Retour début du site

©
2002 Eric GEIRNAERT / Ambre.Jaune.Free.fr -
Contact E-mail Auteur : eric.ambre.jaune@hotmail.fr



 
© Ambre.Jaune.Free.fr

Le premier site francophone de vulgarisation 
consacré aux résines botaniques fossiles.

Lire la présentation du site...

Des actualités AMBRE
en vrac sur le site
Ambre.jaune



Le site Internet Ambre.jaune n'est pas commercial, que ce soit pour les ventes d'ambres (échantillons) ou pour
la présentation de quelques documents scientifiques édités. Le site désire explorer les résines fossiles et
également les méthodes d'études de ces résines. Le site propose, (expose) des informations
gratuitement et également des expertises, mais, aussi des comptes rendus d'enquêtes
(parfois menées en secret)... Au risque de surprendre, le petit monde de l'ambre
n'est pas celui auquel on pense forcément... La déontologie "ambrée"
n'existe pas (surtout lorsque le commerce est là)...









14/07/2018 / TF1- L'AMBRE : un trésor national russe.



Le reportage, 4 minutes, diffusé dans le journal télévisé à 13h00 ce 14/07/2018 présenté par Jacques Legros sur de TF1 mérite d'être commenté car le sujet donne UN contenu (assez surprenant) adressé au public...

Alors voilà, chacun peut le constater, les prix de l'ambre s'envolent depuis quelques années. Les russes et les touristes dépensent parfois une fortune pour cette pierre... Kaliningrad, une ville en Russie, assure la production mondiale. Un unique site, placé sous haute surveillance (on vous montrera des images POUR LE DEMONTRER) permet d'extraire le trésor national russe. Les ambres sont ensuite travaillés dans les ateliers locaux (on vous montrera des images POUR LE DEMONTRER) avant d'être vendus à prix élevé. Ce sujet (qui pourrait presque faire sourire) daté du 14/07/2018 a été présenté par Jacques Legros sur TF1. Les journalistes, (qui peut-être débutent sur le sujet si stratégique de l'ambre surtout russe) sont-ils des enquêteurs critiques et/ou sérieux ??? Prestation en petite chemise blanche, Monsieur François-Xavier Ménage croit-il vraiment à ses propos ??? Faut-il écouter sage le reportage de TF1 où faut-il rester critique pour réfléchir derrière le décorum ?... Les journalistes... Toujours les journalistes qui nous "expliquent" comment tourne le monde... Quelle est la réalité de l'ambre russe ??? (Rires)... L'émission Thalassa (avec ses excellents reportages) nous disait, déjà, il y a 20 ans que les mêmes mines russes, sous perfusion, étaient à l'agonie, que les ouvriers non rémunérés prenaient déjà leurs salaires en volant les échantillons sur le site des extractions. Et aujourd'hui petit coup de nettoyage magique de communication féérique avec TF1, tout fonctionne parfaitement ? Ce 14 juillet 2018, la PREMIERE image du reportage est étonnante!!! Des pendentifs bas de gamme, des ambres natifs sont montés sur un simple anneau collés avec de la cyanoacrylate... Voici un travail "bas de gamme" pour évoquer l'excellence de l'art russe parmi le tout meilleur au monde pour transformer l'ambre!!! Cette première image donne le ton du reportage... Le discours raconté semble être en décalage TOTAL avec la réalité des images. D'où l'écoute critique qu'il faut tenir devant le message rapporté au public. Nous sommes en 2018 : 90 % de la production mondiale d'ambre est concentrée à Kaliningrad... TIENT donc !!!!! Comme c'est étrange !!!! Ce chiffre est toujours le même, depuis toujours dans TOUS les reportages !!! ON raconte TOUJOURS le même pourcentage comme si les choses étaient figées dans le temps... 300 TONNES D'AMBRES SONT EXTRAITS CHAQUE ANNEE DES MINES... Si vous comptez le volume des remblais, inutile de vous dire que le matériel lourd doit tourner à plein régime... Mais dans le reportage, une seule grue fonctionne (encore, rire), et de nous dire que la production annuelle se situe à 300 tonnes d'ambre par an !!! Et le public français (de TF1) d'y croire ??? Les PLUS gros mensonges ne sont-ils pas les plus faciles à raconter? L'ambre est ensuite travaillé dans les ateliers locaux... Et, oui... Rires... Trois femmes (bien souriantes !!!!! souriantes de passer à la télévision française), attablées doivent alors traiter 300 tonnes d'ambre par an ???
Cadence, productivité... Chacun sa tâche... Rires !!! Et Monsieur François-Xavier Ménage d'insister : "Les cadences sont militaires !!!!" Puis, magie de l'illusion de dupe, on nous parle de 800 employés au salaire (mirobolant de 800 € par mois) !!!! Lorsque trois femmes font l'animation comme des actrices devant la caméra.... Fanfaronnade ou reportage sérieux ??? Chercherait-on à nous convaincre du passé prestigieux de la Russie??? Si l'on quitte les narrations de TF1 pour suivre des enquêteurs privées de terrain, on constate que le matériel délabré, abandonné est à l'arrêt. Les grues sont rouillées. Les mines sont fermées depuis plusieurs dizaines d'années. D'ailleurs dès 2011, l'idée des gestionnaires est d'investir dans l'émeraude en regardant de près les ressources des gisements de Malyshevskoye dans la région de Sverdlovsk...Le complexe industriel obsolète, sous perfusion tant d'années, est devenu récemment une station balnéaire pour touristes nostalgiques. En effet, pour occuper les touristes, une petite balade appelée le "jour du soleil" est organisé dans le complexe industriel abandonné. Un guide, habillé dans le costume médiéval des chevaliers teutoniques a déposé des ambres dans des tas de sable que les touristes "rêveurs" remueront avec des râteaux et des pelles croyant trouver l'or jaune national. Les touristes de l'Europe de l'ouest sont invités à venir remuer le sable, (on va amuser les petits enfants) pour leur vendre ensuite des matières plasticomorphes... Disponibles partout.

