Les papillons de l'ambre...
Sont rares, TRES rares !

Pour trouver les fossiles, c'est assez
simple, il faut prospecter.




Ceci dit : 1979, René Gabriel Jeannel, Directeur
du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris :

"On peut dire que les origines des Lépidoptères sont totalement inconnues.
.../... Aucune trace de lépidoptères authentiques n'est connue avant l'Eocène".







En lisant cela, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est URGENT de
réviser les travaux scientifiques concernant les papillons de l'ambre !






Selon les spécialistes parisiens : les origines
des papillons sont totalement inconnues ???






Si vous souhaitez acheter un rare papillon dans l'ambre balte, voici une
référence magnifique, disponible à la vente chez Jacques Mangin.





Et...
Dès que l'on prospecte, il loisible d'AFFIRMER
que les papillons des ambres
crétacés existent !















      Dans le registre des inclusions rares de l'ambre, les papillons, thésaurisés des collectionneurs (vendus parfois aux enchères jusqu'à 5.800 € pièce) sont très recherchés. Et, certains auteurs (sans doute "mauvais" prospecteurs), déconcertés par la rareté des fossiles ont affirmé -de haute autorité- que si les fossiles sont introuvables c'est que les papillons (tout simplement) n'existaient pas...

      Le Docteur René Gabriel Jeannel, Directeur du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris en 1951 explique dans son ouvrage (Initiation paléoentomologique et peuplement des arthropodes de la Terre, éditions BOUBEE - 1er trimestre 1979) l'absence de documents paléontologiques.
R. G. Jeannel, 1979 : "Aucune trace de lépidoptères authentiques n'est connue avant l'Eocène" .../... "Cette absence de documents paléontologiques s'explique, semble t-il, par ce que les Lépidoptères ont dû se spécialiser sur L'Angarie pendant le secondaire et ne se sont répandus dans le monde qu'à partir du Crétacé Moyen, en même temps que la flore des angiospermes, c'est-à-dire des plantes à fleurs".

      Pour affirmer cela il faut SURTOUT oublier les découvertes de Kühne, Kubig et Schluter en 1974 et celles également de Whalley qui lui aussi donne plusieurs descriptions de papillons anciens en 1978 !!! ...

      Oui, les papillons de l'ambre sont rares ! Mais, ils existent, et, pour trouver les fossiles il faut pros-pe-cter...



Pour raconter une histoire paléo entomologique, il faut
r-i-g-o-u-r-e-u-s-e-m-e-n-t observer les fossiles de l'ambre...




      En paléo entomologie, le progénote des papillons fait discussion et même débat. Qui est l'ancêtre du groupe des papillons, et, à quoi l'insecte ressemblait-il ? Etait-il grand coloré avec des écailles ou petit, terne avec des poils ? Plusieurs théories farfelues ont été inventées sans référence paléontologique. Le premier papillon volait-il de jour ou était-il nocturne ? Contemporains des dinosaures, les papillons seraient devenus enfin nocturnes sous le poids de la prédation des oiseaux "lépidoptérivores" ? (M. Chinery et M. Cuisin 1989). Si tel est le cas, pourquoi les insectes n'ont-ils pas tous évolué vers l'activité exclusivement nocturne ? La chauve souris (nocturne) fait-elle chasse entomologique moins notoire que celle de l'oiseau diurne ? Et, précisons que la prédation des insectivores diurne s'exerce surtout sur les chenilles. La réponse devrait surtout être celle des chenilles plutôt que celle des imagos... Pourquoi les diurnes aux ailes devenues grandes ont-ils préféré le vol lent et plané tandis que certains nocturnes, les sphingidae par exemple, perfectionnaient leur vol stationnaire ultra rapide quelque soit l'ensoleillement. Pourquoi et quand les papillons ont-ils utilisé les écailles, les couleurs puis les motifs étranges cryptiques et même aposématiques ? Certains nocturnes très colorés volent ainsi le jour et défient les oiseaux insectivores tels les zygènes toxiques au cyanure. L'évolution du premier papillon a-t-elle vraiment été corrélée aux substances chimiques végétales et notamment les nectaires extra floraux de plus en plus inaccessibles (les fleurs tubuleuses par exemple) ? Pourquoi certains papillons inventent la trompe pour butiner le nectar tandis que certains conservent leurs mandibules pour mordre les végétaux et manger le pollen ? Dans toutes ces inventions et ces exubérances de formes et de couleurs quel est donc l'allure du progénote ? Qui est l'ancêtre des ancêtres des papillons.

