)... Les plastiques (évidemment inertes) permettent de restituer la dynamique des mouvements. Les plastiques sont-ils imprégnés en profondeurs des échantillons de type A ou simplement collés sur les surfaces ?

      En l'état, l'imprégnation des "plastiques" est le signe d'une souillure... Si nous partons sur l'hypothèse (sans doute fausse) que ces amas pourraient correspondre à des rejets de cétacés, les animaux auraient-ils avalé les plastiques ? Ou, autre hypothèse, les plastiques ont-ils été mêles ultérieurement aux déjections ?

      Cette découverte démontre le caractère assez "poubelle" de la mer. Les animaux s'empoisonnent avec les plastiques... Si les amas étaient odorants (comme une graisse) on peut supposer l'origine animale.

      L'échantillon B semble être assez proche de déjections organiques alors que l'objet C ressemble assez à un nodule de paraffine.

      Sans autre précision il est assez difficile de poursuivre l'expertise (surtout à partir des images où les couleurs sont si variées).

       Pouvez-vous nous dire deux trois mots sur vos objets ??? Taille, lieux de la découverte, date, poids des échantillons, texture, odeurs, dureté, etc...

      Votre découverte n'a sans doute pas une "grande" valeur commerciale et il semble assez peu probable que vos échantillons soient du pôle ambre jaune ou ambre gris.

      Cordialement,


      Eric G.

 







 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Ambre : Identification ambre blanc.

      Bonjour, Monsieur Geirnaert.

      En début d'après-midi, je suis tombée sur votre site et c'était tellement intéressant et passionnant que j'y ai passé deux heures... et ai oublié de vous écrire! Si je me permets de vous envoyer cet email aujourd'hui, c'est tout simplement car nous avons trouvé des blocs graisseux sur la plage en Normandie il y a une semaine. Ces blocs sont écrus/jaunes et sentent un peu comme de la bougie. Leur forme particulière crevassée nous a mis le doute, et nous sommes revenus avec afin d'élucider le mystère de leur provenance.
J'ai cherché un moment des informations, et si cela est naturel, ce qui semble le plus approcher serait l'ambre blanche (ou graisse de baleine). Ne voyant aucune mention de cette ambre blanche sur votre site, je voulais savoir ce qu'il en était vraiment. Cela existe-t-il ? Peut-être allez-vous nous dire qu'il s'agit juste de paraffine, mais nous sommes curieux d'en savoir plus.

      Bien sûr vous pouvez utiliser nos photos qui nous l'espérons aideront d'autres personnes à déterminer à quoi correspondent leurs trouvailles. Merci par avance pour votre réponse.

      Sincères salutations.

      Karine.

      PS : Merci de ne pas mentionner mon nom de famille.




Plusieurs objets blancs ...





      - E.G. -

      Bonjour Karine.

      Tout d'abord, ambre est un masculin, donc, il faut dire "Ambre blanc". D'autre part, si vous suivez un peu les actualités naturalistes, vous pourrez vérifier que les pollutions marines sont nombreuses, très nombreuses... En juillet-août (souvent, l'été lorsque les baigneurs doivent "avoir" une mer propre) on rapporte des pollutions hétéroclites... J'ai en mémoire l'alerte sur l'île de Porquerolles en 2010 ou des amas de paraffine sont venus s'échouer sur le littoral. La mer "poubelle" offre tout et n'importe quoi... De nombreux réseaux (impliqués sur le terrain coordonné par le Conservatoire du Littoral) peuvent confirmer les pollutions et assure un rôle dans la veille et l'alerte vis-à-vis des pollutions constatées sur le territoire des communes adhérentes au Syndicat. Ici les souillures à la paraffine ne sont surtout pas l'ambre blanc.