Le discours de propagande (de moins en moins crédible où l'on dit que 800 employés travaillent encore sur site en 2018) est celui de faire croire que l'ambre est ENCORE ici ET SEULEMENT ici à Kaliningrad.
En 2010 le directeur raconte que 500 personnes travaillent sur le site contre 3.000 ouvriers en 2000. Puis, en 2018, cette fois on annonce que ce sont désormais 800 personnes qui travaillent encore à l'ambre... La propagande de monsieur X n'est pas celle de monsieur Y, les informations et les chiffres varient comme les prix, à la tête du client...

Propagande du message "plus ou moins arrangé"... Réalité dérisoire... Propos déformés pour manipuler l'opinion.
L'ambre thésaurisé, russe (sur le déclin si longtemps) ne survit que dans l'illusion des duperies. Le premier maillon du matraquage est le message de la propagande donné par les médias et les journalistes, qui à l'occasion devraient mener l'enquête sur la chambre d'ambre des tsars reconstruite en plastiques pour combler le défaut de matières premières disparues depuis longtemps... Les polonais ont lancé l'alerte depuis longtemps dans des publications. Le message qui tourne autour de l'ambre balte est de plus en plus une propagande.
Le discours politique russe cherche à convaincre du rayonnement national par tous les moyens et les journalistes français de faire "persuasion" avec une publicité bien translucide pour l'ambre jaune...
Vous savez quoi, il parait qu'en 2050, 98% de la production mondiale du succin cet autre nom de l'ambre balte, se situera encore dans les mines de Kaliningrad... Il y aura 234.000 ouvriers ! Je tiens cette information de première main des journalistes sérieux de TF1 qui, (humour), savent les choses et nous les racontent sans déformation... .




















Juin 2018, depuis le temps que l'on en parlait... Voici enfin des
portions degrenouilles conservées dans l'ambre briman...








Et le "même" sujet, les grenouilles et l'ambre en dessin
animé à la télévision !!! (Les As De La Jungle).



















Et, concernant les oiseaux, ...une autre référence
toujours dans l'ambre Birman...
















Le sang d'un TETANURAE à plumes
daté de 100 M.A. est conservé dans l'ambre...

