Retour début du site



La lecture déductive des comportements fossiles. Un cas d'école avec
88 fourmis occupées dans le déménagement en urgence du couvain...

Les fossiles d'ambre contenant des nuées de fourmis sont toujours des pièces exploratoires passionnantes...
Regardez cet autre sujet où 150 myrmicinae sont piégées à l'essaimage.







La pièce d'ambre Jorge caridad est... plus qu'un fossile superbe !...






La pièce d'ambre Jorge Caridad qui contient 88 fourmis,
toutes, en actions a voyagé dans l'espace !...







Le morceau d'ambre
Jorge Caridad







Le morceau d'ambre, ci-dessus, nommé Jorge Caridad, se distingue des autres pièces
de collection dans la mesure où la présence exceptionnelle d'une communauté
de 88 fourmis (d'une nouvelle espèce) se trouve coincée tout en essayant
d'évacuer leur nid dans une tentative désespérée d'échapper à une
inondation de résine collante. Les comportements individuels des
fourmis rapportés dans la cohésion de groupe renseignent sur
les capacités cognitives des membres de cette colonie âgée
de 20 millions d'années. La situation d'urgence conservée
dans la pièce d'ambre est très intéressante et surtout
naturelle (c'est à dire sans aucun artifice laborantin
qui pourrait dénaturer les réponses enregistrées).








Comportements expressifs des fourmis et marques associées aux inclusions.

L'interprétation des comportements fossiles des fourmis ne peut se faire qu'à la lecture préalable des indices qui marquent les inclusions. Le succin est une matrice "vivante" qui a conservé de façon incroyable, en profondeur, dans sa gemme, les traces expressives de sa genèse. En simplifiant on peut dire que les traces significatives (qui existent toujours dans une gemme copal ou ambre et sont au nombre de 8). La mise en concordance de ces traces logiques est un peu comme l'explication argumentée d'un médecin légiste qui cherche les indices pour raconter une scène de crime. L'ambre permet une lecture exploratoire étonnante de précision dans l'instant (précis à la seconde!) et dans le rapport interspécifique des individus entre eux figés dans la microscènose.
L'ambre est l'état induré ("fossilisé") d'une oléorésine à l'origine fluide qui a conservé des marques originelles et qui a également été marquée par la succession d'évènements dynamiques antiques. Les marques originelles et les évènements successifs retardés permettent de restituer l'histoire du piégeage. Si les insectes figés dans la résine peuvent restituer des attitudes restées expressives, ces comportements ne peuvent être appréhendés qu'en observant les forces appliquées aux acteurs qui peuvent dénaturer les attitudes. La lecture décryptée des comportements fossiles doit se faire en mesurant d'abord le caractère des 8 traces possibles attachées aux insectes. Ces indices (liés aux écrasements, aux fluages, aux mouvements d'agonies, etc.) permettent de dire l'expression réelle des acteurs placés dans l'écrin de résine. En simplifiant on peut dire qui est possible de lire une "paléo-ethologie" par les fossiles de l'ambre.t








La spécialité d'Eric Geirnaert : les fourmis de l'ambre
et l'étude de leurs comportements passés et présents.






      A côté des travaux purement descriptifs de l'inventaire (jamais terminé !) des nouveax types et des nouvelles espèces de la biocénose antique, l'ambre nous restitue parfois les séquences de comportements passés que l'on peut "déchiffrer". Certaines pièces d'ambre nous montrent des comportements collectifs difficiles à interpréter. Il faut plus qu'une petite synchronisation des individus pour résoudre certaines difficultés. Et, force est d'admettre que les fourmis de l'ambre sont douées d'intelligence.

      Alors, certes, il est possible de s'émerveiller sur l'inventaire morphologique les belles fourmis de l'ambre. (Ants in Amber ). Mais, à coté des belles "formes anatomiques", se pose la question de l'intelligence de la fourmi. Où réside l'intelligence collective de la fourmi. Sans doute dans son cerveau !

      Bon, la question est posée. Et, poursuivons avec cette étude magnifique... Ce jeu d'enquête taphonomique n'est ici à l'évidence pas toujours facile. Cette page Internet présente -et raconte un peu plus- que le concours scientifique (organisé par le Magazine La Recherche), que j'ai eu le bonheur de remporter.

      Eric GEIRNAERT.





Publication : Le Mystère de la Chambre Jaune


(concours scientifique - Fourmis / Ambre
)

 

La pièce d'ambre baptisée Jorge Caridad


 
Passez le curseur de la souris sur la pièce d'ambre pour appercevoir la seconde image.

      Un championnat mondial de paléontologie a été organisé autour du message que nous laissaient 88 fourmis Dolichoderinae prisonnières de cet ambre dominicain !

      Une étude très poussée des conditions d'enfouissements des inclusions de l'échantillon a été publiée dans le magazine LA RECHERCHE (Juin 1996 - Mai 1997). Cette étude a détaillé les préoccupations intimes des fourmis qui transportaient leur couvain; merveilleux exemples de comportements que nous permettait de découvrir ce petit morceau, 'miel de fortune', véritable Mémoire de Vie d'une communauté très surprenante... C'est Monsieur Jorge Caridad, fondateur du musée de l'ambre de Saint Domingue (République dominicaine), qui, en février 1995, trouva cet échantillon extraordinaire. Plus que particulière, la pièce d'ambre est véritablement exceptionnelle !






Le Mystère de la Chambre Jaune
sur le site officiel du Magazine La recherche
ici et, la suite ici




 
 
Et, INCROYABLE MAIS VRAI :
Le second Mystère de la Chambre Jaune



Aussi incroyable que cela puis paraître, le concours scientifique
organisé par le magazine LA RECHERCHE est une "coquille" !!!

Les déductions publiées sont improbables, problématiques et étranges !!!

Un mystère absolument énorme (et
authentique) entoure le concours !



Le scénario à l'origine de la formation de la pièce d'ambre est, d'après les
scientifiques experts, un déversement vertical de résine
au niveau du sol, -un
support plan immobile-, comment se fait-il alors que les fourmis piégées
puissent être dans la très grande majorité des cas basculées sur le flanc
doit ou gauche ?
Une chute verticale de résine écrase de haut en bas les
fourmis et ne peut en aucun cas expliquer toutes les bascules latérales !!!
Les fourmis sont couchées sur le flanc, à 90°. En aucun cas la résine (et elle
seule) ne peut avoir basculé les fourmis vivantes sur le côté !!! Pourquoi un
magazine aussi sérieux que La Recherche publie t-il un dossier
porteur d'un paradoxe aussi énorme ? Que se passe t-il ???