      Oui, les belles histoires inventées par des auteurs inspirés sont restées longtemps hypothétiques et douteuses. Cependant grâce au registre des fossiles de l'ambre, on peut supposer un ancêtre permien (250 M.A.) avec les trichoptères (phryganes). Cependant cela ne signifie pas que les trichoptères soient les ancêtres des papillons, mais, des cousins assez proches. L'ancêtre des papillons ressemblait alors sans doute à une petite mite dont l'envergure dépassait rarement 10 mm.




Les fossiles de l'ambre permettent de retrouver
les premiers motifs colorés sur les ailes des papillons,
trois bandes sombres horizontales et des ornements ronds.










 Il y a plusieurs années, candide et inexpérimenté, j'ai souhaité me
rapprocher de la grande institution parisienne pour présenter
mes fossiles rares comme ces papillons de l'ambre...






      Il y a plusieurs années, candide, jeune et inexpérimenté, pour vivre ma passion de l'ambre et des insectes, j'ai souhaité (sans la moindre arrière pensée commerciale) me rapprocher de la grande institution. J'ai présenté mes observations / découvertes (en offrant mes disponibilités). Mais l'accueil n'aura été teinté que de commerce, de notions étranges sur l'intérêt dogmatique des collectionneurs et d'intérêts surtout honorifiques "scientifiques" pas toujours synonymes de rationalité et d'entente respectueuse. Pour résumer la chose : hors du chemin, point de salut.
J'ai essayé d'expliquer que l'accès aux rares et beaux papillons fossiles de l'ambre ne pouvait et ne devait pas fonctionner qu'avec les "subventions"... Acheter les belles pièces pour construire la collection du musée n'est pas la solution... Rondement, remercié pour mes propos et ma vision idéaliste des choses, le sujet des papillons de l'ambre a été renvoyé aux calendres grecques (Ad kalendas graecas)... "Revenez nous voir lorsque vous aurez vos poils au menton", (lorsque vous aurez fait vos preuves). J'ai alors mis en pratique mes méthodes, puis, j'ai présenté le fruit de mes prospections à plusieurs musées. Le monde de la science (ambrée) centralisée dans les locaux d'ici et d'ailleurs n'est pas vraiment piloté par la synergie contemplative et désintéressée...





Dossier et animation pédagogique : Les papillons - Eric G.
Les papillons constituent un groupe très étudié (car médiatique) mais
assez peu connu d'un point de vue paléontologique...








      L'âge, la genèse paléontologique, la provenance bio-géographique et l'époque de rayonnement majeur des papillons (Hesperioidea, Papilionoidea, Hedyloidea) sont peu connues, et, les données sont assez fragmentaires. Mais l'idée consensuelle serait que les papillons ont surgi au cours de la fin Jurassique / Crétacé dans le sud de l'hémisphère (la Pangée du sud / Gondwana) avant la fragmentation continentale.

      Mais ces théories sont controversées et demandent surtout des preuves circonstancielles. L'extrême rareté des fossiles, le défaut de spécialistes pour la l'examen des fossiles, le manque de spécialistes pour la phylogénie des papillons de l'ambre (et contemporains), le manque surtout de fiabilité sur certaines collections conservées dans des institutions sont des obstacles majeurs à l'étude du groupe des papillons.

      Maintenant l'histoire de la genèse Mésozoïque des Lepidoptera et Trichoptera doit être revue selon la nature spécialisée des Permochoristidae. Il semble qu'il faille envisager une phylogénie des papillons qui situerait le progénote dans le Queensland avec la spécialisation originelle des Mécoptères Permochoristidae qui serait à l'origine des Trichoptères et des Papillons ?

      Le premier Lépidoptère terrestre pourrait alors être un Agathiphagidae disposition évoluée du trichoptère Necrotauliidae à la suite d'une sécheresse majeure ??? Hum, je vais inspecter mes fossiles...











Les papillons rares de l'ambre, les références de la collection d'Eric GEIRNAERT
ont été présentées à plusieurs reprises dans des musées (en Corse, en Bourgogne, etc...).















      Février 2010 : Superbe animation-exposition au Musée de la Corse, à Corte !

      Lorsque les choses sont faites, terminées, tout paraît facile... Mais, monsieur Jérôme POLVERINI, Président de l'Office de l'Environnement de la Corse, peut avoir le sourire lorsqu'il convie le public au vernissage de l'exposition Entomofolie's (le Vendredi 19 Février 2010). L'exposition qui consacre "les insectes de corse et d'ailleurs" est ma-gni-fi-que ! La section qui présente les papillons de l'ambre (iconographie Eric Geirnaert) est amenée dans une scénographie remarquable... Les choses sont vraiment belles lorsqu'elles sont animées par la passion...
Bravo à toute l'équipe du musée !!!

























A coté de la taxonomie des spécimens de l'ambre, (et le travail des seules
descriptions des morpho-types), l'observation des papillons figés
dans l'écrin jaune (dans des positions très particulières) révèle
des faits passionnants... Certains papillons antiques
de l'ambre avaient un "langage" antennaire.