       Pour rappel l'ambre du cachalot est gris avec des becs de calamars. Et l'ambre dit blanc (rigoureusement blanc) est d'origine botanique. C'est alors une oléorésine fossile de pins marquée par réactions de dégazage lors de la diagenèse (désigne l'ensemble des processus physico-chimiques et biochimiques par lesquels les sédiments sont transformés en roches sédimentaires) à partir des fluides de la sève mêlée.

      Karine, votre objet est une paraffine industrielle (assimilée "hydrocarbure" sans intérêt majeur)... Les pétroles, les cires et les graisses sont des polluants récurrents qui ne sont surtout pas de l'ambre gris, jaune, blanc ou noir.

      D'ailleurs, je pense à une chose. Pour démontrer l'expertise de l'échantillon, peut-être pourriez-vous mettre un lien de coton dans votre objet et vous en servir comme bougie "écologique".
Mettez simplement un lacet de chaussure profondément dans l'amas et testez votre trouvaille, utilisez votre objet comme une "bougie de mer"... Qu'en pensez-vous ? Une bougie de mer allumée... Vous devriez avoir quelques odeurs marines... Je serais curieux de voir le résultat en image.
Que pensez-vous de cette idée ?

      Je reste attentif à vos messages et au résultat photographié.

      Cordialement,


      Eric G.

 





 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Ambre : Identification d'un ambre gris d'Indonésie.

      Bonjour, Monsieur Geirnaert.

      Je suis basé à Jakarta (Indonésie) travaillant dans le secteur parfumerie depuis 30 ans. Voir le lien xxx. Un de mes amis plongeur s'est vu proposé un bloc de 3kg environ d'un "ambre-gris" par un pêcheur indonésien. En voici la photo (ci dessous).
J'ai senti un fragment de 20g environ. Couleur blanc-jaune crème, texture cireuse. Je n'ai pas senti d'odeur extrêmement puissante. Je n'ai pas identifié l'aspect tabac, marin ou fécal qu'il m'était arrivé de sentir à d'autres occasions. Qu'en pensez-vous ? Merci de votre aide. Cordialement.

      Monsieur L. B.



3KG, proposé comme ambre gris...





      - E.G. -

      Bonjour.

      Monsieur, si vous êtes dans le secteur de la parfumerie, je vais aller à l'essentiel et reprendre ma conclusion : Tous les cétacés (même ceux qui mangent des calamars) ne donnent pas de l'ambre gris, mais TOUS ont des déjections intestinales... L'ambre gris pour autant qu'il puisse y avoir une base invariable est GRIS... Les pécheurs (d'ici et d'ailleurs) vendent volontiers tout et n'importe quoi avec le label d'ambre "gris"... La mer poubelle n'a jamais été aussi rentable !

      Sinon, premier coup d'œil, la forme de votre échantillon est surtout TRES étrange (TRES longue avec une base, une sorte de socle, le côté droit, où apparaît de nombreux trous... Comme c'est étrange ! Non ? Qu'en pensez-vous ?
L'objet est blanc-jaune crème, texture cireuse... Entendu.
Pour rappel, l'ambre gris (du cachalot) est surtout gris (gris foncé)...
Autre remarque, votre objet, contient-il des becs de calamars ? Une image (vottre image en résolution moyenne) ne permet pas (réellement) de fonder un commentaire précis. Mais le bon sens autorise une première interprétation... Pensez-vous qu'il s'agisse là des déjections (étrangement "fuselées") d'un cachalot ? La forme de l'objet semble d'avantage celle d'un amas de graisse (amas décollé d'un support plat, peut-être la calle d'un bateau)...
La forme des objets permet de discuter l'origine des matières... Je serais curieux de savoir ce que répondrait le pêcheur si on le questionnait sur la forme. "Où avez vous péché cet amas? L'avez vous (vous même) décollé du support? Dans quelles conditions avez vous trouvé cet objet?"
Le bons sens vaut pour l'essentiel (95%) de l'expertise...
Monsieur, comprenez-vous mes arguments et mes interrogations ?

      Eric G.