La question est posée, nous n'inventons rien...


Rappelons ce passage du texte publié :

"Il y a vingt-cinq millions d'années, à la frontière des périodes
Oligocène et Miocène, la force de gravité avait bien entendu la
même direction et le même sens que de nos jours. Il ne fait par conséquent
aucun doute que la face A touche le sol tandis que la face B est celle
qui regarde vers le ciel. Nous voici donc en possession d'une donnée irréfutable."




Si la
la force de gravité est constante dans le temps
QUESTION :
quel est est alors le second et
VRAI Mystère de la Chambre Jaune ?






Une chute verticale de résine (puisque c'est le scénario retenu dans la publication) devait logiquement écraser
les fourmis dans un plan horizontal. Or, les fourmis Dolichoderinae sont basculées de côté latéralement à 90°.
Les fourmis o13, i15, q17, et tant d'autres sont en piégées sur le flanc. A l'évidence un critère essentiel du
piégeage n'est pas appréhendé correctement.
Ce sujet des fourmis basculées de côté est très
évident puisque les fourmis Dolichoderinae ont des pattes singulièrement longues...
Comment diable les fourmis peuvent-elles être rangées sur le flanc
sous un déversement "supposé" verticale de résine ?






La réponse à cette question de science est la base du
Jeu Concours Ambre.



Le second Mystère de la Chambre Jaune ?!

Le jeu concours AMBRE, est un divertissement scientifique basé sur l'étude de la pièce
d'ambre Jorge Caridad et la recherche d'une énigme cachée dans le site Internet... Le
sujet du jeu concours AMBRE consiste à résoudre l'énigme (qui donne un mot de
passe) permettant de gagner gratuitement un kilo d'ambre insectifère (cf. le
petit coffre en bois) et le roman dédicacé d'Oliver Shaun...


Un kilo d'ambre insectifère à gagner avec le jeu Concours AMBRE.








 
Retour sur le concours scientifique consacré aux fourmis de l'ambre.

      
L'ambre à partir duquel a été réalisé le concours scientifique
Détail d'une inclusion de la pièce Jorge Caridad

Le détail d'une ouvrière prise au
piège lors du transport des œufs...
      Le magazine LA RECHERCHE proposait dans son numéro 288 de Juin 1996 un concours scientifique, dans lequel il fallait jouer au myrmécologue - ethnologue en étudiant la pièce d'ambre baptisée Jorge Caridad. Il fallait échafauder un scénario probant basé sur l'observation détaillée de l'échantillon expliquant la capture de 88 fourmis dans le piège de la résine. Le résultat, onze pages, a été publié dans le numéro 298 de Mai 1997.

      Eric GEIRNAERT est l'heureux gagnant de ce concours international consacré à l'étude d'une pièce d'ambre... L'échantillon sujet de ce concours ne mesure que trois centimètres de coté.
Ainsi la preuve est faite de toute la richesse que peuvent apporter de simples mais minutieuses observations judicieusement interprétées; c'est en même temps reconnaître la qualité des observations de l'auteur.

      Le fossile d'ambre contenant les fourmis est devenu le fétiche de Pedro Duque, premier astronaute espagnol.
Le 29 octobre 1998, soit six jours seulement après avoir été présentées au Congrès Mondial, les fourmis étudiées dans le concours "Le Mystère de la Chambre Jaune" sont parties dans la navette Discovery pour un vol spatial de huit jours, vingt deux heures et quatre minutes...

La navette Discovery le 29 octobre 1998
Détail d'une ouvrière qui transporte une pupe

Le détail d'une ouvrière
qui transporte une pupe.
La fourmi est piégée
latéralement.






 
Le concours :
"Le Mystère de la Chambre Jaune"
a été présenté au

Premier Congrès Mondial des Inclusions de l'Ambre

(Vitoria-Gasteiz 20 - 23 Octobre 1998)

Les signatures des intervenants !

Passez le curseur de la souris sur l'affiche
pour voir les signatures des participants.

 




 



 

Le mystère de la chambre jaune



Exercice strictement réservé aux paléoéthologistes amateurs
Jorge Wagensberg, C. Roberto F. Brandao, Cesare Baroni Urbani

La Recherche, n° 288, juin 1996

Cette présentation sur Internet reste incomplète 
reportez-vous aux documents originauxNote : reportez-vous aux documents originaux pour profiter des
nombreuses figures et images auxquelles le texte se rapporte.



 
La Recherche, n° 288, juin 1996

 

 

      Dans un exercice d'un genre inédit, nous proposons aux lecteurs de La Recherche de participer eux-mêmes à un travail de recherche scientifique. Ceux qui resteront spectateurs apprécieront l'extraordinaire document que peut représenter une petite pièce d'ambre de trois centimètres de côté datant de trente millions d'années.
Le morceau d'ambre appelé Jorge Caridad (JC) fut trouvé en février 1995 dans une mine de la République dominicaine et est conservé, depuis septembre de la même année, au musée de la Science de la fondation «la Caixa» à Barcelone sous la référence MCCB 0060. La mine est réputée pour l'extraordinaire pureté et l'incomparable transparence de l'ambre que l'on en extrait, vieux d'environ trente millions d'années (Oligocène).

      Elle l'est aussi en raison de la présence exceptionnelle d'inclusions d'insectes. Mais cette pièce est particulière. On observe clairement par transparence une scène à laquelle participent 88 individus. Son double intérêt, scientifique et muséologique, se traduit par plusieurs travaux devant paraître cette année et par l'ouverture prochaine, au musée de Barcelone, d'une salle entièrement consacrée à cet objet.

      La grande majorité des acteurs de la scène sont des fourmis d'une même espèce, dans tous les stades de leur développement : des oeufs (c'est le premier morceau d'ambre de l'histoire où apparaissent des oeufs de fourmis), des larves à divers stades de croissance, des pupes* (ce sont les premières pupes de la famille des Dolichoderinae décrites dans de l'ambre) et des ouvrières.

      Le premier intérêt scientifique de cette pièce est taxinomique. Une étude sur le point de paraître démontre qu'il s'agit d'une espèce disparue, encore non décrite, appartenant à un nouveau genre. Il faut donc réinterpréter la phylogenèse de la sous-famille des Dolichoderinae. Cela implique une nouvelle discussion sur l'histoire des sous-familles de fourmis, avec d'importantes conséquences biogéographiques.