 

       Décembre 2017, Monsieur Enrique PENALVER et ses confrères découvrent 4 tiques crétacées dans quatre échantillons d'ambres birmans différents dont l'un est associé à des plumes... Et les scientifiques crient "merveille" car l'un des parasite "gonflé" contiendrait du sang... Oui pourquoi pas... Mais, la démonstration INCONTESTABLE de la présence avérée de sang dans l'ambre SERAIT EVIDEMMENT DE VOIR L'EPANCHEMENT DU DIT SANG !!!! Regarder une tique gonflée n'est pas VOIR LE SANG. La première attestation confirmée de sang (sang donc de vertébré car les arthropodes n'ont qu'une hémolymphe qui n'est pas rouge car dépourvue d'hémoglobine) est donnée, juin 2002, par la photographie: 252a p.156 d'Eric G. dans l'ouvrage: "Ambre Miel de Fortune et Mémoire de Vie", avec une queue fossilisée d'un lézard. Le sang (conservé dans l'ambre) enflamme l'imagination de certains écrivains et des cinéastes hollywoodiens. Les films à grand spectacle tirés de l'œuvre de Michael Crichton ont popularisé l'idée selon laquelle il serait possible d'extraire du mésentéron (la partie moyenne du tube digestif des Insectes) d'un moustique hématophage, l'ADNa du dinosaure dont il se serait gorgé de sang (il y a des millions d'années) pour lui redonner vie. Si exploiter le sang partiellement digéré par un moustique ou d'une tique est problématique, il est peut-être plus "facile" de récupérer l'épanchement sanguin qui est visible à l'extrémité de cette plume du crétacé (100 M.A.)... Ici dans cet ambre crétacé (idéalement diaphane) l'épanchement de sang du TETANURAE EST PARFAITEMENT VISIBLE (c'est le fluide à l'extrémité de la plume). Le sang du TETANURAE est ici conservé dans cet ambre crétacé daté de 100 M.A. C'est la lecture taphonomique qui démontre que les fluides proviennent de la plume. L'épanchement liquide provient de la plume et s'étire selon le fluage de la résine... La diffusion n'est pas une trace polluante mais correspond aux fluides animaux qui diffusent dans la résine...









      Dans l'échantillon présenté ici, ce sont les fluides qui sortent de l'amas de chair attaché à la plume. Et, ce sont les coulées de la résine qui étirent la structure de la plume et entraînent également les liquides de la portion animale... Les fluides (d'ailleurs restés colorés) de la portion animale sont matérialisés, visibles et synchrones de la coulé de résine... L'un entraîne l'autre. Pour démontrer la présence de sang, il faudrait faire une étude chimique de l'échantillon d'ambre et rechercher des traces de fer et de porphyrines, ces deux constituants stables (conservés dans les fossiles) issus de la présence de l'hémoglobine (pas forcément rouge dans la gemme, car, sans doute dégradée par le chimisme de la résine)...



Ci dessous, le sang d'un Tetanurae (en grec cela signifie
"queues raides") qui inclut la majorité des dinosaures
théropodes (y compris les oiseaux), est conservé
dans l'ambre crétacé, birman, daté à 100 M.A.



















 
Décembre 2017, Monsieur Enrique PENALVER et ses
confrères découvrent 4 tiques dans l'ambre birman...




Petit rappel : les tiques associées aux plumes sont fréquentes dans l'ambre crétacé, voici
une référence (passée sous silence !!! mais visible sur les images !!!) dans la partie 1 de cet ambre.




      Fin 2017, l'information spectacle tombe sur les écrans et se diffuse sur le web. Formidable, Monsieur Enrique PENALVER et ses confrères viennent de dénicher 4 tiques originaires du crétacé dans quates ambres birmans, (vignette ci-dessous à droite), les ambre sont datés de 100 millions d'années.
(Lire : Ticks parasitised feathered dinosaurs as revealed by Cretaceous amber assemblages.)
Le Deinocroton, cet acarien ectoparasite d'un genre éteint, (présent dans l'ambre de Birmanie), de la famille des Deinocrotonidae serait gorgé de sang car les téguments sont dilatés, le parasite serait tombé dans la résine après avoir piqué son hôte... Si de telles pièces sont présentées comme exceptionnelles au public, on peut en dénicher facilement car, sur Internet, dorénavant les outils sont là à disposition de chacun pour vendre ses découvertes. Et, dans cet ambre birman, ci dessous, il y a aussi plusieurs tiques gorgées de sang associées aux restes d'un lézard daté de 100 M.A.... La présence de sang dans l'ambre photographié et publié dès 2002 par Eric Geirnaert déclenche toujours le fantasme de rendre vie aux dinosaures par le clonage de l'Adn ancien...