 







 
L'ambre - Le FORUM
La foire aux questions - l
ettres et correspondances
(Réponses Eric GEIRNAERT / Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr)





      
Arrivage d'un lot énorme de 10Kg d'ambre gris au Maroc.

      Bonjour à l'équipe du site Ambre.

      Je suis vendeur de produits marocains (exclusivement une sélection de produits issus de l'artisanat) dans les domaines des soins corporels, de la décoration d'intérieur et de la mode design (petits articles vestimentaires, sacs, bijoux). Je suis installé à xxx, près de xxx.
Je viens de recevoir des marchandises grises que vous pourriez expertiser... C'est la sécrétion du parfum des baleines.

      Sans intermédiaire, notre devise est de proposer immédiatement le meilleur produit au coût le plus juste. Pourriez-vous estimer ce lot de 8 Kilogramme ? Mon dispositif pour conserver la marchandise (montré sur la seconde image) est-il correct ? Je m'inquiète, trois échantillons déjà se brisent. L'air, ici est chaud, sec. Les produits disponibles chez nous sont garantis sans modification.

      Monsieur, pouvez-vous estimer les matières et donner une estimation de prix ? Merci.

      M. xxx pour l'enseigne xxx. Site web : xxx.




      Découverte sur les plages du Maroc.

      Bonjour Monsieur Geirnaert.

      Pourriez-vous me dire, si, selon les photos jointes, je possède bien de l'ambre gris. Il y a les becs de calamars. Ces morceaux ont été récupérés d'une baleine échouée sur une plage du sud du Maroc. 30 kilos ont été récupérés et vendus (et il reste 1 kilo).

      Merci.

      Sanitar Elvair.




      - E.G. -

      Bonjour Messieurs.

      Oui, l'expertise "ambre gris" est assez simple lorsque les matières sont récupérées directement dans la dépouille d'un animal échoué... Extrait directement des entrailles d'une baleine, la matière grise est évidemment une concrétion intestinale (surtout lorsqu'elle est extraite des intestins)... L'expertise est alors assez immédiate.

      Maintenant, ceci dit, poursuivre une transaction (éventuelle), à partir d'images de quelques échantillons posés sur une table n'est pas forcément facile. En effet, montrer via des images (seulement) la présence avérée de becs de calamar dans quelques blocs n'est pas forcément suffisant pour décider un parfumeur ou un courtier. Selon quelques idées émises ici sur ce site à partir de plusieurs découvertes assez disparates (et en dehors des lots gris habituels), il semble qu'il puisse y avoir plusieurs espèces animales voisines qui donneraient (=hypothèse) "plusieurs" ambres plus ou moins "gris" contenant des becs de calamars...

      L'ambre gris, cette déjection animale cireuse, solide et inflammable (qui, pour le cachalot contient l'épicoprostérol et surtout l'ambréine -inodore à l'origine, dégradée ensuite en ambrox et en dizaines d'autres composés donnant alors un spectre toujours original aux déjections-) a été utilisé comme fixateur en parfumerie, moins aujourd'hui car des substituts chimiques existent. Le cis-abienol, un composant de sauge et de sapin, (commenté par Joerg Bohlmann, professeur à l'Université de Columbia) semble être le substitut végétal idéal -qui permettra de regarder la baleine autrement que sous la focale du commerce morbide-. Aujourd'hui, la parfumerie de luxe n'a pas forcément bonne presse en expliquant qu'elle fouille les intestins d'un pauvre cachalot victime de la chasse commerciale ou pire la dépouille d'un spécimen malade venu mourir sur la plage. La chasse à la baleine est évidemment interdite depuis 1986, d'où l'abandon inévitable de l'ambre gris utilisé en parfumerie.