Notion sur les papillons de l'ambre puis expertise
d'un papillon problématique du copal récent colombien.




La suite du dossier paléontologique des papillons est
disponible en écrivant à eric.ambre.jaune@hotmail.fr









"Passé - Présent"
sous le même angle d'observation...


Sans tomber dans l'actualisme, la comparaison, le rapprochement
des références fossiles aux observations contemporaines est
très utile (dans les deux sens) pour lire et comprendre
d'avantage le paysage actuel ou antique.






      L'étude des inclusions fossiles rares de l'ambre nécessite d'examiner les correspondances actuelles. Quelle est la situation, la position réelle de l'objet dans le biotope. Cette recherche renseigne évidemment beaucoup sur le mécanisme du piégeage antique... Ces belles pontes de papillons, ci-dessus, (espacées surtout dans le temps de plusieurs M.A.) n'ont pour ainsi dire pas changé au cours des époques géologiques...
(Découvertes, collection et photographies Eric GEIRNAERT).


























Il y a quelques temps nous posions la question de l'identification (ci-dessous) de ces
objets étranges dans l'ambre. A quoi correspondent ces petits éclats nombreux ?








Voici la réponse :
















Découvertes, photographies, collection Eric G., plusieurs de ces
pièces exceptionnelles ont été exposées dans les musées.






















































































































La disparition des papillons et des autres butineurs savages...






      Depuis 1998, mes recherches sur les papillons de l'ambre...

      D'un point de vue paléontologique, mes observations sur les papillons fossiles de l'ambre s'orientent vers l'amélioration des connaissances des progénotes et de la compréhension de la biodiversité par biotope. Lorsque c'est possible certains lots par époque permettent de décrire un contexte évolutif (l'invention en situation de nouvelles composantes comme le motif qui apparaît aux ailes puis devient symétrique). Cependant les fossiles sont rares et les données fondamentales sont fragmentaires. Quoi qu'il en soit cette observation par la fenêtre de l'ambre permet une approche pluridisciplinaire combinant phylogénie, biogéographie et écologie offrant alors des pistes utile pour lire plus exactement la régression des lépidofaunes actuelles avec des "épizooties" incroyables.









Correspondance concernant les papillons de l'ambre.




Bonjour Monsieur Geirnaert.
Je suis Monsieur xxx situé à Orléans au laboratoire xxx dans l'Unité de Recherche en Zoologie Forestière.
J'ai trouvé votre site Internet Ambre.jaune et j'ai examiné vos présentations de Lépidoptères de l'ambre.
Je serais très intéressé de pouvoir consulter vos données se rapportant aux références de Lépidoptères dans l'ambre. Je suis chercheur et une partie de mes recherches est consacrée à l'évolution de Lépidoptères du groupe des bombycoides (Bombycidae, Saturniidae, Sphingidae notamment) dont le registre fossile est quasi nul malheureusement. Je me suis longtemps demandé si de jeunes chenilles, qui peuvent être identifiés par la disposition de leurs soies primaires, pourraient être découvertes dans l'ambre mais sans jamais vraiment explorer cette voie. Pour l'instant l'ambre n'est pas à l'ordre du jour (me lancer dans la recherche et l'examen de ces fossiles), mais ces questions me taraudent l'esprit. Où, comment peut-on trouver des chenilles dans l'ambre? Ma démarche ici est purement "exploratoire". L'utilité des fossiles de l'ambre pour moi réside dans la calibration temporelle de l'évolution des groupes que j'étudie, en plaçant donc des fossiles sur des arbres phylogénétiques. Chez les papillons on manque cruellement de ce type de repère et les bombycoïdes tout particulièrement. Je me disais donc que peut-être de jeunes chenilles de 1er stade, dont les caractères de disposition des soies ou groupes de soies permettent de retrouver des affinités phylogénétiques (jusqu'à un certain point), pourraient venir un peu combler ces lacunes. C'est une vision plutôt optimiste, même si pas totalement irréaliste. Peut-être pourrez-vous m'en apprendre davantage ? Avec mes meilleures salutations, Cordialement. Rodolphe.


Réponse Eric G. :
Bonjour Monsieur.
Votre idée est d'examiner de jeunes chenilles pour les replacer sur l'arbre phylogénétique (ambré) du groupe. Il faut évidemment d'abord trouver les chenilles (les pièces fossiles). Comment trouver des chenilles (rares) dans le brut ? Voici une notion importante pour vous aider dans cette exploration.
On peut se lancer dans des recherches en aveugle mais ce n'est pas forcément la meilleure méthode. Je vais simplifier et essayer d'être clair.

Comment prospecter pour trouver des chenilles rares ? ...