Prenons un exemple dans
l'ambre birman, 100 M.A.











 

Novembre 2017, Film arte à la télévision :
Ukraine les mines illégales de l'ambre.







      Arte nous propose souvent des sujets excellents à la télévision, et, cette fois encore, le film consacré aux mines illégales d'ambre en Ukraine est formidable... Dans le nord-ouest de l'Ukraine, à la frontière biélorusse, le sous-sol se sable regorge d'ambre. Ces dernières décennies, avec l'indépendance du Pays, un réseau opaque de mafieux, de fonctionnaires corrompus et de petits délinquants a pris les rênes de son exploitation, et de la région entière... Régulièrement, des affrontements armés éclatent entre la police et les membres de cette mafia de l'ambre... Première image, nous voilà déjà directement dans le vif du sujet avec des forces militaires déployées sur le terrain... On comprend immédiatement que la caméra n'est pas là pour proposer un support au rêve ou à l'émerveillement... L'ambre qui peut être considéré d'une multitude de façon n'est ici appréhendé que sous le seul angle lucratif par ceux qui ont assez de caractère (comme ils le disent eux-mêmes) pour sonder le sol boueux d'une forêt massacrée pour atteindre la manne... La technique de prospection est simple, efficace et connus de tous dans toutes les régions des pays de l'Est. Elle consiste à injecter au moyen de pompes évidemment bricolées, de l'eau sous haute pression dans les couches sableuses ce qui fait remonter les ambres légers d'une profondeur qui peut atteindre 17 mètres... La technique, très dangereuse, qui déstabilise les sols en laissant des vides une fois les opérations terminés, détourne aussi les cours d'eau. Ici au pays de Tchernobyl (comprenez l'accident monstre de la centrale nucléaire) le respect de l'environnement n'est qu'un concept plutôt théorique. Et, peu importe les dommages... 97% des ambres ukrainiens sont ainsi extraits de façon illégale...

      Et le reportage (magnifique) de poursuivre sur la journée type de travail d'un trio de prospecteurs illégaux qui réagit au quart de seconde lorsque ses confrères (ramasseurs de champignons déclarés) leur téléphone pour alerter qu'une descente de police arrive de tel endroit du paysage... Aussitôt l'information passée, les mineurs doivent déguerpir en toute urgence car les forces de police viennent toujours en nombre, pour saisir le matériel de travail des prospecteurs illégaux. Pour cette fois c'est 70 policiers armés qui arrivent par convois en forêt, se déploient et tombent sur deux infortunés "ramasseurs de champignons" plutôt suspects car ils arborent dans la voiture, russe, tout terrain, l'insigne métallique d'un dollar, sorte de totem thésaurisé qui guide l'activité des hommes chaque jour... Les "mycologues" déclarés, sans autre procès, perdent pour le coup leur voiture réquisitionnée par la police qui ramasse les restes laissés par les gangs de l'ambre... Retour au quartier général de la police en prenant ces pistes forestières massacrées dans une forêt brulée volontairement pour faciliter la prospection... Les portes d'un entrepôt s'ouvrent dans les quartiers de la police et le responsable de déclarer à la caméra qui il y a là pour 60.000 dollars de matériel saisis... Le film (vraiment excellent) tourne au malsain et à la vantardise où il faut comprendre que les gentils sont du côté de la police et que le méchants sont les truands de l'ambre et ces gangs organisés en mafia. Mais les choses ne sont pas aussi simples. Et, finalement à qui appartient les richesses du sous-sol? Le sous-sol est-il propriété d'état? Les prospecteurs fustigent et s'estiment dans leur droit. Et, ils poursuivent leurs affaires sans peur de la caméra puisque c'est l'occasion de faire entendre leur pont de vue. Un drone survole déjà la région pour nous proposer les images des villas de luxe des trafiquants de l'ambre qui côtoient des quartiers pitoyables. Et, la situation de crise n'est pas prête de changer car la population n'a plus confiance en l'Etat...