      Oui, des baleines (plusieurs espèces de cétécés) s'échouent au Maroc. Après 2011, le 13 mai 2012 -si nous parlons du même animal-, un rorqual de 16 tonnes, mesurant près de 17 mètres de longueur, s'est échoué vivant sur la plage de Sidi R'bate, située dans la province de Chtouka-Aït Baha. Filmé vivant (voir ci-dessous, l'animal ouvre en effet plusieurs fois la gueule), l'animal est décédé. Puis déjà coupé en deux, il a été enterré au bulldozer sur la plage. Le mois suivant, un rorqual d'une autre espèce, le 11 juin 2012 a également été découvert (mort cette fois sur la plage Ain Diab) en décomposition après avoir été pris au piège dans un filet de pêche abandonné en mer. Bref, l'ambre gris existe alors sur les plages au Maroc.

      Messieurs, vos échantillons (voir ci-dessous l'infographie) sont assez "conformes" aux standards de l'ambre gris du Grand Cachalot mais l'identité de l'animal demande évidemment d'être surtout SURTOUT vérifiée.

      Récupérés ici sur un animal mort (échoué) ou ramassées là sur le littoral, ramenés par les flots, les blocs de matières grises (mais pas toujours) qui contiennent effectivement des becs de calamars sont très susceptibles d'être des concertions intestinales de cétacés...


      Cordialement, Eric G.

 

 




Tous les cétacés ne donnent pas de l'ambre gris, mais
TOUS ont des déjections intestinales...








      C'est Physeter macrocephalus (Le grand cachalot) qui "communément" donne l'ambre gris...

      Le grand cachalot est une sorte de grande baleine à dents (c'est donc un carnivore). Son corps est grisâtre et sa tête dont la forme est parallélépipédique, représente un tiers de la masse corporelle. Elle peut peser jusqu'à 16 tonnes. L'évent est placé très près de l'extrémité de la tête et légèrement sur la gauche, ce qui donne au souffle de l'animal un angle de pulvérisation caractéristique et unique chez les cétacés. Le grand cachalot ne possède pas de nageoire dorsale mais une série de crêtes le long du tiers postérieur du dos. La plus grande d'entre elle ressemblant à une bosse triangulaire peut être confondue avec un aileron. Les nageoires pectorales sont minuscules au regard de la taille de l'animal, tandis que sa queue, épaisse et puissante qui peut développer quatre mètres d'envergure, est triangulaire et fendue. Contrairement aux autres cétacés, la peau n'est pas lisse mais rugueuse et ridée comme celle d'un pruneau. Les dents sont coniques et peuvent atteindre 20 centimètres pour un poids d'un kilogramme.

      L'animal, ci-dessous échoué au Maroc en mai 2012, n'est évidemment pas Physeter macrocephalus.






Sur le littoral marocain, le 13 mai 2012





Le parfum à base d'ambre gris et le commerce de déjéctions de baleines...
Tout est bon pour faire de l'argent... Pendant ce temps, la
baleine meurt... (dans ses "effluves" d'ambre gris)...







Dans un monde parfait, l'idéal serait que le bénéfice du commerce très lucratif de l'ambre gris aille rigoureusement et totalement vers une action de protection - préservation des baleines. Mais, les courtiers et autres négociants cupides n'ont pas cette vision éco-naturaliste des choses. D'ailleurs, selon leurs arguments : "si les baleines disparaissent le cours de l'ambre gris grimpera" (oui, et profitera à ceux-là même qui se moquent de la santé des baleines).






Pour respirer la sauge, devenue l'ambre gris...


Bonne nouvelle pour la nature et les baleines, le cachalot est enfin remplacé par la sauge !
Le sclaréol (molécule de semi synthèse formée à partir de la sauge sclarée) est utilisée dans sa forme modifiée (oxydée puis réduite = ambrox) en parfumerie pour sa puissance olfactive et sa forte biodégradabilité. L'approvisionnement en ambrox via la filière végétale (à partir d'une synthèse chimique sur la sauge) est une alternative intéressante pour les parfumeurs. L'approvisionnent contrôlé est régulier. Les courtiers en ambre gris peuvent désormais cultiver la sauge sclarée (Salvia sclarea) et laisser vivre tranquilles
les baleines...