      Mais le plus intéressant est sans doute ce que cette pièce d'ambre nous apprend sur le comportement des individus de la colonie et les faits survenus pendant les instants qui ont précédé l'inclusion. Voici presque tout ce que nous savons, pour le moment, sur la pièce JC.

      La pièce JC est un morceau d'ambre dur très transparent, avec très peu de bulles et d'impuretés.

      Elle remonte à l'Oligocène (une datation chimique indirecte indique environ 25 millions d'années d'ancienneté). Sa forme, à l'exception d'une petite protubérance, est pratiquement celle d'un parallélépipède. Ses dimensions sont de 32,5 x 21,16 x 9,75 mm. Elle pèse 4,164 g. Elle provient de la mine de Palo Quemado, à environ dix kilomètres au nord-est de Santiago, dans la cordillère septentrionale de l'île.

      Elle contient quatre-vingt-huit inclusions d'insectes, la plupart en parfait état de conservation et visibles sur la figure 1. Deux techniques habituelles en physique et en ingénierie permettent ici de se faire une idée de la structure de la pièce : l'éclairage monochromatique (1) et ce que l'on appelle la photoélasticité (éclairage à lumière polarisée).

      L'éclairage à radiation monochromatique de 370 nm révèle la structure des couches d'ambre ou, ce qui revient au même, celle des lignes de courant du flot de résine qui a coulé avant de se figer pour donner à la pièce son aspect actuel. Selon qu'on l'observe depuis sa face A, B ou C, on distingue plusieurs lignes de courant.

 

La pièce JC éclairée avec une lumière de 370 nm

Photographie des lignes de courant dans la pièce d'ambre JC
(éclairée avec une lumière de 370 nm).



      L'éclairage à la lumière polarisée, conçu afin d'éviter des artefacts de biréfringence, révèle bien la structure des tensions internes. La figure 5 montre l'aspect photoélastique de la pièce sur ses faces A ou B et la figure 6 le détail des tensions autour d'un individu.

      La pièce contient 88 individus presque tous situés autour d'un même plan, comme on peut l'observer sur la figure 9b et d. La figure 7 montre un dessin de la face A de la pièce avec les détails des inclusions. Une grille superposée aide à localiser chaque individu.

      La plupart des inclusions correspondent à une partie d'une colonie de fourmis surprises pendant qu'elles transportaient leurs sujets immatures. Ces fourmis, comme il sera publié à part (2), appartiennent à une nouvelle espèce et à un nouveau genre qui oblige à réorganiser la sous-famille des Dolichoderinae. Sur les 88 individus englués dans la pièce, 82 représentent différentes phases du développement de cette espèce de fourmis aujourd'hui disparue.

      Ils sont distribués de la sorte : 37 ouvrières bien conservées, 36 larves (à différents stades de croissance), 19 pupes «nues» et trois groupes d'oeufs. Il n'existe aucun précédent d'oeufs de fourmis conservés dans l'ambre, pas plus que de pupes de cette sous-famille.

      La position des fourmis révèle plusieurs détails intéressants. Tout d'abord, on peut établir un lien entre chaque ouvrière et, disons, un individu immature transportable, qu'il s'agisse d'une grande larve ou d'une pupe, d'un paquet d'oeufs ou d'un paquet de petites larves. Autrement dit, chaque ouvrière paraît être en train d'accomplir son devoir, consistant à transporter, ou à mettre à l'abri, un élément immature. Elle y met parfois un tel zèle qu'il lui arrive de blesser le malheureux transporté (c'est le cas de l'ouvrière et de la larve des coordonnées 24-25/g-h) ou d'emporter un morceau entier de son prétendu protégé (c'est le cas de l'ouvrière et de la pupe des coordonnées 15-16/b-d). D'autres détails valent d'être cités. Par exemple, le fait que les ouvrières tiennent les larves ou les pupes indistinctement dans un sens ou dans l'autre. Voyez les cas opposés de l'ouvrière et de la pupe en 16-18/e-f, et de l'ouvrière et de la larve en 24-25/g-h et 19-20/g-i. Tout cela paraît indiquer, si l'on admet que dans des conditions normales les ouvrières ont tendance à tenir les immatures toujours de la même façon, que nous sommes en présence de réactions de tension et de stress.

      Un autre détail très clair est celui des trois paquets d'oeufs situés en 10-11/j-k, en 24-25/k-l et en 18-19/e-f. Ces paquets sont «tombés par terre». Si on les regarde depuis la face A, on voit qu'ils précèdent tous les autres corps, ce qui permet de conclure, sans l'ombre d'un doute, que, depuis cette face, on observe la pièce par «en bas». Et voici un autre détail qui n'échappe pas à l'attention de l'observateur curieux : les positions et les directions des individus ne semblent pas distribuées au hasard. Il faut, tout d'abord, choisir des critères pour mesurer les directions.

      Une étude statistique des directions s'impose. Y a-t-il des directions privilégiées ?

Une étude statistique des directions s'impose...          Y a-t-il des directions privilégiées dans la pièce d'ambre ?

 

      Une inspection immédiate suggère, en effet, qu'il semble y avoir deux directions particulièrement peuplées et perpendiculaires entre elles. Mais attention aux statistiques de directions ! Un angle de 1° ressemble davantage à un angle de 358° qu'à un de 8°. Ce qu'il nous faut ici, c'est, bien sûr, une statistique vectorielle.

      Tous les individus ne sont cependant pas de la même espèce. Dans une zone peu visible, on trouve même une nymphe de mante religieuse mal conservée. On voit ses pattes aux coordonnées 20-21/q-r, son abdomen en 21/o-p et sa tête se cache, antennes comprises, en 21/s-t. Dans la zone 7-8/l-m, mais dans un autre plan, il y a un moustique parfaitement conservé : ses ailes et ses antennes sont intactes et entières.

      Il y a aussi deux thysanoptères, en 4/f et en 18/r, tous deux également dans un autre plan que les membres de la colonie. Et pour en finir avec notre recensement, il y a deux autres fourmis d'espèces différentes, toutes deux sans tête et toutes deux à la périphérie de la pièce. L'une des deux est un mâle ailé (19/a-b) et l'autre est le corps d'un autre individu (18-19/t). La présence de ce dernier a d'intéressantes implications biogéographiques (3).