      L'exploitation publique de l'ambre (d'une époque révolue faite par le grand frère russe) est un secteur mort. Depuis l'indépendance de l'Ukraine, les responsables s'arrangent pour afficher des comptes d'exploitation à zéro, ce qui laisse supposer quand-même que l'argent trouve un circuit différent. Et, pendant ce temps là les prospections privées se poursuivent et le film de montrer 1.700 hectares de terre dévastés. Légaliser les prospections de l'ambre serait le moyen d'appliquer un contrôle, mais l'anarchie du désordre où les forts tirent les ficelles est la règle dans la culture locale... La corruption est l'oxygène de vie locale. Alors, la police de nous emmener au musée de l'ambre... Et, là les propos frisent le ridicule. Sous prétexte que l'ambre serait "un bien commun pour l'humanité", la police justifie ses actions sur les prospections illégales de l'ambre mais explique déjà que les chinois sont les bienvenus car ils achètent jusqu'à 25.000 hryvnia (devise monétaire de l'Ukraine) un collier dans la variété blanche que l'on appelle ici l'ambre royal. Si l'on compte que le salaire moyen d'un travail légal est de 100€ mensuel pour un ouvrier, le prix du collier représente huit à neuf mois de besogne... Et les prix de cette pierre précieuse ne cessent de grimper, notamment avec l'augmentation de la demande précisément chinoise : 100 grammes d'ambre peuvent se négocier jusqu'à 600 dollars. Dans cette situation l'état "vole" l'ambre pour son propre compte, et, chacun, à tous les étages, arrange ses petites affaires... Le salut des populations abandonnées est dans la vie en forêt... Celui qui, par trop démuni, ne peut avoir des pompes hydrauliques de prospection, travaille alors à la pelle pour creuser chaque jour un trou profond de 4 mètres qui menace de vous ensevelit à tout moment. La preuve en direct durant le film.

      Dans ce tableau de médiocrité générale, le film présente des enfants malades de myopathies incurables si ce n'est d'autres touchés par des allergiques monstres causées par la présence de ces feus dans la décharge locale qui déversent sa pollution sur les riverains... Et, le responsable des opérations de la police concernant l'ambre de se plaindre au repas de famille du soir que l'on a incendié sa voiture de nuit... Il explique avoir crié ce jour là en pleine nuit, en nous raconte aussi qu'il ne faut jamais parler d'ambre aux enfants pour ne pas les effrayer. Face au marasme économique et au chômage endémique qui règnent dans le nord-ouest du pays, toute la région vit presque exclusivement de ces trafics illégaux. Pourtant, la manne financière générée par le commerce de l'ambre (légal ou pas) ne profite que très peu à ceux qui l'extraient à la sueur de leur front et à l'épaisseur des cales aux mains (montrées en images)...

      Tout se termine dans des prières orthodoxes où "bénédictions au grand divin pour une vie meilleure" sont chantées apparemment sans effet... Finalement on se dit que l'ambre (d'ici ou d'ailleurs) fait une nouvelle fois le malheur des hommes cupides et avides d'argent... Merci aux journalistes d'Arte qui proposent un film excellent de 30 minutes qu'i faut absolument voir.














Septembre 2017 au Creusot : Expertise
d'inclusions TRES RARES de l'ambre
!