Respirer l'ambre gris
de la baleine ou de la sauge...





Respirer quelques vapeurs de machin-truc...










      Conduit par le commerce, (l'agent), l'homme invente les définitions de l'ambre (jaune et gris) en appliquant une dichotomie évidemment réductrice qui finalement pose de gros problèmes d'expertises.


      La joaillerie a inventé -de toute pièce- le concept d'Ambre Jaune (L'Or du Nord) pour conduire une activité lucrative où, finalement, au regard des prix élevés, les gemmes botaniques utilisées pour les bijoux ont été évidemment questionnées. Quelles sont les caractéristiques formelles et les propriétés fondamentales qui certifient -sans équivoque- les matières ? Evitons les digressions, mais, cinq définitions sont utilisées (selon les cas) pour arranger les finances ! La Nature ignore la valeur (argus) des choses et la dichotomie que l'homme utilise pour inventer ses définitions. Et pas moins de 70 types de résines fossiles mettent à mal le concept de l'ambre jaune (unique) décliné en parfums !!!

      La problématique de l'ambre "gris" est identique. Que peut-on appeler ambre gris ? Peut-il y avoir plusieurs ambres "gris" qui peuvent postuler au parfum de luxe ??? L'ambre gris à base de sauge est-il identique à celui donné par le cétacé ? L'ambre gris est-il SI unique qu'il est indivisible et dans ce cas quel est son dénominateur infaillible ? Cachalot compté, les prédateurs des calamars ont tous des déjections "parfumées" qui contiennent des becs... Les réactions bactériennes qui parfument les matières peuvent-elles se faire hors du cachalot ? Le flou des expertises surtout "approximatives" profite à chacun et les courtiers d'inventer leurs vérités... Les observations semblent indiquer que "plusieurs" matières sont assez proches de l'ambre gris du cachalot (et certains d'en proposer déjà des parfums)... Une analyse ADN peut-elle caractériser l'animal à l'origine des déjections ? Que vaut une expertise visuelle à partir d'une image ??? Bref...

 


-=-=-=-=-=-


Tous les cétacés (même ceux qui mangent des calamars) ne donnent pas
de l'ambre gris, mais TOUS ont des déjections intestinales... L'ambre
gris pour autant qu'il puisse y avoir une base invariable est gris...
Les pécheurs (d'ici et d'ailleurs) vendent volontiers tout et
n'importe quoi avec le label d'ambre "gris"... La mer
poubelle n'a jamais été aussi rentable !



-=-=-=-=-=-




      Une diagnose de l'ambre gris, grâce à notre registre d'observation d'inventaire.

      Surtout pendant ces périodes de vacances estivales, les prospections se multiplient et vous êtes de plus en plus nombreux à apporter vos échantillons pour soumettre des expertises (pas forcément faciles à conduire). Dans la mesure du possible nous vous renvoyons vers des laboratoires proches de chez-vous où vous pouvez démarcher vos investigations. Et, dans un second temps nous allons constituer une galerie d'images des déjections animales par espèce pour caractériser (si c'est possible) les principales observations qui peuvent être confondues avec l'ambre gris du cachalot. Les références seront évidemment les observations faites avec les (malheureuses) espèces échouées sur le littoral. L'idéal serait aussi de caractériser les espèces à l'origine des déjections par des lectures ADN. Merci (SURTOUT) à ceux qui échangent, aident et partagent (leurs données) avec les organisations de protections des cétacés... Il est important de synchroniser les recherches, (détailler les observations) pour éviter les théories abstraites. Comprendre, partager l'information est un enrichissant VRAI (très éloigné de celui cupide du courtier). La vraie richesse est celle de connaître les choses bien plus que de les posséder.






 
Ci dessus, un ambre gris est caché parmi ces objets.
Qui est qui et que sont alors ces choses ?