      La pièce JC nous invite à un exercice de taphonomie, c'est-à-dire une enquête pseudopolicière pour laquelle on peut s'appuyer sur la mathématique (statistique circulaire, analyse de composants principaux), sur la chimie (datation indirecte), sur la physique (photoélasticité, radiation monochromatique, dynami-que des fluides) et sur la biologie (entomologie, éthologie, biogéographie).

      Que s'est-il réellement passé ? Quelles sont les bonnes questions ? Voici plusieurs hypothèses.
Cette scène est-elle celle d'un sauve-qui-peut à l'intérieur d'un nid qui était en train de se faire inonder de résine à cet instant précis ?
Est-on au contraire en présence d'une fuite ordonnée pour quitter le nid ?
S'agit-il d'un transport routinier d'individus immatures ?
Comment s'expliquer l'existence de deux directions privilégiées ? S'agit-il de deux voies de secours ? De la décomposition de la traînée en deux directions ? Y a-t-il eu une rotation bizarre ? Ces deux directions ne seraient-elles qu'un artefact ?
La scène donne-t-elle des informations importantes sur le comportement des fourmis ou bien le chaos créé par l'arrivée de la résine fausse-t-il les pistes ?
Comment s'est exactement produite l'inclusion ?

      Beaucoup d'autres informations méritent d'être exploitées. On décèle des indices des tout derniers gestes de certains individus. Rappelons que les ouvrières ont une grande mobilité (au moins deux individus sont en position apparente d'alarme), tandis que celle des larves est très réduite et que les pupes et les oeufs n'ont pas de capacité de mouvement autonome.



      Voici, pour terminer, un bref résumé de certains détails, peut-être significatifs.

1.- Les couches successives visibles de la face C, perpendiculaires au champ gravitationnel, forment une structure qui exprime le passage du temps.
2.- La position des oeufs fossilisés (qui sont «tombés par terre» à un moment donné) définit nettement le sens du passage du temps (le futur s'écoule de la face A à la face B).
3.- Les lignes de courant des faces A et B sont tangentes aux vitesses des particules, avant que celles-ci ne se figent à tout jamais. Elles suggèrent donc le processus de la formation de la structure spatiale.
4.- Les tensions internes, révélées par la photoélasticité, complètent l'information sur les lignes de courant.



      Le lecteur est invité à construire une histoire qui réponde à ces questions, à proposer une séquence d'événements sur l'avant- et l'après-JC. En gardant à l'esprit que l'histoire de la connaissance scientifique est probablement plus l'histoire des bonnes questions que celle des bonnes réponses. Le lecteur est aussi invité à formuler d'autres questions et d'autres suppositions et, naturellement, à demander aux auteurs un complément d'informations.

      Nous avons nous-mêmes abouti à une conclusion. Mais le lecteur peut, s'il le souhaite, nous faire parvenir ses propres conclusions, par l'intermédiaire de la revue. Nous en tiendrons compte pour la rédaction du second article que nous avons l'intention de publier, et dans lequel nous détaillerons notre raisonnement. Nous montrerons, le cas échéant, que toutes ces données peuvent s'accommoder de plusieurs vérités possibles.




JORGE WAGENSBERG, Museu de la Ciència de la Fundacio «la Caixa», 22 Barcelona (Espagne).

C. ROBERTO F. BRANDAO, Museu de Zoologia da Universidade de Sao Paulo, Sao Paulo, SP, 04263-000 (Brésil).

CESARE BARONI URBANI, Zoologisches Institut der Universitat Basel, CH-4051 (Suisse).


 
PUPE

Stade pendant lequel la chrysalide prend la forme d'un petit tonneau et reste immobile dans son enveloppe.

(1) Grimaldi, Amber. Window to the Past, Harry N. Abrams, Inc. Publ., AMNH, 1996.
(2) C.R.F. Brandao, C. Baroni Urbani, J. Wagensberg, Syst Ent (en préparation).
(3) M. Andrade, C. Baroni Urbani, C.R.F. Brand~ao et J. Wagensberg, J. Biogeog. (en préparation).



 


Que s'est-il réellement passé ?
La pièce JC nous invite
à un exercice de taphonomie...


La signature de Monsieur Jorge Caridad

La signature de Monsieur Jorge Caridad,
le découvreur de la très célèbre pièce d'ambre.


Jorge et Arelis Caridad







 

Le mystère de la chambre jaune
(suite et fin)




Des fourmis, plus stressées que d'autres, sous une pluie de résine

Jorge Wagensberg, C. Roberto F. Brandão et Cesare Baroni Urbani

La Recherche, n° 298, mai 1997

Cette présentation sur Internet reste incomplète 
reportez-vous aux documents originauxNote : reportez-vous aux documents originaux pour profiter des nombreuses figures et images auxquelles le texte se rapporte.


La Recherche, n° 298, mai 1997

 

 

      Trois centimètres de côté. Vingt-cinq millions d'années. Il y a quelques mois, nous vous proposions de jouer les chercheurs éthologues en nous envoyant le scénario le plus probable ayant conduit à l'emprisonnement de 88 fourmis dans un petit morceau d'ambre surnommé «Jorge Caridad».
Le gagnant de ce thriller scientifique, monsieur Éric Geirnaert, est un collectionneur d'ambre, entomologiste amateur. La pièce d'ambre «Jorge Caridad» nous livre aujourd'hui son mystère.



       En juin 1996, nous publiions dans ces pages un article intitulé «Le mystère de la chambre jaune» et invitions les lecteurs de La Recherche à proposer des solutions à une énigme quelque peu insolite. Il s'agissait d'un exercice véritablement interdisciplinaire puisqu'il requérait, comme nous allons le voir, des connaissances en entomologie, en physique des matériaux, en chimie, en statistique et en éthologie. Connaissances auxquelles il était utile d'ajouter une certaine dose de bon sens, qualité toujours bienvenue et fort appréciée en archéologie, en paléontologie et plus généralement chaque fois qu'il s'agit de reconstituer des événements enfouis dans le passé.

      La question posée était simple : quel scénario avait conduit il y a vingt-cinq millions d'années des fourmis à se retrouver prises au piège dans la pièce d'ambre baptisée «Jorge Caridad» ? Nous vous proposions de reconstruire ce scénario à partir de l'observation attentive de cette pièce et de la lecture de la première partie de notre article.

      Voici, présentée en onze étapes, notre reconstitution de l'histoire de «Jorge Caridad».