Souvent l'actualité de l'ambre se trouve dans les magazines, (avec la publication d'un petit article de science), à la télévision, lors d'un reportage ou dans le contenu d'une conférence donnée au public... Mais, cette fois, l'actualité de l'ambre (tonitruante!) se situe dans les locaux d'une petite Boutique au Creusot qui propose des inclusions d'ambre de la Baltique à la vente... Tout ce mois de septembre, l'activité bouillonnante dans les locaux de "La Boutique à Jacques" tourne autour des inclusions de l'ambre... Au Creusot, c'est l'ambiance "Jurassic Jack" !!! La chance (mais existe-telle ?) et/ou la providence a mis sous les feux de la rampe des gemme fossiles MERVEILLEUSES où les couleurs originelles des espèces sont conservées ! Jacques Mangin, le responsable de la boutique, nous affirme que découvrir des ambres baltes, âgés de 40 millions d'années, où le morphe (= le vêtement coloré) des espèces disparues est préservé dans l'ambre, est UNE CHOSE TOUT A FAIT UNIQUE (très peu commentée dans les ouvrages de science). Dans un bouillonnement presque frénétique, les ambres ont été commentés, analysés, triturés et même proposés à plusieurs musées de science, tant la valeur dépasse ce que l'on voit habituellement... La plus belle pièce constituant un grillon resté coloré est maintenant la propriété de Sacha (jeune collectionneur de 13 ans, voir-ci-dessus, redoutable naturaliste, curieux de tout, bien au delà du sujet des résines fossiles...) Pour ceux qui veulent vivre Jurassic Park avec émotion et passion, il faut vraiment venir examiner les pièces disponibles dans les locaux de la Boutiques à Jacques au Creusot, ou, à défaut, regarder cet espace de présentation, mélange de rêves, de découvertes et d'émerveillements...















Sur le web, tout le monde a été de son commentaire pour raconter l'exceptionnel oisillon
dans l'ambre birman ! Et, bien, cette référence TRES médiatique n'est surtout
unique !!! En tirant avantage d'un réseau où l'on s'échange les données
entre spécialistes, j'ai dénombré 8 spécimens (disponibles à la
vente) dont certains biens mieux conservés
et beaucoup
plus complets, et, voici une autre référence.










Janvier 2017 : cette fois c'est un oisillon contemporain
des dinosaures qui est fossilisé dans l'ambre birman !



Les dossiers de la presse "spectacle" nous racontent qu'un oisillon daté du crétacé
(ci-dessous), est étudié par les scientifiques et que la MENTION SERAIT UNIQUE...
C'est faux, je connais 8 spécimens dont certains plus complets sont à vendre...












      Une communication WEB en amont des revues spécialisées.

      Bien avant que le dossier ne soit publié dans une revue scientifique (reconnue) avec en amont l'expertise inhérente à une telle découverte, l'information est lancée (pour ne pas dire jetée en pâture) sur Internet au format PDF, voir ci-dessus... L'information de la découverte de l'oisillon fossilisé dans l'ambre est "bradée" au plus grand nombre dans une version PDF déroutante... POURQUOI CE PROCEDE ? Nous sommes tellement loin des standards scientifiques (rigides, inflexibles des grandes découvertes) que l'on pourrait croire à ici un canular en marche... Amenée sur la place publique de cette façon, la pièce d'ambre est "exhibée" au public... Pour cette fois, exit la science "rigoriste", nous sommes en pleine communication spectacle et les rédacteurs veulent, sans doute, faire le buzz en bousculant un peu les règles...
"Nous vous proposons ce dossier dans sa version PDF, c'est un manuscrit de travail et en aucun cas une étude de science publiée... Nous vous remercions de communiquer sur ce dossier en citant les références suivantes... bla, bla, bla." (Voir ci-dessus).

      Avec cette communication web et cette orientation médiatique antérieure à l'étude scientifique, nous sommes à mille lieues du premier congrès mondial des inclusions de l'ambre où les contributeurs à l'époque, -sous tutelle de l'autorité absolue- devaient respecter scrupuleusement le protocole de science jusqu'a écrire dans la bonne taille de caractère (avec la bonne police) de peur d'être rejeté ou censuré... Ici, trêve de règles rigides, ce sera grand spectacle pout tout le monde !!!
Alors voilà : "Nous venons de découvrir un oisillon en chair et en os dans l'ambre crétacé birman (99 M.A.)... Nous l'avons baptisé Belone et tous ceux qui communiquent sur la découverte (avant l'étude de science) engagent leur responsabilité sur le contenu en l'état du dossier et des erreurs éventuelles... Ceux qui souhaitent proclamer notre découverte prennent à leur compte les risques d'erreurs qui peuvent se rapporter au sujet. A l'examen des plumes (où certaines sont encore en développement), l'oisillon nidifuge n'avait probablement que quelques jours, guère plus. L'animal est incomplet et l'échantillon d'ambre est brisé en deux morceaux. L'oisillon est un énantiornithe, groupe disparu d'oiseaux à dents. Les restes fragmentaires de l'oisillon (constituant peut-être une dépouille inspectée par un prédateur ?) sont constitués d'une portion de la patte droite, la tête et le cou, une aile fragmentée et les plumes de la queue avec ses tissus mous... Ressemblant à un oisillon de skylark oriental (appelé Alouette gulgule, Alauda gulgula), l'animal est noyé dans un ambre birman (daté de 99 M.A.). Le fossile est référencé HPG-15-1 et provient du site d'Angbamo, dans le canton de Tanai (district de Myitkyina, province de Kachin) au Nord du Myanmar. L'ambre mesure 86x30x57mm et pèse 78,16g."