      Ci dessus, à quoi correspondent ces matières ??? La réponse est simple...

      Si l'on faisait des analyses ADN, dans ces mélanges graisseux (matières hétéroclites, mais souvent lisses, uniformes, blanches en profondeur), je pense que nous pourrions trouver des assortiments étranges qui, vérifications faites, oui, oui, pourraient bien correspondre aux résidus de fond de cale de quelques bateaux usines. Il faudrait apporter ces déchets à certains marins pêcheurs et leur demander avec insistance à quoi correspondent ces amas lisses... Dans le même ordre d'idée, les traces huileuses, les pétroles durcis, les nappes de carburants permettent de mener des enquêtes pour vérifier qui fait quoi, où, quand et qui sont finalement les pollueurs... La police maritime est débordée ! (Rires).
Les fonds de soutes sont riches en souillures qui jetées en mer finissent sur le littoral et font rêver les découvreurs. Mais, soyons réalistes, les parfumeurs n'utilisent pas vraiment les résidus de fond de cale des bateaux usines pour développer leurs parfums. Et pendant ce temps le cachalot rigole à pleine dents !

      RESTONS SURTOUT PRAGMATIQUES. Donnons un exemple : certains échantillons ont parfois des marques d'empreintes (et des formes) qui correspondent aux lieux de stockage des soutes. Puisque les amas sont graisseux (= malléables, plastiques), ils enregistrent la conformation des supports sur lesquels ils sont déposés. Un agglomérat de graisse qui est marqué par une poutrelle métallique (et des boulons !!!) n'est sans doute pas un ambre gris (la matière fécale de cachalot). Le problème assez incroyable est le manque total d'esprit critique des découvreurs !!!! La mer est une poubelle qui déverse ses résidus sur le littoral. L'ambre gris du cachalot est parfois mêlé à ces détritus. Mais le fond de calle des bateaux poubelles n'est SURTOUT pas de l'ambre gris. Soyez critiques et avant des ramasser les souillures sur la plage, mettez surtout des gants même si c'est de l'ambre gris !!! Car l'ambre gris est rigoureusement la déjection des cachalots...
 








Conseil à l'expertise et à la vente...
Hum,... prenez le temps de la réflexion...




 
Expertisez l'expert est le meilleur moyen d'éviter les petites duperies !


Prenez cinq minutes pour vous "amuser". Pour conduire correctement l'expertise d'une découverte, il faut aussi expertiser l'expert. Comment faire ? Oh, c'est très simple, prenez une image d'ambre gris (une découverte réelle déjà certifiée) et demandez à votre correspondant "courtier", le docte spécialiste, d'inspecter votre objet... Remplissez le formulaire sur le site xxx, vous verrez alors comment le commercial courtier conduit ses messages...



J'ai testé l'expert commercial courtier, et, cela mérite le détour.



Correspondance de Monsieur xxx à Monsieur Geirnaert.

Bonjour M. Geirnaert.
J'ai voyagé dernièrement et j'ai récolté de l'ambre gris. Après mes recherches sur Internet seuls votre site Ambre.jaune et celui xxx ressortent clairement. J'ai donc appelé M. xxx sur le second site pour lui dire que j'avais 300 grammes de matières...
Je lui ai envoyé une photo des échantillons en omettant volontairement de décrire que ces éléments étaient :
1) odorant (odeur musqué) sans aucune action préalable (feu, frottement). 2) qu'ils réagissent, évaporation à l'approche d'une flamme. 3) léger, dur mais fiable sous les dents d'une scie.