      Première déduction : 82 fourmis sont de la même espèce et appartiennent à la même colonie.
Ces fourmis se ressemblent beaucoup et se trouvent toutes dans la même couche. Pour s'en persuader, il suffit d'observer les détails morphologiques de ces 82 individus ainsi que les photos. Il est probable que tous ces individus appartiennent non seulement à la même espèce mais aussi à la même colonie car la scène relate des événements simultanés. La pièce contient-elle un seul et unique épisode historique ? Non : les couches les plus voisines du sol contiennent d'autres insectes (deux fourmis appartenant à une autre espèce) probablement piégés dans la résine avant l'événement principal tandis que les couches supérieures de la pièce renferment des insectes (moustique, nymphe de mante...) piégés plus récemment. L'analyse chimique de l'ambre fait remonter les faits à environ vingt-cinq millions d'années.

      Deuxième déduction : la face A de la pièce touche le sol, la face B est tournée vers le ciel.
Comme nous l'écrivions dans le premier article, la pièce d'ambre présente trois paquets d'oeufs. Bien qu'éloignées dans la pièce d'ambre, les trois ouvrières qui portaient ces oeufs ont été surprises et figées dans la même posture. Autre particularité : ce sont les seules fourmis dont la tête est parallèle à la paroi de l'ambre (notée A), la partie inférieure de leur tête étant tournée vers cette face. Il y a vingt-cinq millions d'années, à la frontière des périodes Oligocène et Miocène, la force de gravité avait bien entendu la même direction et le même sens que de nos jours. Il ne fait par conséquent aucun doute que la face A touche le sol tandis que la face B est celle qui regarde vers le ciel. Nous voici donc en possession d'une donnée irréfutable. Cette observation nous montre qu'une fourmi ne s'y prend pas de la même façon pour porter un corps relativement rigide et compact, comme une larve ou une pupe*, et pour transporter un paquet d'oeufs visqueux et mous. Les responsables du portage des oeufs doivent employer davantage de précautions et rester plus près du sol. On peut encore tirer d'autres informations de la position des oeufs. L'une de ces informations est d'ailleurs essentielle pour poursuivre l'analyse de la pièce.

      Troisième déduction : le registre fossile contient des informations sur le comportement des habitants de l'inclusion.
Dans les deux cas que nous venons de décrire, les oeufs sont restés groupés et se trouvent à proximité de l'ouvrière qui les transportait. Nous en déduisons deux choses : d'abord, ces oeufs n'ont pu tomber de haut ; ils ont probablement été lâchés des mandibules de la fourmi porteuse. Ensuite, il n'a pas dû se produire d'entraînement très important de résine. C'est un détail qui mérite toute notre attention : s'il n'y a pas eu d'entraînement, c'est que la scène correspond à l'activité déployée par la colonie juste avant son inclusion dans l'ambre, ce qui revient à dire que notre pièce contient des informations sur le comportement des fourmis oligocènes et miocènes. Il serait bon de savoir à quel point cette importante hypothèse est solide...

      Quatrième déduction : les insectes sont orientés mais leurs antennes ne le sont pas.
Une analyse statistique des directions des individus figés dans l'ambre fait apparaître clairement deux directions perpendiculaires privilégiées. On pourra remarquer que ceci ne concerne que les individus et non leurs antennes, qui sont au contraire distribuées dans l'espace d'une façon complètement isotrope.
Sachant que les antennes possèdent une grande mobilité dans toutes les directions et une masse musculaire minime, pratiquement incapable de résister à des efforts extérieurs, nous en déduisons que les individus n'ont pas été entraînés par un courant de résine et que la goutte qui a recouvert la scène est tombée verticalement sur elle, la photographiant pour l'éternité.
Tout semble donc indiquer que les deux directions perpendiculaires ont un lien - qui reste à définir - avec l'activité des fourmis juste avant que la résine ne vienne soudainement les recouvrir. Nous verrons plus loin que cette idée essentielle supporte toute notre reconstruction historique de «Jorge Caridad». Tout autre argument en sa faveur sera donc le bienvenu, et d'ailleurs en voici tout de suite un autre.

      Cinquième déduction : la goutte tombée verticalement sur les fourmis ne les a pas entraînées.
Le diagramme des efforts internes mis en évidence grâce à l'éclairage en lumière polarisée* possède une symétrie radiale. Celle-ci peut être facilement caractérisée par son centre O, au milieu de la pièce. Ceci fait penser à la distribution isotrope d'une goutte tombée du ciel et non au glissement d'une couche qui entraîne et réoriente tout sur son passage. Il est dans ce cas justifié que l'effort maximal (là où l'on trouve les tensions internes les plus fortes) se place tout près du centre de la pièce. Il n'y a donc plus de doute quant à la chute verticale des gouttes de résine. Cette idée est, répétons-le, cohérente avec premièrement, le fait qu'il n'y ait pas - ou quasiment pas - eu d'entraînement et, deuxièmement, le fait que la pièce renferme la mémoire d'événements survenus juste avant l'impact qui a mobilisé à jamais la colonie.

      Si l'on observe attentivement le diagramme des efforts, on s'aperçoit que le motif figé dans l'ambre est aussi compatible avec la participation de deux gouttes tombées en O' et O" au lieu d'une seule tombée en O. Ou - ce qui est encore plus curieux - avec celle d'une source de gouttes qui aurait occupé deux positions différentes. A ce stade de l'enquête, aucun élément ne permet de trancher entre ces deux solutions (un ou deux points d'impact) et, à première vue, le choix d'une solution plutôt qu'une autre paraît avoir peu de répercussion sur la suite de notre raisonnement. A une exception près : l'option «deux gouttes» pourrait expliquer l'existence des deux directions perpendiculaires suivies par les fourmis. Il suffit en effet de penser que les deux gouttes pourraient provenir de la même source, par exemple de l'extrémité d'une même branche. Deux gouttes issues d'un seul et même point mais qui, observé à deux instants différents depuis un repère solidaire de la scène, serait comme «dédoublé». Quant aux deux directions perpendiculaires : que signifient-elles ? S'agit-il de deux chemins de fourmis qui se croisent ou d'un seul et même chemin qui a tourné ? La première solution est difficilement acceptable : il faudrait en effet admettre que la goutte soit tombée précisément là où les deux longs trajets se rencontrent. Phénomène peu probable. Mais il est tout aussi peu réaliste de supposer un tournant à 90 degrés exactement. Aucune des deux solutions n'est donc convaincante.