      Pourquoi les auteurs communiquent (cette fois) en amont des publications scientifiques ? Pourquoi ce fossile (déjà baptisé "Belone") qui fait évidemment écho à celui de la queue emplumée du dinosaure Coelurosaure publié dans la célèbre revue Current Biology, est cette fois présenté en amont (sous cette version "PDF-File unedited manuscrit" au public en dehors du protocole de science ??? Se pourrait-il que le torchon brûle encore (ou une fois de plus) entre les scientifiques et les découvreurs (propriétaires) ? On comprends alors peut-être les ratés du premier congrès mondial de l'ambre...
Affaire à suivre... Et, au final, l'article de science, version finalisée, est ici...















      Une étude surtout morphologique...

      L'oisillon mesure sept centimètres et a été soigneusement examiné (SOUS TOUTES LES COUTURES) par les chercheurs... En effet, les scientifiques s'attachent surtout à étudier les téguments, on mesure les os et les appendices, on regarde les volumes, on compte, on discute la morphologie de l'animal, (on estime ses caractéristiques anatomiques les plus fines). On tergiverse beaucoup sur le diagnostic des structures squelettiques. On reconstruit par dessin le morphotype de l'animal... Par contre les chercheurs ne donnent aucun commentaire des syninclusions présentes dans l'ambre (comme le petit acarien, ci-dessus) qui pourraient raconter les étapes du piégeage avec l'hypothèse d'un oisillon attrapé par un prédateur (ou non). L'oisillon a t-il été piégé lors d'une chute ? Autre hypothèse, est-ce la résine qui est venue recouvrir l'animal déjà mort ? Y a t-il eu des traces de mouvements de qui par rapport à quoi ? Le piégeage a t-il été aérien (donc en mouvement) ou plutôt (fixe) au sol ? Que peut raconter le petit acarien (parasite?) présent dans l'ambre ? Toutes ces questions simples peuvent trouver parfois une validation immédiate en examinant les traces du milieu piège et en lisant la mémoire des inclusions associés aux coulées. En dehors de l'étude morphologique de l'oisillon, il est possible de faire parler la matrice de résine, mais, l'exercice (avec un exemple donné ici) n'est pas abordé ni même imaginé par les chercheurs chinois. C'est dans ce sens que l'on peut regretter le manque de synchronisations des travaux et des équipes qui jouent d'avantage la concurrence que la synergie. A l'identique du petit oisillon, le Premier Congrès Mondial des Inclusions de l'Ambre est mort né (presque dans l'œuf). Chacun désormais travaille dans son coin... Les scientifiques de la grande institution parisienne (qui n'apprécient pas la tournure médiatiques des inclusions du copal birman) n'attendent qu'une chose : qu'un faux vienne enfin mettre un coup d'arrêt au leadership asiatique, qui joue son impérialisme aussi sur la communication de science. Le fossile "made in China", surtout pour l'ambre, a ses détracteurs (scientifiques) à Paris...







Selon les propos donnés dans les articles :

"Voici l'oiseau (7cm) le plus complet à ce jour conservé dans l'ambre."
Cette phrase EST SURTOUT FAUSSE CAR PLUSIEURS
SPECIMENS PROPOSES A LA VENTE EXISTENT
ET SONT MIEUX CONSERVES
















Cette présentation iconographique (très incomplète sur Internet) est
une petite partie des matières commentées en conférences.
Pour toutes informations, contact :
eric.ambre.jaune@hotmail.fr










Une autre pièce d'ambre birman du
crétacé ? Suivez le guide...













Juillet 2017 : Conférence et nouveau gisement d'ambre !