Le piège des oléorésines collantes fonctionne de façon parfaitement homogène dans l'espace et dans le temps. En appliquant les statistiques et le hasard des captures au modèle du piège collant botanique on peut trouver tout et n'importe quoi dans l'ambre !!! Donc, oui, de façon statistique le piège des oléorésines fonctionne bien par époque et le piège fonctionne également bien à chaque étage du paysage (du haut des arbres, jusqu'aux racines les plus profondes, et, même celles inondées en eaux saumâtres parfois marines). Mais l'écrin ambre ou copal ne fonctionne pas de la même façon selon les groupes entomologiques. Lorsque le hasard distribue bien les animaux mobiles (araignées, diptères) la résine indurée ambre ou copal joue autrement avec les espèces plutôt fixées (SURTOUT celles qui sont inféodées aux plantes). Pour les ambres baltes seuls les papillons (adultes) qui vivaient sur les résineux ont été piégés. Pour les sécrétions type copal (plus anciennes que les ambres baltes ou pas) la distribution d'inventaire est plus large. Le piège copal est plus "ouvert" aux espèces. Selon moi, les sécrétions des résineux baltes étaient plus "nocives", les gros insectes (piégés vivants) sont d'ailleurs tous immobilisés plus vite. Le piège de l'ambre (balte) est "monolithique". Tandis que le piège des autres résines -plus anciennes ou non- est plus "ouvert". Les résines copal attrapent d'avantages les espèces inféodées (ou pas) à certaines plantes. Tout cela pour vous dire que si vous souhaitez placer des chenilles sur un arbre phylogénétique (ambré), le travail est possible (difficile avec les Gédanites), beaucoup moins avec les résines type copal. Et préférez alors et surtout les lots copal lorsque copal et ambre se chevauchent sur une même époque. Maintenant pour savoir si un lot x ou y de brut peut contenir des chenilles, regardez la présence des synchrones pucerons, acariens (tous ces synchrones qui ont un rostre et venaient se nourrir sous les feuilles). Pour trouver les chenilles (rares) il faut privilégier les lots où existent les espèces synchrones aux chenilles. Monsieur, comprenez-vous la méthode ?
Pour trouver une fleur (rare), mieux vaut d'abord chercher ses grains de pollen... Cette méthode pour trouver (pour supposer la présence des références cibles dans un lot) les chenilles est un POINT FONDAMENTAL !
Les chenilles sont surtout inféodées aux végétaux (feuilles / sève) et, comme expliqué ci-dessous, il faut surtout rechercher la présence d'eau.
Lorsque vous trouvez une chenille vous trouvez 500 pucerons. Recherchez alors les pucerons par lot pour trouver les chenilles. Le copal permet de trouver les chenilles. Par contre l'ambre est plus "hermétique" et n'attrape que les papillons adultes. Comprenez-vous comment il faut "prospecter" ? Certains lots bruts sont plus "chenilles" que d'autres (indépendamment des époques et des datations).
J'espère, Monsieur, que vous comprenez la méthode, même si, c'est noté, l'ambre pour vous n'est pas à l'ordre du jour.
Je vous invite aussi à lire ici un complément TRES important où j'explique comment il faut "purger" sa mémoire visuelle pour regarder l'ambre et découvrir alors et seulement les inclusions.
Cordialement, Eric G

 


L'ambre balte publié en couverture de
la revue Géochronique N°104 montre
des éphémères et des chenilles rares.








Pour trouver des chenilles dans l'ambre il faut prioritairement prospecter les
gemmes où le fluage est marqué par des traces liées à la présence de liquides.




Pour éviter la recherche au hasard, il est intéressant de prospecter les échantillons surtout marqués
par les effets liés à la présence d'eau. Certaines explorations optiques permettent de visualiser
le fluage et les tensions internent qui marquent les gemmes d'ambres. Pour trouver des
inclusions particulières il faut aussi (et c'est assez normal) questionner le milieu
piège. Certaines matrices sont plus prometteuses que d'autres...
















Mise en garde - les papillons de l'ambre :
99% des pièces proposées à la vente sont des faux !





Etudier les papillons de l'ambre nécessite d'éviter les faux, qui, observations
faites, sont de plus en plus nombreux et ne se limitent surtout pas aux
seules vitrines de quelques boutiques parisiennes... Voici un faux
acheté au Tibet, à 5000 mètres, directement chez des "mineurs -
prospecteurs" qui affirment avoir arraché l'objet précieux
aux entrailles de la montagne... Découvrir des papillons
contemporains dans des résines supposées fossiles
est très surprenant, et, la position de l'insecte sur
son lit végétal homogène n'a rien de très naturel.



Le gros fake made in China :






Les faux de l'ambre inondent le marcher et également les
collections institutionnelles. Soyez vigilent, soyez critiques.








Retour début du site.