      Sixième déduction : les fourmis n'ont plus bougé après l'inclusion.
Fixons maintenant notre attention sur les efforts internes au voisinage des corps et des extrémités des adultes. Ces tensions sont faibles, voire nulles, ce qui paraît indiquer que les fourmis n'ont pas bougé après l'inclusion, comme cela arrive avec des insectes plus grands et plus forts. Ce détail renforce encore un peu plus l'idée de l'importance éthologique de la scène. Qu'étaient donc en train de faire les fourmis ?

      Septième déduction : les gouttes de résine sont tombées à intervalles réguliers.
L'éclairage monochromatique de la pièce fait apparaître la structure superposée des différentes couches correspondant à l'étalement de plusieurs gouttes de résine. Toutes ces couches sont relativement équidistantes, à l'exception de celle qui contient la colonie de fourmis. Sa double épaisseur pourrait avoir été causée par l'accumulation fortuite de plusieurs gouttes tombées ensemble de la même branche.

      De façon générale, l'épaisseur e d'une couche peut être directement reliée au volume v de la goutte qui lui donne naissance et au temps t nécessaire à l'accumulation de ce volume v. Etant donné l'équidistance des couches, il est probable que les différentes gouttes constituant la pièce ont été relâchées de l'arbre à intervalles réguliers, un peu comme celles qui sortent d'un robinet mal fermé.

      Huitième déduction : les fourmis sont en train d'effectuer un transport urgent. Il s'agit d'une retraite organisée en dehors du nid.
Le comptage des différents types d'individus indique que les adultes sont tous occupés à transporter quelque chose. Sommes-nous à l'intérieur ou à l'extérieur du nid ? L'absence d'impuretés et de détritus dans le morceau d'ambre et l'existence des deux directions perpendiculaires nous permettait d'affirmer que la scène n'a pu se produire à l'intérieur du nid.

      En effet, dans un endroit aussi clos, la saturation des phéromones* aurait vraisemblablement empêché les fourmis de s'organiser en une (ou deux) direction(s) privilégiée(s) par recrutement*. Il existe, en outre, une seconde information essentielle pour établir que la scène s'est bien produite en plein air : dans l'une des couches postérieures (plus récentes) à celle qui contient les fourmis, on peut voir en 7k un moustique en très bon état de conservation. Or, les moustiques ne volent pas à l'intérieur des fourmilières... Nous sommes donc en définitive en présence d'un double recrutement organisé qui a lieu à l'extérieur d'un nid. Pour quelle raison les fourmis ont-elles abandonné leur nid ? Qu'étaient-elles en train de faire ? Vers où se dirigeaient-elles ? La résine a-t-elle enregistré voici vingt-cinq millions d'années une habitude, une situation exceptionnelle ou les deux en même temps ?

      Neuvième déduction : la scène nous présente une colonie de fourmis sédentaires à plusieurs nids en état de forte excitation.
Certaines fourmis, les sédentaires, vivent dans des fourmilières permanentes, d'autres, les migratoires, vivent dans des fourmilières temporaires. D'autres, enfin, ne se construisent jamais de véritable nid : ce sont des nomades. Nous pouvons affirmer en toute certitude que les fourmis de cette pièce ne sont pas des nomades.

      Il est effectivement établi que les fourmis nomades synchronisent leurs déplacements avec les phases de développement de leurs individus immatures. Elles peuvent être surprises en train de déplacer des oeufs et des pupes, ou en train de transporter des larves, mais jamais en train de transporter en même temps des oeufs, des larves et des pupes.

      Il est par ailleurs hautement improbable qu'il puisse s'agir de fourmis migratoires. Un tel transport serait chez elles tout à fait inhabituel et aucun comportement de ce type n'a jamais été décrit chez les fourmis actuelles de cette sous-famille. Les fourmis sédentaires ont deux comportements possibles. Elles peuvent être monocaliques (si elles ont un nid unique) ou polycaliques (si elles occupent plusieurs nids à la fois). Dans le second cas, il s'agit, en général, de mauvaises excavatrices ou de mauvaises constructrices qui ont, par conséquent, plutôt tendance à profiter des cavités ou des fissures déjà existantes. Les besoins de la colonie étant souvent supérieurs à la capacité offerte par un seul de ces abris naturels, les fourmis en occupent donc plusieurs - en général quatre ou cinq - voisins les uns des autres. En conséquence, le transport des fourmis immatures destiné à les adapter aux changements de température et d'humidité s'effectue dans l'espace extérieur commun aux différentes sous-fourmilières.

      Nos fourmis sont donc vraisemblablement polycaliques. La croisée des deux trajectoires, précisément au centre de la pièce n'est alors plus si étonnante. En effet, le petit espace sur lequel donnent, admettons, cinq entrées de fourmilières, peut contenir cinq doubles colonnes de fourmis (dix colonnes en tout).

      Un tel trafic nous donne une probabilité raisonnable de points de croisements entre deux colonnes. Un croisement de ce type à un angle de 90° a très bien pu se produire sur une couche de résine à demi sèche, juste avant qu'il ne pleuve une seconde goutte. En a-t-il vraiment été ainsi ? Y a-t-il eu une alerte générale dans la colonie ou bien celle-ci a-t-elle été surprise ? L'identification dans la pièce d'ambre de manifestations de stress nous permet d'aller plus loin dans l'interprétation scientifique de la scène.

      Dixième déduction : les fourmis étaient stressées au moment de l'inclusion (ce qui est normal). Mais elles l'étaient aussi avant de sortir du nid (ce qui est déjà moins normal).
Les individus situés en (16 c) et (26 h) montrent un niveau de stress important. Dans ces deux cas, les ouvrières serrent si fort les immatures entre leurs mâchoires qu'elles les blessent. Le sol semi-mouvant et odorant sur lequel elles se déplacent (ou bien la résine qui est en train de les engloutir), ou même les conditions qui suivent l'inclusion elle-même, peut expliquer cette inquiétude. Autrement dit, les manifestations de stress, comme l'excessif serrement de l'immature ou la position agressive caractérisée par l'élévation du gastre de certains individus (visible par exemple sur la fourmi en 17 j) peuvent être interprétés comme les derniers gestes avant la mort (voire des gestes posthumes).