      Tandis que certains remettent (une nième fois) l'ambre de L'Oise sous les feux de la rampe pour répéter l'autosatisfaction du travail parfait, l'ACTUALITE IMPORTANTE de l'ambre est sans doute LA DECOUVERTE (juillet 2017) d'un NOUVEAU GISEMENT crétacé en ESPAGNE ! Pour éviter le sujet ne soit aspiré par des conférenciers "légers", le gite fossilifère deux fois plus anciens que celui de l'Oise n'est et ne sera pas localisé. Et, pour parfaire la conférence, rappelons que les prospections les plus "désastreuses" expliquées par les scientifiques français donneurs de leçons ne sont pas celles opérées dans les régions baltes (par injection d'eau sous pression dans le sol), mais bien celles conduites par les scientifiques parisiens où l'on massacre les strates fragiles d'un site primaire non remanié à la grue en se rapprochant du cimentier Lafarge, lequel est connu pour ses petits "arrangements" avec les terroristes de Daech en Syrie. Le monde cupide de l'ambre commence dès la prospection... Faut-il donner les clefs du nouveau gisement d'ambre en Espagne aux scientifiques pour revivre mes mensonges de l'ambre de l'Oise ?






Selon les polonais (lanceurs d'alertes) des matières
NON GEOLOGIQUES
sont intégrées dans la reconstruction
de la célèbre chambre d'ambre...






En fanfare et avec toute la communication contrôlée qui s'impose, on nous
explique que la reconstruction de la célèbre chambre d'ambre
(reconstruction à l'identique) a nécessité les matières
précieuses les plus prestigieuses, déjà mises
en valeurs par les meilleurs artisans
de la discipline). Oui, mais...






 
L'ambre géologique (tel qu'il existe dans la nature) n'est JAMAIS disponible sous forme de plaques translucides exsangues de toutes inclusions (totalement diaphanes) et sans la moindre trace interne d'un quelconque fluage... Ces plaques calibrées en épaisseur, et, codifiées en couleurs, données aux artisans sont évidemment des mélanges initiés à l'autoclave où les mélasses graduellement fondues sont clarifiées par adjonction d'huile de colza et/ou de paraffine puis bientôt arrivent d'autres matières teintées (qui font disparaitre les fractures)... C'est donc un secret de "polichinelle", mais tout le monde sait que l'ambre géologique -ordinairement fragile, toujours marqué par des petites souillures naturelles- peut être clarifié et consolidé par des artifices techniques et chimiques où les mélanges réunis en volumes plus importants sont dopés aux Bakélites, lesquels inaltérables au temps permettent les sculptures les plus élaborées aux formes "tarabiscotés"... Là où les restes anciens de la première chambre d'ambre sont devenus opaques et ternes, les matières désormais dopées aux plastiques permettent de maintenir un lustre d'apparat où les surfaces miroitantes garderont leur éclat dans le temps... L'utilisation des matières non géologiques (matières améliorées) est manifeste surtout dans les colonnes, les pilastres, les tubes et les soutiens longilignes intégrés dans les panneaux, mais également les cadres et moins dans les marquèteries de la chambre... Ce sont surtout les tubes translucides (longs), qui sont composés de ces matières fondues teintées et associées aux plastiques que les scientifiques polonais dénoncent avec force dans des publications d'alertes dénigrées des artisans russes...
D'aucun de dire que les polonais jaloux(?) du grand frère russe (autoritaire) ont encore ce complexe d'infériorité et, de là, le dénigrement systématique... La vérité des ambres "améliorés" utilisés dans la reconstruction de la chambre tient surtout à l'examen des gemmes plus qu'à l'étude historique des conflits culturels entre ces pays voisins...


- Doc en cours de rédaction -





























Constant à la lumière, invariable à l'oxygène, on comprend pourquoi
les artisans substituent l'ambe pulvérulent aux bakélites teintés
pour proposer des œuvres durables... L'ambre géologique
(natif) ci-dessous ne résiste pas aux outrages du temps.












Vous désirez exploiter un texte ou une iconographie de qualité pour préparer
une exposition, une conférence, une publication ? Le site Ambre.jaune
vous accompagne, GRATUITEMENT...


Contact : eric.ambre.jaune@hotmail.fr

Retour début du site