Monsieur Geirnaert, je vous mets en copie la réponse qui démontre grandement qu'il est surement loin d'être l'expert qu'il prétend.
Bonjour, nous avons bien reçu vos photos, mais Il est facile de voir que ce n'est pas de l'ambre gris pour les raisons suivantes: vous ne trouvez pas de bec de calamars, l'ambre gris est dur mais friable, quand le votre semble très dur. Vous ne trouvez pas de couches et de rognons. Etc... Vous trouverez ci-joint dans ce lien une documentation sur l'ambre gris pour votre information. Nous pensons que vos échantillons sont des pierres volcaniques ou des rochers... Nous ne sommes que des spécialistes en ambre gris, mais pas en minéraux. En espérant répondre à votre demande, nous restons à votre disposition.
Monsieur Geirnaert, voila donc ma méthode, j'ai en quelque sorte testé le dit spécialiste. C'est avec ce retour de courrier email que je me tourne désormais vers vous sachant qu'il a déjà été fait allusion sur votre site que les transactions et expertises étaient assez originales, voire farfelues, avec la possibilité d'arnaques éventuelles à la clef.
Monsieur, pourriez-vous nous donner les pistes d'investigations à suivre pour avancer en évitant les spécialistes autoproclamés qui, enquêtes menées, avouent ne pas être spécialiste des matières qui peuvent être confondues avec de l'ambre gris.
Mes recherches vers xxx, xxx, xxx ne donnent rien pour l'instant.
Merci par avance. P.S. : ci joint la photo des dits éléments ...
Signé, Monsieur xxx, lieux xxx.


    
  - E.G. -

      Bonjour Monsieur.

      Votre méthode qui consiste à soumettre des images en omettant volontairement certaines informations importantes est utile pour tester l'expert. Monsieur, vous avez PARFAITEMENT raison ! Pourquoi n'auriez-vous pas le droit de tester l'expert (puisqu'il se déclare expert). Et, ceci dit, pourquoi passer par un expert (qui de toutes les façons prendra 99.999 %¨de marge).
Monsieur, expertisez vous-même vos matières, vous n'aurez alors aucune surprise !
Expertiser l'expert est, (selon moi), une précaution utile... D'ailleurs : en quoi consiste les dites expertises du courtier que vous ne seriez pas en mesure de conduire ??? Faut-il des matériels sophistiqués et très couteux pour caractériser l'ambre gris ? Réponse: NON ! Cqfd (ce qu'il fallait démontrer): faites les tests vous même. Et, pour éviter les tergiversations infinies, emmenez donc un échantillon en laboratoire pour démontrer la présence des métabolites de l'ambréine. L'ambréine est une substance grasse cristalline, de couleur blanche, inodore, insipide et insoluble dans l'eau. Les composés odorants essentiels de l'ambre gris sont l'Alpha ambrinol, le gamma dihydroionone, le gamma coronal, l'ambrox, ... Monsieur, vous devriez surtout vous orienter vers des personnes qui expertisent gratuitement les découvertes (parfois ce sont de vrais minéraux ramassés en mer qui amènent à de vraies publications) en laissant tomber surtout les commerciaux auto-satisfaits.
En résumé, Monsieur xxx n'est pas un "spécialistes des minéraux", cela tombe bien, j'ai quelques notions de base que je donne dans des publications.
Et, un exemple ici ciblé, avec des pierres (de vrais minéraux) ramassées sur la plage.
Préférez les auteurs (qui partagent le savoir) aux commerciaux qui eux, aiment, surtout posséder !!!!
Cordialement, Eric G.






Correspondance de Monsieur xxx à Monsieur Geirnaert.

Je voudrais faire une proposition d'achat.