      Par ailleurs, il semble y avoir eu une alerte préalable qui a incité les fourmis adultes à emporter les immatures hors du nid de façon inhabituelle et précipitée (remarquez les différentes façons dont les adultes attrapent les immatures). Il faut savoir que le stress du moment de l'inclusion est fréquemment observé chez l'insecte qui se trouve englué dans l'ambre. En revanche, le stress «historique», c'est-à-dire relié à un événement antérieur à l'inclusion, n'a été observé que sur cette pièce.

      Onzième déduction : il pleuvait de la résine partout.
Le moment du drame fait donc intervenir deux actions principales : une scène routinière (les déplacements entrecroisés des fourmis polycaliques) et une certaine alarme qui avait sans doute déjà sonné à l'intérieur de la fourmilière avant l'inclusion. Quel événement a pu alarmer la colonie ? On peut facilement imaginer plusieurs phénomènes : séismes, orages, inondations, sécrétion extraordinaire de résine, incendie, chute de météorite, attaque de la colonie par d'autres animaux... Un indice favorise légèrement une hypothèse par rapport aux autres : c'est le morceau d'ambre lui-même ! Si de la résine tombait sur un point, on peut imaginer qu'en d'autres endroits assez proches le même phénomène se produisait. Nous savons que les fourmis de ce genre, les Technomyrmex, font leurs nids dans le sol des bois, parmi les feuilles, les branches, les racines et les troncs. On peut donc imaginer sans risquer de se tromper un paysage battu par une pluie de résine, celle-ci pouvant par endroits pénétrer dans quelques-uns des sous-nids de la colonie polycalique.

      Nous voici presque au bout de notre recherche.
      Le moment est venu de rassembler toutes nos conclusions dans une histoire vraisemblable, la plus vraisemblable compte tenu des onze points que nous venons de détailler.



«Jorge Caridad»

ou la brève et triste histoire d'un instant de l'Oligocène.


      Nous sommes en présence d'une fourmilière de la forêt tropicale, il y a vingt-cinq millions d'années. Elle est habitée par une espèce de fourmi polycalique (de la sous-famille des Dolichoderinae , du genre des Technomyrmex). Les cavités naturelles exploitées par les insectes pour y installer leur colonie sont voisines les unes des autres et, dans l'espace extérieur commun à toutes les entrées, les ouvrières transportent, de manière routinière et ordonnée, les membres immatures (oeufs, larves et pupes) pour lesquels elles recherchent les meilleures conditions de température et d'humidité (1). Dans le coin réservé aux immatures, l'obscurité est totale.

      La perception des adultes essentiellement tactile et chimique est envahie de données alarmantes (2). Quelque chose de poisseux et de très odorant semble envahir leur domaine. Les fourmis responsables des immatures sont pressées et soucieuses, à tel point qu'elles ne se donnent plus le temps de les saisir dans les règles de l'art (3). Au-dessus de la fourmilière, une plante, une Hymenaea, dont les racines s'étendent dans tout le sous-sol, commence à exsuder de la résine de façon anormale (4). Le mot d'ordre est lancé : il faut abandonner ce sous-nid avant qu'il ne soit trop tard. Il y a de l'urgence dans l'air mais pas de panique. Les fourmis chargées qui d'une larve, qui d'une pupe, qui d'un paquet d'oeufs, atteignent la sortie (5). Là, elles trouvent la piste des phéromones qui conduit par l'extérieur à l'entrée d'un autre sous-nid. La trajectoire des fourmis alarmées croise celle d'autres fourmis qui le sont moins qu'elles (6). Il y a donc une routine ordinaire doublée d'une alarme extraordinaire. La résine descend des troncs et des branches d'arbres (7) et, de temps en temps, les gouttes se détachent et viennent s'écraser sur le sol. Par terre, elles s'accumulent en certains endroits et dans certaines cavités. Les taches de résine à terre (8) sont peut-être tombées pendant les heures de chaleur de la veille, ce qui explique pourquoi leur surface a déjà acquis une certaine rigidité. Deux trajectoires, qui forment un angle de 90°, se croisent exactement sur l'une de ces taches à demi sèches (8). Les fourmis sont un peu perturbées lorsqu'elles croisent leurs congénères mais, très vite, retrouvent la piste des phéromones. Il en va toujours ainsi sur la «place du village».

      Mais, aujourd'hui, quelque chose de nouveau semble se produire. Le croisement se fait sur une plaque de résine à demi-sèche et quelques fourmis deviennent nerveuses. Leurs pattes s'enfoncent bien trop vite dans ce sol mou et une maudite odeur envahit petit à petit le terrain. Les ouvrières qui transportent les oeufs progressent plus doucement ; elles doivent accomplir des miracles d'équilibre pour avancer sans lâcher cette masse molle difficile à saisir. Celles qui tiennent les larves et les pupes les serrent plus fort entre leurs mandibules parce que le sol se dérobe sous leurs pattes et que l'odeur de résine couvre celle des phéromones. Certaines font même tomber leur précieux fardeau. Les choses en étaient là ... lorsqu'une grosse goutte de résine fraî- che s'est brusquement détachée d'une branche recouvrant les deux colonnes d'insectes (9). Quelque temps après, d'autres gouttes retombèrent au même endroit. Et vingt-cinq millions d'années plus tard, une scène éthologique étonnante était découverte dans une mine de la République dominicaine...



 
Comment une colonie de fourmis polycaliques s'est retrouvée piégée
dans une pluie de résine il y a vingt cinq millions d'années.


La brève et triste histoire d'un instant de l'Oligocène


      Si ce récit s'avère le bon, nous sommes en possession d'une observation scientifique rare : celle d'une retraite organisée, d'un recrutement d'alerte générale chez des fourmis polycaliques. Bien sûr, la prudence s'impose : une nouvelle technique, une nouvelle idée, une nouvelle donnée peuvent faire basculer d'un coup la vérité que nous avons construite. Cette pièce d'ambre contient toute l'information sur la mésaventure de ces fourmis : à nous, chercheurs, éthologues, entomologistes, professionnels ou amateurs, de reconstituer le plus précisément possible cette histoire, en évitant soigneusement les pièges. Rares sont les morceaux d'ambre à inclusions qui ont fait l'objet d'autant d'attentions que «Jorge Caridad». Une enquête scientifique qui n'est pas encore achevée puisque cette pièce restera, au musée de la Science de la fondation «La Caixa», à la disposition de tous ceux qui souhaiteront poursuivre son étude.

      C'est ainsi, nous en sommes convaincus, que l'expression «pièce de musée» prend son plus beau sens et que l'idée de musée est la mieux illustrée. Celui-ci n'a-t-il pas pour vocation première de construire et transmettre aux spécialistes et non-spécialistes à la fois la connaissance et la méthode scientifiques ?