Bonjour Monsieur Geirnaert. Je suis Monsieur xxx, je vis à xxx à coté du célèbre xxx.
Je viens de parcourir ave un vi intérêt votre page internet traitant de l'ambre gris. Je suis moi même chercheur d'ambre gris et à l'occasion acheteur. En début de page j'ai vu qu'une personne souhaitant vendre sa découverte. Si ce morceau n'est pas vendu, je serai éventuellement intéressé pour faire une proposition. Mais avant tout, j'aurai besoin d'informations complémentaires comme le lieu et la date de la trouvaille, la méthode de conservation ainsi que quelques autres informations diverses. Je me déplace évidemment pour toutes inspections et achats. Si vous me le permettez et sans prétention, j'aimerai vous faire part de quelques remarques concernant les informations articulées sur votre site. Par exemple en ce qui concerne l'animation des réponses (intéressantes), je pense qu'il aurait été utile que des personnes extérieures puissent intervenir directement sous forme de commentaires articulés, un peu comme un blog. Mais je sais aussi l'anarchie de tel outils et les dérives rapides occasionnées sur de tels outils qui amènent aux censures... Personnellement, seul le premier morceau ci dessus pourrait m'intéresser. Plusieurs références affichées sur le site sont des bizarreries amusantes comme ces "résines" végétales malgaches, qui inspections faites, sont appelées des crottes de zébus par certains... Je ne me prétends pas "spécialiste" de l'ambre gris, disons que je suis passionné depuis plusieurs années par cette substance, que je recherche sur les plages d'Europe, Afrique et parfois dans le Pacifique. Disons que je sais la reconnaitre de visu (si les images sont de d'une bonne qualité comme vous l'expliquez justement sur le site). Je ne suis par courtier en ambre gris, ce n'est pas mon activité principale, et je n'ai donc pas de site Internet dédié ou d'espace Facebook (pour me contacter).
J'ai rencontré plusieurs fois Mr xxx qui lui est un "spécialiste" reconnu de l'ambre gris depuis 40ans, il a travaillé longtemps sur les origines de l'ambre de la baleine et aussi réalisé quelques activités pour le musée océanographique de Monaco, et a son actif plusieurs trouvailles de plus de 100Kg. Je connais bien le marché de l'ambre gris et ses acteurs que j'ai rencontré en France, Asie et Orient. Monsieur Geirnaert, comme vous faites des expertises publiques et que vous donnez une définition de l'ambre gris, je voulais quand même discuter avec vous en toute simplicité (en privé, donc en dehors du site)... Si j'intervenais sur un forum ouvert, je m'adresserai à un public, mais, ici c'est quand même à vous que je souhaiterai m'adresser (en privé). J'espère que vous accèderez à ma demande. Je souhaiterai vivement avoir une conversation téléphonique avec vous, c'est plus agréable et ça peu éviter une mauvaise interprétation. C'est sans mauvaise intention de ma part (évidemment). J'ai vu qu'il y avait une proposition de 8.000 Euros, ce qui est déjà conséquent, si je connaissais le poids du morceau, je pourrais déjà vous dire si je peux aller plus loin...
Monsieur Geirnaert, vous pouvez me joindre par téléphone à tout moment au 06xxxx.
Cordialement, Monsieur xxx.
 






A lire avant de poser une question au forum. Les personnes qui demandent des expertises gratuites acceptent de façon tacite que les évaluations données puissent être publiées sur le site avec les images présentées. La participation au forum est volontaire, libre, gratuite, sans visée commerciale. Pour éviter la publicité (dissimulée ou forcée) les images vignetées par un logotype ou un nom d'enseigne commerciale ne seront pas publiées. Selon la pertinence des sujets, les objets soumis à l'expertise sont publiés en infographies (toujours signées pour éviter l'appropriation des images sur d'autres sites). Les adresses e-mail ne sont pas diffusées. Et selon le souhait exprimé des personnes, les questions posées peuvent être anonymes (rédigées alors sous un autre nom) pour permettre à chacun de poursuivre librement ses transactions. Le forum partage l'information, ni plus ni moins.
Seules les personnes qui acceptent que les expertises puissent être publiées sur le site (texte et images) auront des réponses argumentées, des conseils, des avis et profiteront alors d'un partage de connaissance apporté par les animateurs du site...



Seuls les internautes découvreurs qui répondent à la question combien font deux plus cinq (2+ 5 = ???) recevront une réponse par e-mail.
Cette petite question test est utile pour vérifier que les intervenants lisent effectivement (attentivement) le dossier...




Retour début du site