JORGE WAGENSBERG, Museu de la Ciencia de la Fundacio «la Caixa», 22 Barcelona (Espagne).

C. ROBERTO F. BRANDÃO Museum de Zoologia da universidad de São Paulo SP, 04263-000, Brésil

CESARE BARONI URBANI Zoologisches Institut der Universitat Basel, CH-4051, Suisse.



* PUPE
Phase pendant laquelle la larve de certains insectes prend la forme d'un petit tonneau et reste immobile dans son enveloppe.

* EN LUMIÈRE POLARISÉE
le champ électromagnétique de l'onde lumineuse vibre dans une direction qui reste constante.

* LES PHÉROMONES
sont des substances chimiques sécrétées par les insectes et qui influencent les individus de la même espèce.

* LE RECRUTEMENT
est le suivi d'une direction marquée par les phéromones.



 






L'ambre est un conservateur géologique qui ne résiste pas au temps...

L'échantillon d'ambre baptisé Jorge-Caridad extrait de la mine Palo Quemado, en février 1995 montre déjà des signes inquiétants d'altération à l'air et à la lumière... L'ambre se fissure et la gemme s'opacifie... Le fossile qui est actuellement exposée au Musée des Sciences de Barcelone sous la direction de Jorge Wagensberg, a des craquelures de surface. L'ambre dominicain (mais pas seulement) se consume à l'air et devient pulvérulent à la lumière... Les gemmes authentiques ne résistent pas au temps, d'où la tentation des faussaires d'améliorer les matières (souvent en autoclave) pour garder des matières lucratives qui seront vendues avec un certificat d'authenticité. D'ailleurs les chinois font une spéculation débridée sur l'ambre dominicain vendu à 1.000 $/g !!!





Décembre 2013, Monsieur Jorge Caridad est récompensé...

Ci-dessous, Monsieur Jorge Caridad (au centre) récompensé pour ses talents. A sa droite, Monsieur José Antonio Rodríguez
(Ministre de la culture) et à sa gauche Monsieur Andrew Van Der Horst (Président du Conseil National de la compétitivité).






Décembre 2013... En compagnie du Ministre de la culture M. Rodriguez et du Directeur du
Conseil de la compétitivité M. Andrew Van Der Horst, Monsieur Jorge Caridad, (au
centre) entrepreneur artisan spécialisé dans l'ambre, Président fondateur de
"La Fondation pour le Développement de l'Artisanat", Directeur du
Musée : "Le Monde de l'Ambre" est récompensé pour ses
projets culturels parmi 40 initiatives présentées...


 





Quelques références utiles pour compléter le sujet.




 


Adrade, M., Baroni-Urbani, C., Brandao, C.R.F & Wagensberg, J. (in press, 1998).- Two new species of Leptothorax "Nesomyrmex" fossil in Dominican Amber (Hymenoptera: Formicidae). Beiträge zur Entomologie

Brandao, C.R.F. 1996.- Paleotologia. O Estude do comportamento de fóssies. XIV Encontro Anual de Etologia. Anais, Uberlândia, Brasil, XIV: 31-38.

Brandao, C.R.F. 1998.- Estudos no Laboratório de Formigas do Museu de Zoologia da Universidade de Sao Paulo. Publicado en la página: http://bdt.org.br/bdt/formiga.

Brandao, C.R.F.; Baroni Urbani, C: Wagensberg, J. 1996.- A new genus of Dolichoderinae (Hymenoptera: Fomicidae) in Dominican Amber, with a reappraisal of the phylogeny of the subfamily and a reconstruction of immature transport. XX. International Congress of Entomology, XX, Proceedings. Florença, Itália, C.I.E. p. 391.

Brandao, C.R.F.; Baroni Urbani, C: Wagensberg, J & Yamamoto, C.I. (in press, 1998).-New Technomyrmex in Dominican amber (Hymenoptera: Formicidae), with a reappraisal of the Dolichoderinae phylogeny. Entomologica Scandinavica

Wagensberg, J. 1998.- "La Pedra Jorge Caridad". En: Atrapats en Ambre, Fundació "La Caixa" p. 25.
Wagensberg, J. & Brandao, C.R.F. 1998.- Criteria for a Taphonomy of amber inclusions. World Congress on Amber Inclusions, 20-23 October 1998. Museo de Ciencias Naturales de Alava, España. p.105.

Wagensberg, J., Brandao, C.R.F. & Baroni Urbani, C., 1996. Le mystère de la chambre jaune. Exercice strictement réservé aux paléoéthologistes amateurs. La Recherche, Paris, 288: 54-59.

Wagensberg, J., Brandao, C.R.F. & Baroni Urbani, C., 1996.- El Misterio de la pieza "Jorge Caridad". Ejercicio estrictamente reservado a paleontólogos amateurs. Mundo Científico, Barcelona, 171, 746-751.

Wagensberg, J., Brandao, C.R.F. & Baroni Urbani, C., 1997.- Le mystère de la chambre jaune (suite et fin). Des Fourmis, plus stressées que d'autres, sous une pluie de résine. La Recherche, Paris, 298: 40-44.

Wagensberg, J., Brandao, C.R.F. & Baroni Urbani, C., 1997.- La pieza "Jorge Caridad" (continuación y fin). Hormigas, unas más estresadas que otras, bajo una lluvia de resina). Mundo Científico, Barcelona, 181: 620-624.



 




Le fossile d'ambre Jorge Caridad contenant
les 88 fourmis a voyagé dans l'espace
avec Pedro DUQUE !







Le fossile d'ambre contenant les fourmis
a voyagé dans l'espace
avec Pedro DUQUE !
Dès qu'il y a des fourmis dans l'ambre, les histoires sont merveilleuses...
L'examen des fourmis antiques par une lecture taphonomique
des fossiles de l'ambre est une exploration passionnante.
L









La lecture exploratoire de la pièce d'ambre Jorge Caridad peut se
re-faire à l'identique (ou presque) sur d'autres fossiles où les
fourmis transportent leur couvain...









Le cd-rom LES FOURMIS.

Le comportement des fourmis de l'ambre: 1/3, 2/3, 3/3.





Début de la présentation

Retour début du site.

- © 2002 Ambre.Jaune -
Contact E-mail Auteur : eric.ambre.jaune@hotmail.fr